May 30, 2019 / 4:53 PM / 5 months ago

Aucune raison que Rome achète une part dans FCA si fusion avec Renault-ministre

MILAN, 30 mai (Reuters) - Le ministre de l’Economie italien Giovanni Tria a déclaré jeudi ne voir aucune raison qui conduirait l’Etat à acheter une part dans Fiat Chrysler Automobiles (FCA) en cas de fusion du constructeur automobile avec Renault.

La marque au losange, détenue à 15% par l’Etat français, a annoncé lundi qu’elle allait étudier avec intérêt le projet de fusion que lui a présenté FCA et qui donnerait naissance au numéro trois mondial du secteur.

Le vice-président du Conseil italien Matteo Salvini a déclaré lundi que l’Etat italien devrait prendre si nécessaire une participation dans un groupe combinant Renault et FCA, compte tenu de l’importance du secteur automobile dans l’économie italienne.

Le journal Nikkei rapporte pour sa part que Fiat Chrsyler Automobiles a demandé à rencontrer les dirigeants de Nissan et de Mitsubishi, partenaires de Renault au sein d’une alliance à trois, pour leur exposer le projet de fusion avec le groupe français.

Le président de FCA John Elkann a envoyé une lettre au directeur général de Nissan Hiroto Saikawa et au PDG de Mitsubishi Osamu Masuko, poursuit le quotidien.

Hiroto Saikawa a déclaré mercredi ne pas voir d’aspects négatifs particuliers dans le projet de fusion proposé par FCA à Renault. (Riccardo Bastianello, Benoit Van Overstraeten pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below