May 30, 2019 / 5:03 AM / in 6 months

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 05H00 GMT (30/05)

ISRAËL

LA KNESSET DISSOUTE, DE NOUVELLES LÉGISLATIVES EN SEPTEMBRE

JERUSALEM - Les députés israéliens ont décidé dans la nuit de mercredi à jeudi de dissoudre le Parlement après que le Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu a échoué à former un gouvernement de coalition dans le délai qui lui était imparti.

Il s’agit d’un bouleversement sans précédent dans l’histoire politique du pays et d’une sévère déconvenue pour Benjamin Netanyahu, qui ambitionnait d’accomplir un cinquième mandat à la tête du gouvernement suite à la courte victoire de son parti, le Likoud, aux élections législatives du 9 avril dernier.

Un nouveau scrutin aura lieu le 17 septembre prochain.

Le vote de la Knesset, dont les députés se sont prononcés à 74 voix contre 45 en faveur d’une dissolution, a eu lieu quelques minutes après minuit et l’expiration du délai fixé à Netanyahu pour former un gouvernement.

Le Premier ministre sortant n’a pas été en mesure de trouver une majorité absolue à la Knesset, faute d’être parvenu à s’entendre avec les partis de droite, d’extrême droite et ultraorthodoxes.

—-

PROVOQUER DES CONFLITS COMMERCIAUX EST DU “TERRORISME ÉCONOMIQUE”, DIT PÉKIN

PEKIN - Provoquer des conflits commerciaux revient à du “terrorisme économique”, a déclaré jeudi un diplomate chinois de haut rang, soulignant le changement de rhétorique, davantage accusatrice, adopté par la Chine sur fond de regain des tensions commerciales avec les Etats-Unis.

Les tensions commerciales entre Washington et Pékin ont été alimentées par le relèvement des droits de douane américains prélevés sur les produits chinois et les restrictions imposées par l’administration Trump au géant des télécoms chinois Huawei.

“Nous sommes opposés à une guerre commerciale mais nous n’en avons pas peur”, a déclaré le ministre adjoint des Affaires étrangères, Zhang Hanhui, lors d’un point de presse à Pékin. “Cette manière de provoquer délibérément des conflits commerciaux constitue du terrorisme économique, un chauvinisme économique, du harcèlement”, a-t-il ajouté.

—-

LA CE DEMANDE À L’ITALIE DE S’EXPLIQUER SUR SON DÉFICIT

BRUXELLES - La Commission européenne a demandé officiellement mercredi à l’Italie de s’expliquer sur la détérioration de ses finances publiques, a-t-on appris de source officielle de l’Union, une démarche qui pourrait aboutir dès la semaine prochaine à l’ouverture d’une procédure disciplinaire contre Rome.

L’envoi d’une lettre de demande d’explications est prévu par les règles communautaires lorsque la dette publique d’un pays de l’Union dépasse le seuil de 60% du produit intérieur brut (PIB) et que le gouvernement ne la réduit pas.

La lettre à Rome a été envoyée après la réunion du collège des commissaires européens mercredi, a précisé un responsable de l’UE à Reuters. Le gouvernement italien a jusqu’à vendredi pour y répondre.

Interrogé sur l’éventualité de mesures de réduction du déficit en réponse à la demande de Bruxelles, le vice-président du Conseil italien Matteo Salvini a répondu que le gouvernement n’augmenterait jamais les prélèvements obligatoires.

—-

IL ÉTAIT IMPOSSIBLE D’INCULPER TRUMP, DIT MUELLER

WASHINGTON - Le procureur spécial Robert Mueller, qui a enquêté pendant près de deux ans sur les ingérences russes dans l’élection présidentielle américaine de 2016, a déclaré mercredi qu’il était impossible d’inculper Donald Trump dans cette affaire en raison des règles en vigueur au département de la Justice.

Ces règles prévoient qu’un président en exercice bénéficie d’une immunité qui le protège contre des poursuites pénales.

“Inculper le président pour un motif criminel n’était pas une option que nous pouvions envisager”, a déclaré Robert Mueller, qui s’exprimait publiquement pour la première fois depuis la remise de son rapport en avril.

“Nous avons conclu que nous ne pourrions parvenir à une intime conviction, ni dans un sens, ni dans l’autre sur la question de savoir si le président avait commis un délit”, a-t-il ajouté.

L’ancien directeur du FBI a ajouté que, s’il avait acquis la certitude que Donald Trump n’avait pas commis de délit, il l’aurait indiqué dans son rapport.

Donald Trump affirme pour sa part que ce rapport l’innocente totalement et a écrit sur Twitter que “l’affaire est close”.

—-

UN SEPTIÈME DJIHADISTE FRANÇAIS CONDAMNÉ À MORT EN IRAK

BAGDAD - Un Français et un Tunisien ont été condamnés à mort mercredi à Bagdad pour avoir rejoint les rangs de l’État islamique, a annoncé un procureur irakien interrogé par Reuters.

Ce verdict porte à sept le nombre de ressortissants français condamnés à la peine capitale en Irak, a-t-il précisé, ajoutant que cinq autres en sont passibles et connaîtront probablement le même sort.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a assuré mardi que Paris faisait le nécessaire pour éviter la peine capitale à ses ressortissants.

—-

PAPOUASIE-NOUVELLE GUINÉE

L’EX-MINISTRE DES FINANCES NOMMÉ PREMIER MINISTRE

SYDNEY - L’ancien ministre des Finances James Marape a été élu Premier ministre de Papouasie-Nouvelle Guinée par le parlement jeudi, après plusieurs semaines d’un conflit politique autour de la gestion des richesses naturelles du pays qui a contraint à la démission Peter O’Neill.

Il bénéficiait notamment du soutien de plusieurs membres du gouvernement d’O’Neill, au pouvoir depuis 2011 mais sous le feu des critiques en raison notamment d’un accord gazier négocié avec le groupe français Total qui a provoqué de nombreuses défections au sein du parti au pouvoir.

Marape, qui a dénoncé un contrat trop généreux avec Total pour expliquer sa démission du gouvernement, a laissé entendre avant le vote du parlement qu’il pourrait revoir l’accord conclu avec le groupe pétrolier français.

—-

UN BATEAU DE PLAISANCE CHAVIRE SUR LE DANUBE, SEPT MORTS

BUDAPEST - Au moins sept personnes ont été tuées et 19 autres étaient portées disparues après qu’un bateau de plaisance transportant des touristes sud-coréens sur le Danube a chaviré mercredi, ont déclaré la police et les services de secours hongrois.

La navette est semble-t-elle entrée en collision avec un autre bateau transportant des touristes près du parlement, dans la capitale Budapest, avant de chavirer et de couler.

A Séoul, le ministère des Affaires étrangères a déclaré que l’embarcation transportait 33 touristes sud-coréens et deux membres d’équipage hongrois.

—-

USA-LES ÉLUS DE LOUISIANE ADOPTENT UN TEXTE RÉFORMANT L’IVG

La Chambre des représentants de Louisiane, contrôlée par les républicains, a adopté mercredi un projet de loi interdisant l’avortement dès lors que des battements du coeur de l’embryon sont décelables, une évolution dans le développement in utero qui peut intervenir dès la sixième semaine.

Le texte devait être soumis au gouverneur démocrate de Louisiane, John Bel Edwards, qui avait auparavant laissé entendre qu’il le promulguerait en loi.

Seize Etats américains ont déjà reformé cette année la législation sur l’avortement, dans le cadre d’une campagne nationale ayant pour but d’amener la Cour suprême des Etats-Unis à revenir sur ce droit constitutionnel reconnu depuis 1973.

—-

LE CDG EXPRESS NE SERA PAS PRÊT POUR LES JO DE 2024

PARIS - La mise en service de la future ligne ferroviaire CDG Express est reportée à fin 2025 pour “limiter l’impact des travaux” sur les populations concernées et ne sera donc pas effective pour les Jeux olympiques de Paris en 2024 comme annoncé initialement, a annoncé mercredi la ministre des Transports.

Ce projet de liaison entre la gare de l’Est, à Paris, et le terminal 2 de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle est contesté par des habitants et élus d’Ile-de-France qui font notamment valoir les incidences du chantier sur le trafic du RER B (900.000 usagers par jour).

Dans un rapport remis le 18 avril au gouvernement, le préfet d’Ile-de-France Michel Cadot souligne “l’extrême difficulté à conduire l’ensemble des travaux dans leur programmation actuelle, c’est-à-dire pour décembre 2023”.

—-

NISSAN NE VOIT PAS D’ASPECTS NÉGATIFS AU PROJET RENAULT-FIAT

TOKYO - Hiroto Saikawa, le directeur général de Nissan 7201.T, a déclaré mercredi ne pas voir d’aspects négatifs particuliers dans le projet de fusion proposé par Fiat Chrysler Automobiles (FCA) à Renault.

S’exprimant devant la presse à l’issue d’une rencontre entre le constructeur japonais et ses deux partenaires d’alliance que sont Renault et Mitsubishi, il a ajouté voir des opportunités dans ce projet.

Renault a annoncé lundi qu’il allait étudier avec intérêt l’ambitieux projet de fusion que lui a présenté Fiat Chrysler Automobiles et qui donnerait naissance au troisième constructeur automobile mondial.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below