April 8, 2019 / 1:47 PM / 3 months ago

BOURSE-Wall Street revoit ses prévisions pour le 737 MAX de Boeing

8 avril (Reuters) - Boeing aura du mal à assurer cette année plus de 500 livraisons de son 737 MAX, et encore à condition de pouvoir les reprendre au début de l’été, estiment des analystes de Wall Street.

Le titre perd 4% en début de séance lundi après l’annonce par l’avionneur, vendredi soir, d’une réduction de près de 20% de sa production mensuelle de 737.

Les livraisons du biréacteur vedette de Boeing sont de facto gelées depuis l’immobilisation au sol de l’appareil qui a fait suite à l’accident, le 10 mars, d’un 737 MAX 8 d’Ethiopian Airlines dont les 157 occupants ont péri.

Boeing publiera mardi ses livraisons du mois de mars dont le total devrait être inférieur de plus de moitié au consensus initial qui était de 46 avions. Les analystes de Baird, par exemple, n’en attendent pas plus de 19.

Parmi les cinq courtiers de Wall Street qui publient des estimations pour les livraisons de Boeing, Cowen et Jefferies ont abaissé leurs chiffres pour 2019 à la suite des annonces de vendredi.

Cowen table désormais sur “environ 500” livraisons de 737 MAX au lieu d’une estimation initiale de 630. Jefferies a ramené son estimation à 497 au lieu de 580.

Pour atteindre 500, l’avionneur devra accélérer ses livraisons aux compagnies étrangères au deuxième semestre, ont souligné les analystes de Cowen.

“Il semble que BA ne sera pas en mesure de délivrer la correction de son (système anti-décrochage) MCAS avant la fin avril, et la FAA devra la tester avant de l’approuver et de lever l’interdiction de vol”, expliquent-ils dans leur note.

“Cela pourrait reporter à juin la reprise des livraisons de MAX aux compagnies américaines (10% des quelque 480 avions en commande). Pour les compagnies étrangères, les livraisons pourraient ne pas reprendre avant le T3 voire le T4”, ajoutent-ils.

La baisse de production limitera le risque de stocks massifs de MAX mais impactera lourdement la trésorerie de Boeing, indique encore Cowen and Co, qui a ramené son objectif de cours pour l’avionneur à 460 dollars au lieu de 475 précédemment.

BofA Merrill s’attend lui aussi à un délai plus long qu’initialement anticipé, ce qui l’a amené à abaisser lundi sa recommandation sur Boeing à “neutre” au lieu d’achat”, avec un objectif de cours ramené de 480 à 420 dollars.

L’intermédiaire s’attend à des perturbations de production de “six à neuf mois” au lieu de 3-6 mois auparavant.

Sur les 26 analystes de Wall Street qui couvrent la valeur, six ont une opinion neutre et deux conseillent de vendre, selon les données de Refinitiv.

L’immobilisation au sol du 737 MAX a fait perdre à Boeing près de 25 milliards de dollars de capitalisation boursière. Le titre a perdu 9% sur le mois écoulé.

Karina Dsouza et Noor Zainab Hussain à Bangalore; Véronique Tison pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below