April 4, 2019 / 9:28 AM / in 2 months

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 09H25 GMT (04/04)

NISSAN

NOUVELLE ARRESTATION DE GHOSN, QUI DÉNONCE UNE “MANOEUVRE”

TOKYO - De nouveau arrêté jeudi matin sur ordre du parquet de Tokyo pour des soupçons d’enrichissement personnel, l’ancien président de Nissan, Carlos Ghosn, a dénoncé une “manoeuvre” et demandé l’aide du gouvernement français en clamant son innocence.

Les procureurs japonais soupçonnent l’ex-dirigeant d’avoir violé ses obligations professionnelles et d’avoir causé à Nissan des pertes financières de cinq millions de dollars (4,45 millions d’euros) entre décembre 2015 et juillet 2018.

Carlos Ghosn avait été remis en liberté le 6 mars contre le versement d’une caution de neuf millions de dollars après 108 jours passés en détention.

Cette nouvelle arrestation, décrite par la télévision publique NHK comme très inhabituelle pour une personne remise en liberté sous caution près d’un mois auparavant, serait en lien avec des paiements suspects effectués à un partenaire commercial de l’alliance Renault-Nissan à Oman, au Moyen-Orient.

Elle survient au lendemain d’un message publié sur Twitter dans lequel Ghosn annonçait la tenue d’une conférence de presse le jeudi 11 avril pour “dire la vérité” sur les accusations dont il fait l’objet.

—- LONDRES POURRAIT DEMANDER UN LONG REPORT DE LA DATE DU BREXIT

LONDRES - La Chambre des communes a adopté mercredi soir un amendement demandant à la Première ministre britannique Theresa May d’obtenir un report du Brexit afin d’éviter le risque d’une sortie de l’Union européenne sans accord au 12 avril.

Cet amendement, soumis au vote par la députée de l’opposition travailliste Yvette Cooper, a été adopté par 313 voix contre 312.

La Chambre des Lords doit examiner ce texte à partir de 10h30 GMT avant de se prononcer par un vote complétant la procédure parlementaire.

Theresa May a déclaré mardi, après sept heures de discussions avec ses ministres, qu’elle allait demander un nouveau report de la date du Brexit et rencontrer le dirigeant du Labour, Jeremy Corbyn, pour tenter de trouver une issue à l’impasse parlementaire en cours.

LE POINT sur les négociations du Brexit

LA CHRONOLOGIE des négociations du Brexit

—-

BOEING D’ETHIOPIAN-L’EQUIPAGE A RESPECTÉ LES CONSIGNES

ADDIS ABABA - Les pilotes du Boeing 737 MAX d’Ethiopian Airlines qui s’est écrasé le 10 mars non loin d’Addis Ababa ont respecté les procédures d’urgence pour tenter de garder le contrôle de l’avion, a déclaré jeudi Dagmawit Moges, la ministre des Transports éthiopienne, à l’occasion de la présentation du premier rapport traitant de l’accident.

“Le personnel a effectué toutes les procédures (...) fournies par le constructeur mais n’a pas été en mesure de contrôler l’avion”, a-t-il lors d’une conférence de presse.

Les familles des 157 victimes, les autorités de régulation et des voyageurs du monde entier attendent d’en savoir plus sur les causes de la catastrophe, survenue cinq mois après une autre, impliquant le même avion, qui avait fait 189 morts.

—-

VERS UN ENCADREMENT LÉGISLATIF DES RETRAITES CHAPEAUX

PARIS - Une série de dispositions législatives visant à encadrer de façon contraignante les retraites-chapeaux vont être prises dans le cadre de la loi sur les entreprises en cours de discussion au Parlement, a annoncé jeudi le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire.

“Je ramènerai à 30% du salaire du dirigeant (contre 45% actuellement-NDLR) le montant maximum de la retraite-chapeau, et cette disposition (...) deviendra une disposition législative”, a déclaré Bruno Le Maire sur BFMTV.

“Ce sera dans les prochaines semaines sur la base d’une ordonnance (...) prévue dans la loi Pacte”, a-t-il ajouté en référence au projet de loi issu du plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises en cours de discussions au Sénat.

—-

LE MAIRE ÉVOQUE UN PROBABLE REPORT DE L’EPR DE FLAMANVILLE

PARIS - La mise en service du réacteur nucléaire EPR de Flamanville (Manche) n’interviendra probablement pas avant le début de l’année 2020, a déclaré jeudi le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, laissant entendre que le projet va subir un nouveau retard.

Selon le dernier calendrier en date, fourni par EDF , en juillet 2018 et confirmé en début de l’année, le chargement du combustible du réacteur est prévu au quatrième trimestre 2019 tandis que son raccordement au réseau et son fonctionnement à pleine puissance (1.650 mégawatts) doivent intervenir aux premier et deuxième trimestre 2020 respectivement.

Interrogé jeudi par BFM TV sur la date de mise en service du réacteur, Bruno Le Maire a déclaré : “C’est au président d’EDF de nous le dire.”

—-

BENALLA-TROIS PROCHES DE MACRON CONVOQUÉS PAR LA JUSTICE

PARIS - Le secrétaire général de l’Elysée, le directeur de cabinet et le chef de cabinet d’Emmanuel Macron sont convoqués la semaine prochaine comme témoins dans l’enquête sur les passeports diplomatiques d’Alexandre Benalla, selon une information de RTL confirmée jeudi à Reuters par la présidence.

Alexis Kohler, Patrick Strzoda et François-Xavier Lauch sont convoqués le 10 avril par deux juges d’instruction, précise RTL.

L’information judiciaire, ouverte par le parquet de Paris et confiée à des juges, porte sur l’un des volets de l’affaire Alexandre Benalla, ex-chargé de mission à l’Elysée, accusé d’avoir fait un usage indu de ses passeports diplomatiques.

—-

LES JO DE 2024 POURRAIENT CRÉER 150.000 EMPLOIS

PARIS - Les Jeux olympiques de 2024 à Paris pourraient générer 150.000 emplois directs, selon l’estimation du comité d’organisation dévoilée jeudi.

Selon ces projections publiées par le quotidien Le Parisien, quelque 78.000 emplois directs pourraient naître dans le secteur de l’organisation, avec une montée en puissance en 2021, 60.000 dans le tourisme, pour la plupart en 2024, et près de 12.000 dans la construction, essentiellement entre 2021 et 2023.

“C’est une fantastique chance pour l’emploi, pour les jeunes”, a dit la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, confirmant ces estimations sur CNEWS.

—-

FRANCE-“RIEN N’EST ARBITRÉ” SUR LES RETRAITES

PARIS - La nouvelle port-parole du gouvernement français n’a pas voulu confirmer mercredi que l’âge légal de départ à la retraite serait maintenu à 62 ans, ajoutant encore à la polémique qui a amené le Haut-commissaire à la réforme des retraites à mettre sa démission dans la balance.

Sibeth Ndiaye évoque un débat toujours en cours sur la réforme des retraites et le financement de la perte d’autonomie des personnes âgées dont le coût pour les finances publiques est estimé à 32,9 milliards d’euros par année à moyen terme.

“Quand on a des défis aussi importants que celui de la dépendance, mécaniquement, on doit se poser la question de leur financement. Aujourd’hui, j’ai envie de dire : tout est sur la table et rien n’est arbitré”, a déclaré Sibeth Ndiaye sur BFMTV.

La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn avait évoqué le 17 mars, à titre personnel, la possibilité de reporter l’âge de départ à la retraite.

Trois jours plus tard, le Premier ministre, Edouard Philippe, assurait qu’il n’était pas question de modifier cet âge légal dans le cadre de la réforme en discussion avec les syndicats. Mais il a contribué à la confusion en ajoutant qu’il n’était pas illégitime de se poser la question de l’allongement de la durée du travail.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below