April 3, 2019 / 11:02 AM / in 5 months

La France maintient son objectif de fermer les centrales à charbon

PARIS, 3 avril (Reuters) - Il est possible d’arrêter la production d’électricité à partir de charbon en France d’ici à 2022 tout en assurant la sécurité d’approvisionnement, a déclaré mercredi le ministre de la Transition écologique sur la base d’un rapport de RTE.

François de Rugy, qui a maintes fois répété cet objectif, avait demandé au gestionnaire des lignes à haute tension d’étudier différents scénarios compte tenu des doutes liés aux retards pris dans la construction de l’EPR de Flamanville (Manche) et de la centrale à gaz de Landivisiau (Finistère).

“Le propos de ce matin est de dire qu’on confirme l’échéance de 2022 par rapport aux éléments liés à la sécurité d’approvisionnement que RTE nous a fournis”, a déclaré François de Rugy lors d’une conférence de presse.

“Il y a une voie, ce n’est pas une autoroute toute droite (...) C’est une voie qui est balisée d’un certain nombre de contraintes, nous sommes déterminés à l’emprunter”, a encore dit le successeur de Nicolas Hulot.

Parmi les quatre dernières centrales à charbon françaises, deux appartiennent à EDF - à Cordemais (Loire-Atlantique) et au Havre (Seine-Maritime) - et deux autres - à Meyreuil (Bouches-du-Rhône) et à Saint-Avold et Carling (Moselle)- sont en passe d’être cédées par l’allemand Uniper au groupe tchèque EPH, détenu par le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky. (Simon Carraud avec Benjamin Mallet)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below