April 2, 2019 / 3:46 PM / 8 months ago

France-Buzyn promet de tirer les conséquences du drame de l'Ehpad

LHERM, Haute-Garonne, 2 avril (Reuters) - La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a promis mardi de tirer dans sa réforme de la dépendance les leçons du drame de l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de Lherm (Haute-Garonne), où cinq personnes ont trouvé la mort, vraisemblablement après une intoxication alimentaire.

“L’enquête dira s’il y a eu un défaut de personnel dans l’Ehpad mais ce n’est pas ce qui remonte en premier aujourd’hui”, a-t-elle déclaré. Le parquet de Toulouse a ouvert lundi une enquête des chefs d’homicides involontaires et blessures involontaires.

Quatre personnes âgées de 95, 93, 92 et 72 ans sont décédées dimanche, et une cinquième victime décédée lundi était âgée de 93 ans. Dix-neuf pensionnaires de “La Chêneraie”, un établissement géré par la société Omega rachetée par le groupe Korian, sont sous surveillance médicale depuis dimanche soir.

Agnès Buzyn a rappelé qu’une “grande réforme” de la dépendance serait proposée par le gouvernement d’ici la fin de l’année” pour financer la perte d’autonomie de 2,2 millions de personnes en 2050, un défi pour la majorité.

“Tous les enseignements que nous tirerons de l’évènement aujourd’hui viendront alimenter la réflexion sur la qualité de la prise en charge dans les Ehpad”, a assuré Agnès Buzyn.

REPAS CUISINES SUR PLACE

“Nous savons que beaucoup de personnes âgées souhaitent rester à domicile mais ne le peuvent pas, nous savons que les personnels qui travaillent en Ehpad ont des conditions de travail difficiles, il faut les accompagner mieux, il faut les former, leur donner des perspectives de carrière”, a-t-elle précisé, soulignant qu’il y avait “un enjeu de financement de tout cela, que le reste à charge des familles est très élevé.”

La ministre a souligné que des contrôles sanitaires avaient lieu régulièrement dans les cuisines des Ehpad, qui font l’objet de contrôles inopinés d’organismes.

“Il y a des procédures pour la production de l’alimentation qui sont très strictes, qui ont fait l’objet de recommandations de la Haute autorité de santé publiées en mars 2018”, a-t-elle détaillé. “Tous les Ehpad, publics comme privés, doivent se conformer à ces recommandations. L’enquête nous dira si ces procédures ont été suivies comme elles le doivent.”

Selon des sources proches de l’enquête, trois plaintes de familles ayant perdu un proche ont été déposées mardi auprès de la gendarmerie de Muret, chargée de l’enquête.

Des prélèvements en vue d’analyses toxicologiques et biologiques ont été réalisés et l’autopsie des victimes pratiquée. Les résultats devraient être connus en fin de semaine.

Les investigations doivent notamment déterminer si les repas étaient préparés en interne ou apportés de l’extérieur.

L’établissement a réaffirmé mardi dans un communiqué que tous les plats servis aux résidents de la Chêneraie étaient “cuisinés sur place par le chef cuisinier et son équipe, salariés de l’établissement, à partir de denrées livrées par des fournisseurs locaux”.

Ouvert en 2006, l’Ehpad “la Chêneraie” hébergeait 82 résidents, dont 17 personnes en unité protégée, souffrant principalement de la maladie d’Alzheimer. (Julie Rimbert, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below