April 2, 2019 / 9:05 AM / 5 months ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 09H00 GMT (02/04)

BREXIT-MAY CHERCHE UNE DERNIÈRE PARADE POUR ÉVITER UN BREXIT CHAOTIQUE

LONDRES - Theresa May devait diriger ce mardi un long conseil des ministres au cours duquel elle s’efforcera de trouver un nouvelle solution au casse-tête du Brexit alors que le Royaume-Uni s’achemine chaque jour un peu plus vers une sortie sans accord.

Près de trois ans après le référendum à l’issue duquel les Britanniques ont décidé de quitter l’Union européenne, le Royaume-Uni semble incapable de sortir de l’impasse politique et diplomatique et rien ne permet de dire quand il sortira du Bloc, ni même s’il y parviendra.

A trois reprises, le Parlement a rejeté l’accord de retrait péniblement négocié par Londres et Bruxelles et, une fois de plus, la Première ministre n’a pas su lundi mobiliser sa propre majorité pour trouver une alternative. Il est possible qu’elle soumette une quatrième fois son plan de sortie à la Chambre des Communes, sans garantie de succès

“Ces derniers jours, le scénario du ‘no deal’ est devenu de plus en plus crédible, mais nous pouvons toujours espérer l’éviter”, a déclaré Michel Barnier, négociateur en chef de l’UE, ajoutant que l’Union était disposée à maintenir Londres au sein de l’union douanière ou de nouer avec les Britanniques une relation semblable à celle qui unit l’UE à la Norvège.

Faute de parvenir à faire adopter l’accord de retrait, Theresa May devra se résoudre à une sortie sans accord, à organiser des élections anticipées ou à demander à l’Union européenne un long report du Brexit. Dans ce dernier cas, il faudra que le Royaume-Uni organise des élections européennes, ce que ni Londres ni Bruxelles ne souhaitent vraiment.

Selon le quotidien The Sun, les ministres les plus favorables au Brexit devraient demander à Theresa May qu’elle fixe une date butoir pour trouver une solution à la question de la frontière nord-irlandaise et à la clause de sauvegarde. Faute d’accord sur ce point, le Royaume-Uni quittera l’Union sans accord le 12 avril à 22h00 GMT.

LE POINT sur les négociations du Brexit

LA CHRONOLOGIE des négociations du Brexit

—-

BOUTEFLIKA DÉMISSIONNERA AVANT LA FIN DE SON MANDAT, PRÉVUE LE 28

ALGER - Le président algérien Abdelaziz Bouteflika démissionnera avant la fin de son mandat, prévue le 28 avril, rapporte lundi l’agence algérienne de presse, APS, qui cite un communiqué de la présidence.

Avant de quitter ses fonctions, le chef de l’Etat prendra “d’importantes décisions”, visant à “permettre d’assurer la continuité du fonctionnement des institutions de l’Etat durant la période de transition qui s’ouvrira à la date à laquelle il décidera sa démission”, lit-on dans le communiqué.

En vertu de la Constitution, Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la Nation, la chambre haute du Parlement, assurera l’intérim jusqu’à la tenue d’un scrutin présidentiel, qui doit avoir lieu dans les 90 jours.

—-

TROIS ANS DE PRISON REQUIS CONTRE LE PDG D’ORANGE DANS LE PROCÈS TAPIE

PARIS - Le ministère public a requis lundi cinq ans de prison ferme contre Bernard Tapie et trois ans de prison dont 18 mois avec sursis contre le PDG d’Orange, Stéphane Richard, dans le procès de l’arbitrage contesté de 2008 en faveur de l’ancien homme d’affaires dans son contentieux avec le Crédit Lyonnais.

Le procureur Nicolas Baietto a aussi requis à l’encontre de Stéphane Richard, qui était directeur de cabinet de la ministre de l’Economie et des Finances Christine Lagarde à l’époque de l’arbitrage, 100.000 euros d’amende et l’interdiction d’exercer toute fonction publique pendant cinq ans.

Bernard Tapie, 76 ans, souffre d’un cancer et sa peine ne serait sans doute jamais mise à exécution, a admis le procureur, qui s’est montré particulièrement sévère pour les anciens hauts fonctionnaires que sont le PDG d’Orange et l’ex-président du consortium de réalisation (CDR) chargé de gérer le passif du Crédit Lyonnais Jean-François Rocchi, lui aussi prévenu.

Nicolas Baietto a requis contre ce dernier la même peine de prison et d’interdiction de fonction publique que pour Stéphane Richard, assortie de 50.000 euros d’amende.

—-

BOEING VA SOUMETTRE PROCHAINEMENT SA MISE À JOUR DU 737 MAX LA FAA

WASHINGTON/SEATTLE - Boeing annoncé lundi qu’il allait soumettre aux autorités dans “les prochaines semaines” sa mise à jour logicielle de son 737 MAX, destinée à éviter les pannes d’un système de contrôle de vol automatisé.

Sa mise à jour aurait dû être soumise à la direction de l’aviation civile américaine (FAA) la semaine dernière.

“Nous travaillons dans le but de montrer que nous avons identifié et répondu de manière appropriée à toutes les exigences de certification que nous soumettrons à l’examen de la FAA une fois qu’elles seront complétées dans les prochaines semaines”, dit le communiqué de l’entreprise.

Boeing travaille à cette mise à jour depuis l’accident d’un appareil de Lion Air en Indonésie en octobre, qui a fait 189 morts. Un second crash sur un 737 MAX de la compagnie Ethiopian Airlines, faisant 157 morts, a entraîné l’immobilisation, toujours en vigueur, de tous les avions de cette famille à travers le monde.

—-

UN VOTE SUR UN NOUVEAU SYSTÈME DE SANTÉ APRÈS LES ÉLECTIONS DE 2020, DIT TRUMP

WASHINGTON - Donald Trump a déclaré lundi qu’il était prêt à attendre jusqu’après l’élection présidentielle de 2020 pour un vote au Congrès sur un nouveau système de santé, laissant aux républicains le temps de développer une alternative à l’Obamacare.

Les républicains sont opposés à la loi-phare votée sous la présidence de Barack Obama, le prédécesseur démocrate de Donald Trump, et ont tenté à plusieurs reprises de l’abroger.

La semaine dernière, Trump a déclaré qu’il voulait faire du Parti républicain celui de la santé, une sortie qui a surpris dans son camp alors que son administration a soutenu une action en justice visant à démanteler l’Obamacare, qui permet à des millions d’Américains d’avoir une couverture maladie.

Dans une série de tweets lundi soir, Trump a déclaré que les républicains planchaient sur un “très bon système d’assurance santé avec des primes et des franchises bien inférieures à celles d’Obamacare”. “En d’autres termes, il sera beaucoup moins cher et plus pratique qu’Obamacare. Le vote aura lieu juste après les élections, quand les républicains siègeront au Sénat et récupéreront la Chambre”, écrit-il.

—-

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below