April 2, 2019 / 2:04 AM / 4 months ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 02H00 GMT (02/04)

BREXIT-AUCUNE SOLUTION ALTERNATIVE ADOPTÉE AUX COMMUNES

LONDRES - Les députés britanniques n’ont trouvé lundi aucune alternative au “Withdrawal Agreement” que Theresa May a conclu en novembre avec Bruxelles et qu’ils ont rejeté pour la troisième fois vendredi, bien que la Première ministre ait mis sa démission dans la balance.

Quatre motions censées permettre de sortir de l’impasse avaient été retenues par le président de la Chambre.

Celle qui a recueilli le plus de suffrages propose le maintien d’une union douanière avec l’UE. Trois voix seulement ont fait défaut pour qu’elle atteigne la majorité.

Un autre texte qui demandait la tenue d’un référendum de confirmation de tout accord de divorce avant sa ratification parlementaire a été rejeté par 292 voix contre 280.

A l’annonce des résultats, Steven Barclay, ministre chargé du Brexit, a déclaré que, faute de solution alternative, la Grande-Bretagne devrait quitter l’UE le 12 avril sans accord.

Une première série de “votes indicatifs” s’est déroulée mercredi dernier et aucune des huit options n’avait obtenu la majorité.

Si les parlementaires s’étaient accordés sur le maintien d’un union douanière avec les Vingt-Sept, certains espéraient que Theresa May soumette une quatrième fois son accord de retrait au vote des députés, peut-être dès mercredi.

Le gouvernement se réunira deux fois mardi, a-t-on appris de source politique. La première réunion sera consacrée à la situation au sein du Parti conservateur, la seconde réunira les principaux ministres autour de Theresa May. Au total, les discussions devraient durer cinq heures.

LE POINT sur les négociations du Brexit

LA CHRONOLOGIE des négociations du Brexit

—-

BOUTEFLIKA DÉMISSIONNERA AVANT LA FIN DE SON MANDAT, PRÉVUE LE 28

ALGER - Le président algérien Abdelaziz Bouteflika démissionnera avant la fin de son mandat, prévue le 28 avril, rapporte lundi l’agence algérienne de presse, APS, qui cite un communiqué de la présidence.

Avant de quitter ses fonctions, le chef de l’Etat prendra “d’importantes décisions”, visant à “permettre d’assurer la continuité du fonctionnement des institutions de l’Etat durant la période de transition qui s’ouvrira à la date à laquelle il décidera sa démission”, lit-on dans le communiqué.

En vertu de la Constitution, Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la Nation, la chambre haute du Parlement, assurera l’intérim jusqu’à la tenue d’un scrutin présidentiel, qui doit avoir lieu dans les 90 jours.

—-

WASHINGTON INTENSIFIE SES EFFORTS POUR RENVOYER LES DEMANDEURS D’ASILE AU MEXIQUE

WASHIGTON/SAN DIEGO - L’administration Trump intensifie ses efforts pour contrer l’afflux de demandeurs d’asile venus d’Amérique centrale en passant par le Mexique pour se rendre aux Etats-Unis, a annoncé lundi la secrétaire à la Sécurité intérieure Kirstjen Nielsen.

Les Etats-Unis vont également accélérer le déploiement de centaines d’agents du service des douanes et de la protection des frontières le long de la frontière avec le Mexique, a-t-elle ajouté dans un communiqué.

La semaine dernière, l’agence des douanes et de la protection des frontières a annoncé le redéploiement le long de la frontière de 750 de ses agents afin de faire face à l’afflux de migrants.

Le programme appelé “protocole de protection des migrants” (MPP), qui a commencé fin janvier avec le renvoi au Mexique de migrants ayant passé la frontière entre Tijuana et San Diego, va être “immédiatement” étendu, avec le renvoi “de centaines de migrants supplémentaires par jour au-dessus des taux actuels”, a précisé Nielsen dans son communiqué.

—-

PANNES DE COURANT AU VENEZUELA: MADURO CHANGE SON MINISTRE DE L’ENERGIE

CARACAS - Le président vénézuélien Nicolas Maduro a remplacé lundi son ministre de l’Energie électrique, Luis Motta, à la suite d’une série de coupures de courant qui ont privé des millions de Vénézuéliens d’électricité.

Dans une allocution à la télévision, il a annoncé qu’Igor Gavidia, un ingénieur en électricité âgé de 65 ans, occuperait le poste.

Cette nomination intervient alors que Maduro a annoncé dimanche un plan sur 30 jours de “gestion des charges pour équilibrer le processus de production et de transmission avec la consommation”, qui a été interprété sur les réseaux sociaux comme étant un plan de rationnement.

“Certains changements sont nécessaires pour renforcer, assumer et développer la nouvelle phase de ce plan”, a-t-il déclaré.

Certaines régions du pays ont été privées d’électricité pendant près d’une semaine début mars. Le courant a été rétabli avant qu’une autre coupure ne prive à nouveau le pays d’électricité pendant plusieurs jours. Cette nouvelle panne survenue le 25 mars est venue s’ajouter aux pénuries d’eau, de nourriture et de médicaments ainsi qu’à la crise politique que traverse le pays.

—-

TROIS ANS DE PRISON REQUIS CONTRE LE PDG D’ORANGE DANS LE PROCÈS TAPIE

PARIS - Le ministère public a requis lundi cinq ans de prison ferme contre Bernard Tapie et trois ans de prison dont 18 mois avec sursis contre le PDG d’Orange, Stéphane Richard, dans le procès de l’arbitrage contesté de 2008 en faveur de l’ancien homme d’affaires dans son contentieux avec le Crédit Lyonnais.

Le procureur Nicolas Baietto a aussi requis à l’encontre de Stéphane Richard, qui était directeur de cabinet de la ministre de l’Economie et des Finances Christine Lagarde à l’époque de l’arbitrage, 100.000 euros d’amende et l’interdiction d’exercer toute fonction publique pendant cinq ans.

Bernard Tapie, 76 ans, souffre d’un cancer et sa peine ne serait sans doute jamais mise à exécution, a admis le procureur, qui s’est montré particulièrement sévère pour les anciens hauts fonctionnaires que sont le PDG d’Orange et l’ex-président du consortium de réalisation (CDR) chargé de gérer le passif du Crédit Lyonnais Jean-François Rocchi, lui aussi prévenu.

Nicolas Baietto a requis contre ce dernier la même peine de prison et d’interdiction de fonction publique que pour Stéphane Richard, assortie de 50.000 euros d’amende.

—-

FRANCE-L’OPPOSITION FUSTIGE UN REMANIEMENT “TECHNOCRATIQUE”

PARIS - “Remaniement technocratique”, “conseillers hors-sol” : l’opposition dénonce lundi la nomination de deux proches collaborateurs d’Emmanuel Macron, Sibeth Ndiaye et Cédric O.

Le mini-remaniement annoncé dimanche soir par l’Elysée voit également la députée et coordinatrice pour la majorité de la commission des Finances, Amélie de Montchalin, obtenir le secrétariat d’Etat aux Affaires européennes.

“C’est la technocratie et l’arrogance au pouvoir. Moi je suis sidéré qu’on place dans un gouvernement autant de personnes qui n’ont rien vu de l’état de la France”, a déclaré l’eurodéputé Vert Yannick Jadot sur Franceinfo.

Le secrétaire national du Parti communiste français, Fabien Roussel déplore pour sa part des nominations “hors-sol”.

Quant à Amélie de Montchalin, “elle a défendu la suppression de l’ISF et l’allègement du capital (...) et c’est elle aujourd’hui qui devient ministre alors que les Français demandent justement le rétablissement de l’ISF”, a-t-il dit sur BFM TV. “Je me demande si ce n’est pas un peu une provocation.”

Cédric O et Sibeth Ndiaye remplacement respectivement Mounir Mahjoubi et Benjamin Griveaux, qui ont quitté mercredi le gouvernement dans l’espoir de remporter les élections municipales à Paris en 2020.

Amélie de Montchalin remplace Nathalie Loiseau, qui a pris la tête de la liste de La République en marche (LaRem) pour les élections européennes du 26 mai.

—-

“GRAND DÉBAT”-L’EXÉCUTIF EXAMINERA TOUT MAIS NE RENIERA RIEN

PARIS - L’exécutif va examiner avec attention toutes les propositions qui émergeront du “grand débat national” lancé en réponse à la crise des “Gilets jaunes” mais ne reniera rien de la politique menée depuis le début du quinquennat, a déclaré lundi la nouvelle porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye.

La première phase du “grand débat”, qui a été lancée le 15 janvier et a porté sur quatre thèmes (transition écologique, fiscalité-dépenses publiques, démocratie citoyenneté, organisation de l’Etat et services publics), s’est achevée le 14 mars.

L’exercice, qui s’est traduit par 10.000 réunions, 1,4 million de contributions en ligne et 16.000 “cahiers de doléances” déposés dans les mairies, s’est prolongé sous la forme de 14 “conférences thématiques” ces dernières semaines. Il donnera lieu à une réunion de restitution le 8 avril autour du Premier ministre, Edouard Philippe, et des cinq garants.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below