March 31, 2019 / 3:06 PM / 2 months ago

Le Brésil ouvre un "bureau diplomatique" à Jérusalem

JERUSALEM, 31 mars (Reuters) - Le Brésil a ouvert un bureau diplomatique à Jérusalem, a annoncé dimanche le ministre israélien par intérim des Affaires étrangères Israel Katz à l’occasion d’une visite en Israël du président brésilien Jair Bolsonaro.

Elu en octobre dernier, le dirigeant d’extrême droite avait initialement promis de transférer l’ambassade brésilienne dans la ville sainte.

“Obrigado (merci) d’ouvrir un bureau diplomatique à Jérusalem !” a déclaré Israel Katz dans un post sur Twitter accompagné d’une photographie le montrant en train d’échanger une poignée de main avec son homologue brésilien Ernesto Araujo.

Quelques jours après son élection en octobre dernier, Jair Bolsonaro avait dit vouloir transférer l’ambassade du Brésil en Israël à Jérusalem, imitant ainsi le président américain Donald Trump qui a reconnu en décembre dernier la ville sainte comme capitale de l’Etat hébreu.

“J’adore Israël”, a déclaré Jair Bolsonaro en hébreu, accueilli par le Premier ministre Benjamin Netanyahu à son arrivée à l’aéroport Ben-Gourion de Tel Aviv pour une visite de quatre jours.

Benjamin Netanyahu a déclaré qu’il comptait signer “de nombreux accords” avec le président brésilien lors de cette visite, sur le plan sécuritaire notamment.

Selon le site israélien d’informations financières Calcalist, la compagnie pétrolière publique brésilienne Petrobras envisagerait de participer à un appel d’offres pour l’exploration de pétrole et gaz offshore au large des côtes israéliennes.

Jair Bolsonaro est fortement soutenu au Brésil par les évangélistes qui, comme aux Etats-Unis, appuient l’Etat hébreu.

Dans une interview donnée à Reuters en février dernier, le vice-président Hamilton Mourao, un général à la retraite, a toutefois estimé que le transfert de l’ambassade du Brésil à Jérusalem était une mauvaise idée car elle nuirait aux exportations brésiliennes vers les pays arabes, dont quelque 5 milliards de dollars de viande halal.

Les conseillers économiques de Bolsonaro et le puissant lobby agroalimentaire ont également exprimé leur opposition au projet de transfert. (Dan Williams, Jeffrey Heller Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below