March 29, 2019 / 3:04 AM / 2 months ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 03H00 GMT (29/03)

BREXIT-NOUVEAU VOTE AUX COMMUNES SUR L’ACCORD DE RETRAIT

LONDRES - Les députés britanniques vont se prononcer une nouvelle fois vendredi sur l’accord de retrait de l’Union européenne négocié par Theresa May, précisément le jour où le Brexit aurait dû se concrétiser - le 29 mars à 23h00 GMT.

Le “speaker” de la Chambre des communes, John Bercow, a jugé ce vote possible car la motion qui lui est soumise est à ses yeux “nouvelle, substantiellement différente et conforme” à ses exigences. Il avait prévenu qu’il n’accepterait pas que le Parlement soit saisi une troisième fois d’un texte qu’il a déjà rejeté à deux reprises, à moins que celui-ci ne soit modifié.

Pour le convaincre d’accepter, le gouvernement a tout simplement dissocié l’accord de divorce et la déclaration politique qui l’accompagne.

Les députés du Parti travailliste se sont indignés contre une telle pratique, et l’un d’eux, Stephen Doughty, a estimé que cela “m’a tout l’air d’une supercherie de premier choix”.

Theresa May a négocié ce mois-ci avec l’Union européenne un report du Brexit au 12 avril - voire jusqu’au 22 mai si la Première ministre réussit à faire entériner l’accord.

Si le nombre de rebelles au sein du Parti conservateur semble s’être réduit ces derniers jours, rien ne garantit, au vu des dernières prises de position, que l’accord sera entériné, d’autant plus que le Parti unioniste démocratique (DUP) d’Irlande du Nord, dont les dix élus à la Chambre des communes sont indispensables à la majorité parlementaire du gouvernement, a prévenu qu’il voterait une nouvelle fois contre le texte.

Cette clarification de la part du DUP a conduit Boris Johnson, figure emblématique des Brexiters et ancien maire conservateur de Londres, à estimé que l’accord de Brexit était bel et bien “mort”.

ENCADRE-Les votes à la Chambre des communes

LE POINT sur les négociations du Brexit

—-

ISRAËL PRÊT À UNE OPÉRATION CONTRE GAZA SI BESOIN-NETANYAHU

GAZA - Israël est prêt à mener une importante opération militaire dans la bande de Gaza si cela s’avère nécessaire, a déclaré jeudi le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, après deux jours d’affrontements transfrontaliers qui ont remis sur le devant de la scène sa politique sécuritaire.

A Gaza, une grande manifestation doit avoir lieu samedi le long de la limite avec Israël, à l’occasion du premier anniversaire des rassemblements hebdomadaires de protestation, lors desquelles les forces israéliennes ont tué près de 200 Palestiniens, selon les services de santé gazaouis.

La sécurité est le thème majeur de la campagne de Netanyahu en vue des élections législatives du 9 avril. Inquiété par des accusations de corruption qu’il rejette catégoriquement, le Premier ministre est confronté à un scrutin dont l’issue risque d’être serrée, étant donné la montée en puissance d’une coalition centriste, baptisée Bleu et Blanc et dirigée par l’ancien général Benny Gantz.

—-

AlGÉRIE: LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL N’A PAS ENCORE DÉBATTU DE BOUTEFLIKA

ALGER - Le Conseil constitutionnel algérien n’a pas encore débattu d’une éventuelle procédure de destitution du président Abdelaziz Bouteflika pour inaptitude à exercer sa charge, a rapporté jeudi la radio publique algérienne.

Cette solution constitutionnelle à la contestation qui dure depuis fin février a été proposée mardi par le chef d’état-major de l’armée et vice-ministre de la Défense, le général Ahmed Gaïd Salah, qui a demandé que le président, âgé de 82 ans et considérablement affaibli depuis un AVC en 2013, soit déclaré par le Conseil constitutionnel inapte à exercer le pouvoir en vertu de l’article 102 de la Constitution.

Cet article dispose que le président peut être déclaré en “état d’empêchement” en cas de maladie grave et durable qui le place dans l’impossibilité d’exercer ses fonctions.

—-

VENEZUELA-GUAIDO INTERDIT DE MANDAT PUBLIC PENDANT 15 ANS

CARACAS - Juan Guaido, chef de file de l’opposition vénézuélienne et président autoproclamé, a été privé jeudi du droit d’exercer le moindre mandat public pour 15 ans, a annoncé le contrôleur général Elvis Amoroso.

Ce dernier a expliqué sa décision par des incohérences dans les déclarations financières de Juan Guaido. Ses dépenses ne correspondraient pas au niveau de ses revenus.

Juan Guaido a appelé à de nouvelles manifestations, samedi, contre le régime du président socialiste Nicolas Maduro, à la suite d’une nouvelle vaste panne de courant qui a privé le pays d’électricité pendant plusieurs jours.

—-

CHINE-L’ÉPOUSE DU CHEF D’INTERPOL DISPARU DÉNONCE UNE AFFAIRE POLITIQUE

PARIS- L’épouse de l’ex-président chinois d’Interpol Hongwei Meng a dénoncé jeudi soir “la nature politique” de sa mystérieuse disparition en septembre dernier et récusé les accusations portées à son encontre par les autorités chinoises.

Après six mois de silence sur le sort de cet ancien membre du Comité central du Parti communiste chinois, Pékin a annoncé mercredi qu’il avait été exclu du PCC et serait poursuivi pour avoir détourné des fonds publics et touché des pots-de-vin.

“Les autorités chinoises n’ont pas formulé d’accusations réelles ni présenté quelque preuve que ce soit à l’appui de leurs allégations”, a dit Grace Meng dans une déclaration transmise à Reuters par ses avocats.

Grace Meng, qui vit avec ses enfants en France sous la protection des autorités françaises et a déposé une demande d’asile actuellement en cours d’instruction, fait valoir que son mari “est connu en Chine pour ses idées réformistes”.

—- FRANCE-PISTES EXPLOSIVES POUR LE FINANCEMENT DE LA DÉPENDANCE

PARIS - Le président du Haut conseil de financement de la Sécurité sociale, qui a remis jeudi un rapport très attendu sur la dépendance, propose de pérenniser la Contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS) pour financer la perte d’autonomie, dont le coût risque d’exploser à moyen terme.

Le rapport de Dominique Libault, élaboré à l’issue de quatre mois de concertation, émet 175 propositions visant à améliorer la prise en charge des personnes en perte d’autonomie dont le nombre doit doubler en 2050 pour arriver à 2,2 millions.

Le texte prévoit une réorganisation du secteur pour qu’il gagne en lisibilité et accessibilité, prône le renforcement de l’attractivité des métiers liés au grand âge, entend diminuer le reste à charge des familles et faire de la prévention une priorité, en révisant la structure de financement.

—-

AVIGNON EN ÉTAT DE SIÈGE POUR L’ACTE XX DES “GILETS JAUNES”

AVIGNON - Le préfet du Vaucluse a interdit la manifestation des “Gilets jaunes”, pressentie d’ampleur nationale samedi à Avignon (Vaucluse) à l’occasion de la 20e journée d’action du mouvement et placé la ville dans un quasi-état de siège.

Plusieurs milliers de “Gilets jaunes” sont attendus à Avignon pour un acte XX d’ampleur nationale, selon les appels lancés sur les réseaux sociaux. “Le caractère national de cet événement risque de provoquer un afflux de manifestants dépassant le cadre départemental et régional”, a prévenu le préfet du Vaucluse, Bertrand Gaume.

—-

GRIVEAUX CANDIDAT AUX MUNICIPALES À PARIS

PARIS - Au lendemain de son départ du gouvernement, Benjamin Griveaux s’est jeté jeudi, sans surprise, dans la compétition en vue des élections municipales de 2020 à Paris, une ville à qui le député veut redonner “plaisir” et “fierté”.

L’ex-porte-parole du gouvernement a réuni ses soutiens dans un café de la place de la République pour confirmer son désir de ravir l’Hôtel de ville à la socialiste Anne Hidalgo, un objectif qui passe par l’investiture de La République en marche (LaRem).

“Oui, évidemment oui, je suis candidat pour que les Parisiens retrouvent le plaisir et la fierté de vivre à Paris”, a dit l’élu de 41 ans, désireux d’”en finir avec la gestion clanique de Paris, avec l’alternance gauche-droite dont on ne sait plus bien d’ailleurs à quoi elle rime.”

—-

PUBLICITÉS ÉLECTORALES-FACEBOOK RENFORCE SA RÉGLEMENTATION

BRUXELLES/SAN FRANCISCO - Facebook a renforcé vendredi sa règlementation pour les publicités électorales sur sa plateforme en Europe, sous la pression de l’exécutif européen qui demandait au réseau social davantage d’action pour prévenir de toute ingérence dans les élections européennes de la fin mai.

Accusé de laxisme face à la propagation des fausses nouvelles et à l’utilisation par la Russie du réseau social pour interférer dans l’élection présidentielle de 2016 aux Etats-Unis, Facebook dit avoir alloué davantage de ressources et de personnel pour veiller à l’intégrité du scrutin européen.

Le groupe américain a mis en place un outil permettant aux utilisateurs de voir qui diffuse des publicités à des fins électorales sur sa plateforme, pour quel montant, et combien de personnes ont consulté ces publicités. Toutes les publicités ne respectant pas les nouveaux critères seront bloquées à partir de mi-avril.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below