March 27, 2019 / 3:02 PM / 8 months ago

Le siège de Swedbank perquisitionné, le titre chute

STOCKHOLM, 27 mars (Reuters) - Le siège de Swedbank a été perquisitionné mercredi dans le cadre d’une enquête sur la façon dont la banque suédoise a géré les allégations de blanchiment d’argent dans ses succursales de la Baltique.

Selon la chaîne de télévision publique suédoise SVT, qui dit avoir obtenu des documents confidentiels, Swedbank a peut-être induit en erreur les enquêteurs américains sur des transactions de ses clients liées à Mossack Fonseca, un cabinet d’avocats panaméen au centre du vaste scandale mondial de fraude fiscale et de blanchiment d’argent des “Panama papers”.

Les accusations de blanchiment d’argent ont fait craindre que Swedbank, le plus grand groupe bancaire de la Baltique, ne soit entraîné dans le scandale qui frappe son concurrent danois Danske Bank, avec le risque de poursuites judiciaires, d’amendes et d’autres sanctions juridiques.

Swedbank “coopère pleinement et communique clairement, correctement et avec les meilleures intentions du monde avec toutes les autorités compétentes”, a déclaré le groupe dans un courriel à Reuters à la suite de l’émission de SVT.

En Bourse, le titre chutait près de 10% dans l’après-midi. Il a perdu plus d’un cinquième de sa valeur depuis qu’un lien a été fait entre Swedbank et Danske Bank, dont la succursale estonienne est accusée d’avoir permis près de 200 milliards d’euros de paiements suspects entre 2007 et 2015.

Les autorités réglementaires suédoises, estoniennes, lettones et lituaniennes ont ouvert une enquête conjointe sur Swedbank.

L’Autorité suédoise de lutte contre la criminalité économique (EBM) a déclaré que sa perquisition au siège de Swedbank faisait partie d’une enquête indépendante visant à déterminer si la banque avait enfreint la réglementation en matière de délit d’initié en informant les principaux actionnaires des informations de SVT avant que celles-ci ne soient rendues publiques.

“A ce stade, aucune suspicion de délit n’a été notifiée à une personne physique ou morale”, a souligné Swedbank dans une déclaration à la suite de la perquisition.

“CONTRIBUER À LA CLARTÉ”

Alecta, troisième principal actionnaire de la banque, s’est félicité de l’enquête menée par l’Autorité suédoise de lutte contre la criminalité économique.

“Dans tout ce qui a trait à la question du blanchiment d’argent chez Swedbank, il est nécessaire de disposer des faits et de la plus grande transparence possible”, a déclaré Alecta dans un courriel. “Il est bon que l’EBM fasse maintenant tout ce qui est en son pouvoir pour contribuer à la clarté dans ce domaine.”

Swedbank doit se défendre sur plusieurs fronts : Bill Browder, un investisseur en campagne contre le blanchiment d’argent, a déposé une plainte distincte auprès des autorités suédoises et SVT avait précédemment fait état de documents internes montrant que le conseil d’administration de Swedbank n’a pas pris de mesures correctives tout en sachant que des transactions suspectes n’avaient pas été repérées.

Swedbank, qui tient jeudi son assemblée générale annuelle, a dans chaque cas invoqué la confidentialité bancaire pour expliquer qu’il ne pouvait pas commenter des transactions spécifiques ni des détails concernant ses clients.

Selon les informations de SVT mercredi, des documents confidentiels montrent que Swedbank a déclaré au Département des services financiers de l’Etat de New York qu’il n’avait que des clients suédois et norvégiens liés au cabinet panaméen Mossack Fonseca.

Cependant, toujours selon SVT, un certain nombre de sociétés ayant des liens avec le cabinet d’avocats auraient traité avec Swedbank dans les pays baltes.

Ni l’ambassade des Etats-Unis en Suède ni les autorités financières suédoises n’ont fait de commentaire dans l’immédiat.

L’autorité américaine des marchés financiers (Securities and Exchange Commission, SEC) s’est refusé à tout commentaire. Le Département américain de la justice et le Département des services financiers de l’Etat de New York n’étaient pas joignables dans l’immédiat. (Esha Vaish, Simon Johnson et Johan Ahlander, Dominique Rodriguez pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below