March 25, 2019 / 2:03 PM / 4 months ago

Xi Jinping à Paris, "plusieurs" milliards d'euros d'accords

* Deuxième jour de la visite d’Etat du président chinois

* Le mystère plane sur la mégacommande d’Airbus

* Ouverture d’un centre Pompidou à Shanghai en 2019

PARIS, 25 mars (Reuters) - Une trentaine d’accords régaliens et commerciaux de “plusieurs milliards d’euros” vont être conclus ce lundi, notamment dans les domaines de l’agroalimentaire, de l’énergie et de la culture, au deuxième jour de la visite d’Etat du président chinois Xi Jinping en France, a fait savoir l’Elysée.

Rien n’a filtré en revanche sur la possible concrétisation de la mégacommande de 184 Airbus qui avait été annoncée à la surprise générale en janvier 2018 par Emmanuel Macron à Pékin. Paris avait fait état le 14 mars de “signaux positifs” concernant la finalisation de cette commande d’un montant supérieur à 18 milliards de dollars (15 milliards d’euros) au prix catalogue, sans donner plus de précisions.

“Des avancées significatives sont attendues en terme d’ouverture du marché chinois pour certaines filières agroalimentaires, notamment la volaille”, a indiqué l’Elysée. Des contrats devraient également être signés dans le domaine des infrastructures urbaines et des énergies renouvelables qui pourraient engager des entreprises françaises comme EDF et Fives, a précisé la présidence.

Sur le plan de la coopération culturelle, l’ouverture “à l’automne” d’un centre Pompidou à Shanghai, à l’image de celui ouvert depuis 2015 à Malaga en Espagne, devrait être officialisée à l’occasion de cette visite qui intervient au 55e anniversaire des relations diplomatiques entre Paris et Pékin.

Sur le volet du climat, “un cap a été franchi” et “des avancées substantielles sont attendues”, se réjouit-on à l’Elysée, où l’on évoque notamment la mention “inédite” de “la réorientation des flux financiers vers la lutte contre le changement climatique”.

“On espère également un langage fort de la Chine” sur “la révision à la hausse des niveaux d’engagement en 2020 prévus par l’accord de Paris” de 2015, visant à limiter le réchauffement à +2°C, ajoute-t-on.

TAPIS ROUGE

Un an après la visite d’Emmanuel Macron à Pékin, la France déroule le tapis rouge au dirigeant de la deuxième économie mondiale qui, après l’Italie et Monaco, a été accueilli dimanche soir par le chef de l’Etat français à Beaulieu-sur-mer (Alpes-Maritimes) pour un dîner privé sur la Riviera.

Ce lundi, Xi Jinping est attendu en milieu d’après-midi à l’Arc de Triomphe à Paris avant un entretien bilatéral à l’Elysée, une déclaration à la presse suivie par un dîner d’Etat auquel participeront entre autres l’acteur Alain Delon et Hélène Rollès - l’actrice de la sitcom “Hélène et les garçons” - véritables stars en Chine.

La journée de mardi sera consacrée au sursaut européen souhaité par Emmanuel Macron qui, avec Berlin et Bruxelles, tente de mettre en place une stratégie européenne commune moins “naïve” face aux investissements tous azimuts du géant asiatique.

“Sur les sujets économiques et commerciaux, il est important pour l’Europe d’adresser un message pour plus d’équilibre et de réciprocité”, souligne-t-on à l’Elysée à la veille de la rencontre prévue entre Emmanuel Macron, la chancelière allemande Angela Merkel, le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker et Xi Jinping.

Contrairement à l’Italie, qui est devenu samedi le premier pays du G7 à conclure un mémorandum d’accord avec Pékin sur le projet pharaonique des “nouvelles routes de la soie”, la France a prévenu qu’elle ne rejoindrait pas cette initiative sans “garanties” chinoises sur davantage de “réciprocité”.

Sur l’Italie, “on note que le protocole n’est pas juridiquement contraignant et s’inscrit dans le cadre des règles européennes”, s’est contenté de commenter l’Elysée lundi.

Au-delà des sujets économiques, bilatéraux et multilatéraux, la question des droits de l’homme, notamment la situation des Ouighours - minorité musulmane et turcophone persécutée selon les ONG - devrait être abordée lors de l’entretien bilatéral.

Interpellé par les ONG, Emmanuel Macron a également été appelé par la femme de l’ancien président d’Interpol, Meng Hongwei, à intercéder en faveur de son mari dont elle n’a aucune nouvelle depuis qu’il a été arrêté pour corruption il y a six mois. (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below