March 12, 2019 / 7:47 AM / 6 months ago

LEAD 1-France-La hausse de l'emploi salarié ralentit à 0,6% en 2018

 (Actualisé avec données complémentaires de l'Acoss § 11-13)
    PARIS, 12 mars (Reuters) - L'emploi salarié en France, départements d'Outre-mer inclus, n'a
progressé que de 0,6% sur les douze mois à fin décembre 2018 - un rythme bien inférieur à celui
de 1,3% constaté fin 2017 - avec un total de 149.600 créations nettes de postes, selon les
données publiées mardi par l'Insee.
    Sur le seul quatrième trimestre, sa progression a légèrement accéléré tout en restant
modérée, avec une hausse de 0,2% contre une augmentation de 0,1% au troisième trimestre, ce qui
a permis à l'économie française de se retrouver en situation de créations nettes d'emplois pour
le quinzième trimestre consécutif. 
    Au total, au cours des trois derniers mois de l'année dernière, l'économie française a
enregistré 53.600 créations nettes d'emploi salarié, dont 50.700 dans le privé (+0,3%) et 2.800
(stable) dans la fonction publique.
    Dans sa première estimation "flash" publiée le 8 février et portant sur le seul secteur
privé, l'Insee avait fait état de 16.200 créations d'emplois (+0,2%).
    Sur un an, le secteur privé a créé 160.300 emplois en net (+0,8%) contre 329.600 en 2017,
tandis que le public en a perdu 10.700 (-0,2%) après en avoir perdu 2.300 sur les douze mois à
fin 2017. 
    La grande majorité des créations nettes d'emplois salariés enregistrées en 2018 relèvent du
secteur des services marchands (+114.500, en hausse de 0,9%), en dépit d'un net recul de
l'emploi dans le secteur de l'intérim, qui lui est rattaché (−27.100, soit −3,3%).
    En 2018, l'industrie s'est retrouvée en situation de création nette d'emplois, avec 9.500
postes créés - soit une hausse de 0,3% - pour la première fois depuis 2001.
    Les créations d'emplois sont également restées solides dans la construction, avec 25.600
postes créés l'an dernier, soit une hausse de 1,9% (contre une progression de 2,1% en 2017).
    Le ralentissement des créations d'emploi l'an dernier s'explique en bonne partie par le
freinage de l'activité, avec une croissance du PIB (produit intérieur brut) pour l'instant
évaluée à 1,5%, en net retrait par rapport à une année 2017 exceptionnelle, durant laquelle la
croissance avait bondi de 2,3%. 
    Il est également lié à un impact moins favorable des politiques économiques en faveur de
l'emploi. L'année 2018 a notamment été marquée par une baisse du taux du crédit d'impôt pour la
compétitivité l'emploi et l'arrêt de la prime à l'embauche pour les PME mi-2017.   
    Dans un communiqué distinct, l'Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss) -
qui ne prend en compte ni l'emploi à domicile ni l'emploi agricole dans son étude - estime la
hausse des effectifs salariés du privé à 0,3% (+52.700 postes) au quatrième trimestre et à 0,9%
sur un an (+ 165.600). 
    Elle fait également état d'une progression du salaire moyen par tête de 0,7% sur le dernier
trimestre 2018, après une hausse de 0,5% au trimestre précédent, soit une augmentation de 2,3%
sur un an.
    Au total, la masse salariale du secteur privé a progressé de 1,0% au cours du dernier
trimestre 2018, après une hausse de 0,7% au troisième trimestre, et de 3,5% sur un an.
        
    Statistiques détaillées sur le site de l'Insee :
    bit.ly/2EWNnjA
    Statistiques détaillées sur le site de l'Acoss:
    bit.ly/2u54qv8
                            
 Le point sur la conjoncture française                        
 Graphique: Les chiffres clés de l'économie   tmsnrt.rs/2B7G9qP
 
 (Myriam Rivet, édité par Marine Pennetier)
  
0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below