March 11, 2019 / 10:10 AM / 4 months ago

LEAD 1-T.Italia-Un rapport ravive les tensions entre Elliott et Vivendi

(Actualisé avec déclarations de Vivendi)

PARIS, 11 mars (Reuters) - Un rapport pointant des irrégularités dans la gouvernance de Telecom Italia pourrait fournir des arguments à Vivendi en prévision de la bataille programmée avec le fonds activiste Elliott lors de l’assemblée générale de l’opérateur italien prévue à la fin du mois.

Dans un rapport publié en italien en fin de semaine dernière, le “Collegio Sindacale”, constitué de commissaires chargés de vérifier les comptes et la gouvernance de Telecom Italia, évoque, selon Vivendi, l’existence d’un “conseil d’administration parallèle” à la tête de l’opérateur, constitué d’administrateurs issus de la liste d’Elliott.

Le fonds américain, qui détient près de 10% du capital de Telecom Italia, et Vivendi, premier actionnaire de TIM avec 24% du capital, s’opposent depuis plus d’un an sur la gouvernance du groupe italien de téléphonie et la manière de relancer l’entreprise, engluée dans une dette de 25 milliards d’euros.

Une nouvelle passe d’armes se profile lors de l’assemblée générale prévue le 29 mars, au cours de laquelle les actionnaires de TIM doivent se prononcer sur la proposition de Vivendi de révoquer cinq des dix membres du conseil d’administration issus de la liste d’Elliott et de les remplacer par cinq administrateurs indépendants.

Pour le groupe français, les éléments contenus dans le rapport du Collegio Sindacale “renforcent la conviction de Vivendi que les actionnaires de TIM doivent mettre en place un conseil d’administration véritablement indépendant lors de l’assemblée générale du 29 mars”.

“Un tel conseil rétablirait les conditions et les garde-fous nécessaires à une bonne gestion de l’entreprise au bénéfice de l’ensemble des actionnaires, des salariés et des autres parties prenantes”, ajoute Vivendi, qui se dit “extrêmement préoccupé par les conclusions du rapport”.

Elliott a en revanche exhorté lundi les actionnaires de Telecom Italia à soutenir son projet pour l’opérateur télécoms au détriment de celui de Vivendi.

Le fonds activiste prône une scission du réseau de TIM et sa fusion avec son concurrent Open Fiber, une idée aussi défendue par le gouvernement italien, alors que Vivendi veut voir le groupe conserver le contrôle de son principal actif.

“La présentation d’Elliott illustre le choix sans équivoque auquel seront confrontés les actionnaires le 29 mars : un choix entre la stabilité et la poursuite de la reconstitution de la valeur de l’entreprise et le retour à un mauvais pilotage par Vivendi avec ses promesses non tenues, (...) la destruction de valeur et le mépris pour la bonne gouvernance”, déclare Elliott dans un communiqué.

L’action TIM gagnait 0,11% à 10h00 GMT à Milan, alors que l’indice sectoriel européen des télécoms progressait de 0,31% au même moment. (Benoit Van Overstraeten et Bertrand Boucey, édité par Gwénaëlle Barzic)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below