January 18, 2019 / 9:32 PM / 8 months ago

POINT MARCHÉS-Wall Street profite à plein du regain d'appétit pour le risque (actualisé)

(Actualisé avec précisions, pétrole et clôture des marchés européens)

* Le Dow a gagné 1,38%, le S&P-500 1,32%, le Nasdaq 1,03%

* Quatrième semaine de hausse pour les trois grands indices

* L’optimisme domine sur le commerce USA-Chine

* Schlumberger bondit après ses résultats, Netflix sanctioné

PARIS, 18 janvier (Reuters) - La Bourse de New York a fini en hausse pour la quatrième séance consécutive vendredi, toujours portée par les espoirs d’accord entre les Etats-Unis et la Chine sur les droits de douane, qui ont alimenté l’appétit pour le risque et bénéficié à tous les secteurs de la cote, industrie et énergie en tête.

L’indice Dow Jones a gagné 336,25 points, soit 1,38%, à 24.706,35.

Le S&P-500, plus large, a pris 34,75 points, soit 1,32%, à 2.670,71.

Le Nasdaq Composite a progressé de 72,77 points, soit 1,03%, à 7.157,23.

Selon l’agence Bloomberg, qui cite des sources proches du dossier, la Chine a proposé d’augmenter nettement ses achats de produits américains pendant six ans afin de rééquilibrer la balance commerciale entre les deux pays, un effort dont le montant global dépasserait 1.000 milliards de dollars (880 milliards d’euros) d’ici 2024.

Jeudi, déjà, le Wall Street Journal avait écrit que le secrétaire au Trésor américain, Steven Mnuchin, envisageait une levée partielle ou totale des droits de douane imposés aux produits importés de Chine vers les Etats-Unis. Un porte-parole du Trésor a toutefois démenti que Steven Mnuchin ait recommandé une telle mesure.

“On est de nouveau en mode ‘pro-risque’”, a commenté Tim Ghriskey, responsable de la stratégie d’investissement d’Inverness Counsel. “On a reçu un rameau d’olivier en provenance de Chine concernant le commerce. A l’évidence, la réaction du marché a été très favorable.”

Il ajoute toutefois que les volumes d’échanges restent relativement limités, ce qui montre selon lui qu’une partie des investisseurs préfèrent encore rester à l’écart du marché.

“L’incertitude persiste sur les négociations commerciales en dépit des rameaux d’olivier”, dit-il.

Avec 7,99 milliards de titres échangés, les volumes d’échanges sont effectivement en retrait sur leur moyenne de 8,44 milliards des 20 dernières séances.

Sur l’ensemble de la semaine, le Dow Jones a progressé de 2,96%, le S&P-500 de 2,87% et le Nasdaq de 2,66%. Tous trois affichent ainsi désormais quatre semaines consécutives de progression et le S&P-500, en hausse de plus de 6,5% depuis le début du mois, se dirige vers sa meilleure performance mensuelle depuis mars 2016.

Il a réduit à moins de 9% son recul par rapport à son record de clôture du 20 septembre alors que sa chute atteignait 19,8% le 24 décembre.

Les marchés financiers américains seront fermés lundi pour le Martin Luther King Jr. Day, férié aux Etats-Unis.

VALEURS

Les informations sur le commerce USA-Chine ont favorisé les valeurs les plus exposées aux tensions commerciales: l’indice S&P de l’industrie a progressé de 1,86% et le Philadelphia SE des semi-conducteurs a pris 2,3%.

La hausse a été un peu moins forte pour le compartiment des valeurs technologiques, à 1,49%.

Celui de l’énergie (+1,93%) a quant à lui bénéficié à la fois de l’optimisme général et de la nette hausse des cours du pétrole.

Dans l’actualité des résultats, les performances ont été plus contrastées: si le géant de l’industrie et des services parapétroliers Schlumberger a bondi de 8,12% après avoir battu le consensus au quatrième trimestre, Netflix a été sanctionné par un repli de 3,99% après une prévision de chiffre d’affaires pour le trimestre en cours jugée décevante.

Dans le secteur financier, American Express a pris 1% au lendemain de la publication de ses comptes trimestriels, pourtant marqués par un bénéfice par action en retrait sur les attentes du marché.

La saison des publications de résultats va monter en cadence la semaine prochaine avec à l’agenda plus de 50 sociétés du S&P-500. Les analystes ont revu en baisse leurs estimations de croissance des profits pour l’indice phare américain au quatrième trimestre, à 14,2% sur un an contre 20,1% début octobre selon IBES-Refinitiv.

LES INDICATEURS DU JOUR

Les chiffres mensuels de la production industrielle américaine sont ressortis supérieurs aux attentes, la production manufacturière enregistrant sa plus forte progression depuis dix mois (+1,1%) en décembre.

Moins encourageants, les premiers résultats de l’enquête mensuelle de l’université du Michigan sur le moral des ménages montre une chute spectaculaire, la plus forte depuis plus de trois ans, qui ramène son indice de confiance à 90,7, au plus bas depuis octobre 2016.

TAUX

Sur le marché obligataire, la hausse des actions et les chiffres meilleurs qu’attendu de la production industrielle se sont traduits par une remontée des rendements des emprunts d’Etat: celui des Treasuries à dix ans s’affichait à 2,789% en fin de séance, en hausse de plus de quatre points de base, après un pic de trois semaines à 2,799%.

Sa hausse atteint près de neuf points de base sur la semaine, la plus importante depuis la semaine du 2 novembre, selon les données Refinitiv.

CHANGES

Soutenu lui aussi par les espoirs de progrès dans les discussions entre Washington et Pékin, le dollar s’est apprécié face aux autres grandes devises: en fin de séance, l’indice mesurant ses fluctuations face à un panier de référence avançait de 0,31%.

Il gagne 0,73% sur l’ensemble de la semaine, sa première performance hebdomadaire positive en cinq semaines.

L’euro se traitait quant à lui à 1,1363, en baisse de 0,28% contre le billet vert.

Quant à la livre sterling, elle cédait du terrain contre le dollar et contre la monnaie unique européenne, effaçant une partie de ses gains de la veille sur fond d’incertitudes quant aux prochains épisodes du feuilleton du Brexit.

PÉTROLE

Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse sur le marché new-yorkais après l’annonce par l’Opep des modalités de son plan de réduction de la production, un signal rassurant sur l’offre venu s’ajouter aux espoirs de détente sur le front du différend commercial entre les Etats-Unis et la Chine.

Le contrat février sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 1,73 dollar, soit 3,32%, à 53,80 dollars le baril, son plus haut niveau depuis le 7 décembre. L’échéance mars sur le Brent a pris 1,52 dollar (2,48%) à 62,70 dollars.

Tous deux enregistrent ainsi leur troisième semaine de hausse d’affilée avec des gains respectifs de 4,38% et 3,65%.

LA SÉANCE EN EUROPE

Portées elles aussi par les perspectives d’apaisement des relations entre Chinois et Américains sur le commerce, les Bourses européennes ont terminé la journée en nette hausse.

À Paris, le CAC 40 a fini sur un gain 1,7% à 4.875,93 points, un plus haut d’un mois. Le Footsie britannique a pris 1,95% et le Dax allemand a gagné 2,63%.

L’indice EuroStoxx 50 a avancé de 2,14%, le FTSEurofirst 300 de 1,87% et le Stoxx 600 de 1,8%, au plus haut en clôture depuis le 4 décembre.

La hausse générale a profité en premier lieu aux valeurs technologiques, dont l’indice Stoxx a pris 2,97%.

Sur la semaine, le Stoxx a gagné 2,25% et le CAC 1,98%.

A SUIVRE LUNDI:

Si elle est fériée aux Etats-Unis, la journée sera animée, en Asie et en Europe, par une série d’indicateurs chinois très attendus, à commencer par les chiffres de la croissance du quatrième trimestre, qui pourraient confirmer le ralentissement de la deuxième économie mondiale.

Marc Angrand, avec April Joyner à New York et Medhan Singh à Bangalore

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below