January 10, 2019 / 5:36 PM / 4 months ago

RPT-Marie Brizard-Une association de minoritaires saisit l'AMF

(Mastic titre)

PARIS, 10 janvier (Reuters) - L’association d’actionnaires minoritaires Asamis a mandaté Colette Neuville pour saisir l’Autorité des marchés financiers (AMF) concernant les modalités d’un accord conclu entre Marie Brizard Wine & Spirit (MBWS) et son actionnaire principal, la Cofepp.

Dans un communiqué diffusé le 24 décembre, veille de Noël, la Cofepp, propriétaire du groupe de vins et spiritueux La Martiniquaise, a annoncé son intention d’accorder à MBWS un crédit relais de 25 millions d’euros afin de lui fournir l’oxygène nécessaire en attendant le produit des cessions d’actifs programmées.

Ce plan prévoit que ce prêt soit remboursé par anticipation une fois que l’assemblée générale des actionnaires de MBWS se sera prononcée le 31 janvier prochain pour l’une ou l’autre des options qui lui seront présentées concernant une augmentation de capital.

La première option, privilégiée par le groupe, prévoit de procéder à une augmentation de capital de 37,7 millions d’euros réservée à Cofepp qui aurait pour conséquence de faire passer sa participation de 29,5% actuellement à un niveau de l’ordre de 37 à 47%. La seconde option repose sur une augmentation de capital de 35 millions d’euros avec maintien du droit préférentiel de souscription (DPS).

Colette Neuville, qui s’est illustrée dans plusieurs dossiers de défense des droits des actionnaires minoritaires, a écrit au gendarme boursier pour demander une expertise indépendante afin de vérifier le caractère équitable des modalités des augmentations de capital.

Dans une lettre, Colette Neuville, qui dit être mandatée par l’Asamis et des investisseurs institutionnels, justifie cette demande par plusieurs motifs d’interrogation.

“L’information financière donnée par la société durant les dernières années fait l’objet d’interrogations, voire de suspicions, sur son exactitude et sa sincérité”, écrit Colette Neuville qui évoque également la “révocation” du précédent directeur général Jean Noël Reynaud en mars 2018.

Elle estime par ailleurs que le fait que la Cofepp soit un concurrent de MBWS pourrait constituer une situation de conflit d’intérêt.

“(....) en convenant d’une augmentation de capital qui lui serait réservée, la Cofepp aurait une participation comprise entre 37% et 47%, sous condition de bénéficier d’une dérogation à l’obligation de mettre en œuvre une OPA : il apparaît ainsi que la Cofepp entend prendre le contrôle de MBWS, mais sans payer le prix”, écrit Colette Neuville qui s’inquiète également d’un risque d’inégalité d’informations entre les actionnaires.

MBWS n’a pas souhaité faire de commentaire dans l’immédiat.

Gwénaëlle Barzic, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below