January 10, 2019 / 7:01 AM / 4 months ago

GB-La distribution britannique a connu son pire Noël depuis 2008-BRC

LONDRES, 10 janvier (Reuters) - Les distributeurs britanniques ont vu leurs ventes stagner pendant la période de Noël pour la première fois depuis la crise financière il y a dix ans, montre une enquête publiée jeudi par le British Retail Consortium (BRC), principale fédération du secteur, une déception qui nourrit les inquiétudes pour l’économie à l’approche du Brexit.

La consommation des ménages semble donc marquer le pas après un été dynamique, les incertitudes liées à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne l’emportant sur le ralentissement de l’inflation et la hausse des salaires.

La stagnation des ventes en décembre enregistrée par le BRC est intervenue après une croissance de 0,5% sur un an en novembre. En décembre 2017, les ventes du secteur avaient progressé de 1,4% sur un an.

Les ventes à données comparables, qui excluent les changements de surfaces de ventes, ont quant à elles diminué de 0,7%, leur plus forte baisse depuis octobre 2017.

“Cela s’est produit en dépit des efforts désespérés des distributeurs pour favoriser les ventes par le biais de baisses de prix qui ne semblent pas encourager les acheteurs”, a déclaré Paul Martin, associé du cabinet KPMG, partenaire de l’enquête.

Une autre étude sur les dépenses de consommation publiée par Barclaycard montre que la consommation n’a augmenté que de 1,8% en décembre après une croissance de 3,3% en novembre.

Ce chiffre est le plus faible enregistré depuis mars 2016 et équivaut à une contraction en données réelles une fois retraité de l’inflation.

Avant la publication de ces études, plusieurs distributeurs avaient déjà fait état de ventes décevantes sur les dernières semaines de l’année: les supermarchés Sainsbury’s et Morrison ont réalisé des performances inférieures à leurs prévisions et l’enseigne de magasins de chaussures de sport Footasylum a dit avoir enregistré les pires conditions d’activité depuis plusieurs années.

La chaîne d’habillement Next et les grands magasins John Lewis ont toutefois fait état d’une forte hausse de la demande.

“Beaucoup de Britanniques ont adopté une approche plus prudente en matière de dépenses de Noël qu’en 2017, en rognant sur les dépenses courantes pour compenser les coûts liés aux fêtes”, explique Esme Harwood, directrice de Barclaycard.

La moitié des Britanniques interrogés le mois dernier sur le sujet s’étaient déclarés préoccupés par le risque de déclin de l’économie britannique en 2019, contre 43% un an plus tôt, selon Barclaycard.

David Milliken; Marc Angrand pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below