January 4, 2019 / 3:25 PM / 8 months ago

LEAD 1-USA-L'emploi et les salaires toujours dynamiques en décembre

* 312.000 emplois non-agricoles créés en décembre

* Le taux de chômage remonte à 3,9%

* Le salaire horaire moyen en hausse de 0,4%, +3,2% sur un an (Actualisé avec précisions, commentaires, ouverture de Wall Street)

par Lucia Mutikani

WASHINGTON, 4 janvier (Reuters) - L’économie américaine a créé en décembre un nombre d’emplois sans précédent depuis dix mois et les salaires ont continué d’augmenter, montrent les statistiques publiées vendredi, qui devraient apaiser en partie les craintes d’un ralentissement de l’économie, voire d’une récession.

Le rapport mensuel du département du Travail tranche en effet avec les indicateurs récents traduisant entre autres un ralentissement de l’activité dans l’industrie en Chine et en Europe.

Aux Etats-Unis, les signes de dégradation de la confiance des consommateurs et de l’activité dans le secteur manufacturier ont alimenté ces dernières semaines les doutes des investisseurs, favorisant la baisse de Wall Street.

“Le bond des créations de postes en décembre ressemble à un pied de nez face aux craintes de récession sur les marchés”, estime Paul Ashworth, chef économiste de Capital Economics. “Ce rapport sur l’emploi suggère que l’économie américaine dispose d’un élan considérable.”

Le département du Travail a recensé 312.000 créations de postes le mois dernier, le chiffre le plus élevé depuis février, ce qui traduit entre autres une reprise de l’activité dans le secteur de la construction après un mois de novembre inhabituellement froid.

Les statistiques d’octobre et novembre ont en outre été revues en hausse, de 58.000 au total. Sur l’ensemble de l’année 2018, l’économie américaine a créé 2,6 millions d’emplois, après 2,2 millions en 2017.

Le salaire horaire moyen a augmenté de 11 cents, soit 0,4%, en décembre après une progression de 0,2% le mois précédent. En rythme annuel, sa hausse atteint 3,2%, comme en octobre, après 3,1% en novembre.

Le taux de chômage, calculé sur la base de données différentes de celles des créations d’emplois, est remonté à 3,9% en décembre après le plus bas de près de 49 ans touché le mois précédent à 3,7%. Cette hausse reflète le retour sur le marché du travail de 419.000 personnes le mois dernier.

Le taux de participation de la main d’oeuvre, qui mesure la proportion de la population en âge de travailler qui occupe ou cherche un emploi, est ainsi repassé à 63,1% le mois dernier, au plus haut depuis septembre 2017.

UN ARGUMENT EN FAVEUR DE LA HAUSSE DES TAUX

La vigueur de l’emploi fournit un argument à la Réserve fédérale pour poursuivre la remontée de ses taux d’intérêt, alors que les turbulences récentes sur les marchés ont conduit certains observateurs à évoquer la possibilité d’une pause dans le resserrement monétaire aux Etats-Unis.

La Fed a relevé ses taux à quatre reprises en 2018 et elle prévoit deux hausses de plus cette année mais les marchés à terme n’en anticipent actuellement plus aucune pour 2019.

Les rendements des emprunts d’Etat américains sont repartis à la hausse vendredi après la publication du rapport sur l’emploi: à 15h00 GMT, celui des Treasuries à dix ans prenait près de dix points de base à 2,648% et celui des titres à deux ans remontait à 2,484%.

Au même moment, Wall Street gagnait plus de 2%, effaçant la majeure partie des pertes subies la veille.

Le dollar, lui, s’appréciait de 0,3% environ face à un panier de devises de référence, faisant retomber l’euro sous 1,1350 alors qu’il évoluait à plus de 1,14 dollar avant la publication des statistiques.

“Cela devrait, au moins pour aujourd’hui, faire taire les spéculations sur la possibilité que la Fed reste totalement inactive cette année”, estime Omair Sharif, économiste senior de Société générale à New York.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 177.000 créations d’emplois, un taux de chômage stable à 3,7% et une progression du salaire horaire moyen de 0,3% sur un mois et de 3,0% sur un an.

La croissance de l’emploi en décembre a porté le nombre d’Américains occupant un emploi à plus de 150 millions pour la première fois dans l’histoire du pays.

Le marché du travail étant considéré désormais comme proche d’une situation de plein emploi, sa croissance devrait ralentir cette année, en raison notamment d’une pénurie de main d’oeuvre dans certains secteurs qui se traduit déjà par des difficultés de recrutement ou par une accélération des salaires.

Les chiffres de janvier pourraient en outre être affectés par les turbulences sur les marchés financiers et par le “shutdown”, la fermeture d’une partie des administrations fédérales provoquée par l’absence d’accord entre le Congrès et la Maison blanche sur le budget.

Tableau de la statistique (Marc Angrand pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below