January 3, 2019 / 11:33 AM / 5 months ago

BOURSE-Les semi-conducteurs et le luxe chutent, Apple et la Chine inquiètent

PARIS, 3 janvier (Reuters) - Les valeurs européennes des semi-conducteurs chutent jeudi en Bourse après l’avertissement sans précédent du géant américain Apple, qui a encore accru les craintes d’un ralentissement de la croissance chinoise et pénalise ainsi d’autres secteurs parmi les plus exposés à la Chine, comme le luxe.

La marque à la pomme a pris mercredi la décision d’abaisser sa prévision de chiffre d’affaires trimestriel, son directeur général, Tim Cook, mettant en cause le ralentissement des ventes d’iPhone en Chine, dont l’économie souffre des incertitudes liées aux tensions commerciales avec les Etats-Unis.

Cet avertissement du géant de la technologie fait plonger le titre Apple (-7,6%) dans les échanges hors séance régulière à Wall Street, entraînant dans son sillage ses fournisseurs en Asie et en Europe.

Lanterne rouge du Stoxx 600, l’autrichien AMS décroche ainsi de 19,48% à la mi-journée. STMicroelectronics lâche 9,67% et Dialog Semiconductor chute de 9,01%.

D’après les estimations de Credit Suisse, Dialog Semiconductor est exposé à Apple à hauteur de 75% de son chiffre d’affaires, AMS à hauteur de 20% et STMicroelectronics de 11%.

D’autres acteurs du secteur comme ASML (-5,10%), Infineon (-5,52%) ou encore Soitec (-5,87%) sont aussi pénalisés.

Apple représente à lui seul 9% du marché mondial des semi-conducteurs, juste derrière le sud-coréen Samsung Electronics (10%), rappellent les analystes d’Invest Securities.

L’indice Stoxx de la technologie chute de 3,85%, de loin la plus forte baisse sectorielle en Europe, et il évolue au plus bas depuis février 2017.

Des fournisseurs américains d’Apple, comme Qualcomm , Qorvo, Skyworks et Micron Technology devraient eux aussi être sous pression à l’ouverture de Wall Street.

INQUIÉTUDES ACCRUES SUR LA CHINE

L’abaissement de la prévision de chiffre d’affaires d’Apple pour la période octobre-décembre, premier trimestre de son exercice décalé, pourrait être le signe d’un ralentissement plus marqué que prévu de l’économie chinoise, susceptible de contraindre les entreprises de nombreux secteurs à ajuster leurs anticipations sur ce marché.

“Cela confirme la tendance que l’on a eue hier avec les PMI chinois. Il y a un ‘call’ sur le marché concernant une croissance chinoise en berne qui pénalise les valeurs exposées à la Chine, comme ArcelorMittal, mais aussi le luxe”, indique un trader en poste à Paris.

Le ralentissement économique de la Chine constitue un des principaux risques pour les groupes de luxe devenus très dépendants de la clientèle chinoise, qui pèse pour plus de 30% des ventes du secteur selon les estimations du cabinet d’études Bain & Co.

A Paris, Kering chute jeudi de 4,51%, suivi non loin par LVMH (-3,27%) et Hermès (-2,97%).

Ailleurs en Europe, Burberry lâche 4,81%, Swatch recule de 3,87%, et Richemont perd 2,86%.

“Attention cependant à ne pas faire l’amalgame entre cet avertissement (d’Apple) et une décélération de la croissance du pays du milieu”, pointent les stratèges de Mirabaud Securities.

“En effet, la marque à la pomme est confrontée à une concurrence toujours plus vive avec les fabricants locaux, une saturation du marché des smartphones, une mauvaise gestion de ses gammes ou encore de ses prix, une guerre juridique avec un Qualcomm qui tente de bloquer les ventes et les querelles commerciales menées par Donald Trump entre les États-Unis et la Chine.”

Blandine Hénault, avec Pascale Denis, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below