December 31, 2018 / 1:02 PM / 5 months ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 13H00 GMT (31/12)

SÉCURITÉ RENFORCÉE À PARIS ET EN RÉGIONS POUR LA SAINT-SYLVESTRE

PARIS - Une vigilance particulière devait entourer ce lundi soir les festivités du Nouvel an à Paris et en régions, où les manifestants du mouvement des “Gilets jaunes” comptent se mêler à la foule venue célébrer l’année nouvelle.

Au total, près de 148.000 personnels, forces de l’ordre, de sécurité civile et militaires de l’opération Sentinelle seront mobilisés sur l’ensemble du territoire, a précisé dimanche le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, dans un communiqué.

A Paris, la mobilisation est de l’ordre de 18.000 personnes, a déclaré lundi sur LCI le préfet de police de capitale, Michel Delpuech.

Un spectacle son et lumières prévu sur les Champs-Elysées a été maintenu, malgré les craintes de dégradations similaires à celles commises ces dernières semaines en marge du mouvement des “Gilets jaunes” contre les hausses de taxes.

Un périmètre de protection comprenant des points de filtrage devait être installé dès 16h00 autour de la célèbre avenue, où plusieurs centaines de milliers de personnes sont attendues dans la soirée pour accueillir l’année 2019.

—-

PRÉSIDENTIELLE EN RDC: OPPOSITION ET POUVOIR SE DISENT VAINQUEUR

KINSHASA - L’opposition de République démocratique du Congo (RDC) s’est dite convaincue lundi matin qu’un de ses deux candidats allait sortir vainqueur de l’élection présidentielle de dimanche, sur la base des premiers dépouillements, la coalition au pouvoir assurant de son côté que son candidat l’a emporté.

Ces déclarations des deux camps ajoutent à la confusion au terme d’un scrutin perturbé par les problèmes de sécurité, une épidémie de fièvre Ebola, des pannes et autres difficultés logistiques, faisant craindre de nouvelles violences comme celles qui avaient éclaté après les précédentes élections présidentielles, en 2006 et 2011.

Le vote vise à désigner le successeur de Joseph Kabila, au pouvoir depuis 18 ans et dont le mandat a expiré il y a deux ans. Kabila a apporté son soutien à l’ancien ministre de l’Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary, dont le directeur de cabinet a assuré lundi matin qu’il avait remporté le scrutin disputé en un seul tour.

Alors que des résultats partiels ne devraient pas être communiqués avant mardi par la commission électorale, les principaux candidats de l’opposition, Félix Tshisekedi et Martin Fayulu, affirment pour leur part faire la course largement en tête après le dépouillement des premiers bulletins.

—-

LA DÉTENTION DE CARLOS GHOSN AU JAPON PROLONGÉE DE DIX JOURS

TOKYO - Le tribunal de district de Tokyo a annoncé lundi qu’il prolongeait de dix jours la détention de Carlos Ghosn, qui est incarcéré au Japon depuis le 19 novembre pour des soupçons de malversations financières chez Nissan.

Carlos Ghosn sera ainsi maintenu en détention jusqu’au 11 janvier, a précisé le tribunal de la capitale japonaise.

Le PDG de Renault et de l’alliance Renault-Nissan a été de nouveau placé en état d’arrestation le 21 décembre sur la base de nouvelles accusations selon lesquelles il aurait fait passer dans les comptes du constructeur automobile japonais des pertes de 1,85 milliard de yens (14,5 millions d’euros) sur des investissements personnels.

—-

EFFONDREMENT D’UN IMMEUBLE EN RUSSIE, LOURD BILAN REDOUTÉ

MOSCOU - L’effondrement partiel d’un immeuble d’habitation de neuf étages dans une ville de l’est de la Russie, à la suite d’une explosion probablement due à une fuite de gaz, a fait au moins trois morts et des dizaines de disparus, rapporte lundi l’agence Ria.

Selon l’agence Tass, qui cite le vice-gouverneur de la province de Tcheliabinsk, Oleg Klimov, 79 personnes sont pour le moment portées disparues après l’effondrement qui s’est produit à Magnitogorsk, une ville située à 1.700 km à l’est de Moscou.

—-

UN AMÉRICAIN SOUPÇONNÉ D’ESPIONNAGE ARRÊTÉ À MOSCOU

MOSCOU - Le service de sécurité intérieure russe (FSB) a arrêté à Moscou un ressortissant américain soupçonné d’espionnage, rapportent lundi les agences de presse russes. Le suspect a été interpellé le 28 décembre et fait l’objet d’une enquête criminelle, a déclaré le FSB à la presse.

—-

SYRIE-UN SÉNATEUR SE DIT RASSURÉ SUR LES PROJETS DE TRUMP

WASHINGTON - Le sénateur républicain Lindsey Graham a déclaré dimanche être rassuré sur le projet de Donald Trump de retrait des troupes américaines de Syrie après une rencontre avec le président dimanche à la Maison Blanche.

Lindsey Graham, dont la voix est influente en matière de sécurité nationale, a dit que le voyage en Irak effectué la semaine dernière par Donald Trump avait fait comprendre à celui-ci la nécessité de “finir le travail” contre le groupe Etat islamique, aussi connu sous le nom de Daech.

Avant sa rencontre avec le président, le sénateur de Caroline du Sud avait dit que le retrait de la totalité des forces américaines nuirait à la sécurité des États-Unis parce que cela permettrait à l’État islamique de se reconstruire. Un retrait total équivaudrait aussi à une trahison des Kurdes qui combattent les derniers éléments de Daech avec le soutien des Etats-Unis, avait ajouté Lindsey Graham.

—-

UNE DÉLÉGATION DES TALIBAN AFGHANS EN IRAN POUR NÉGOCIER

LONDRES - Une délégation des taliban afghans est arrivée dimanche à Téhéran où elle a entamé des pourparlers de paix avec les autorités iraniennes, a annoncé lundi un porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.

Ces pourparlers visent à fixer le cadre de négociations entre les taliban et le gouvernement afghan, a-t-il ajouté.

—-

LE PARTI AU POUVOIR AU BANGLADESH REMPORTE LES LÉGISLATIVES

DACCA - Le parti de la Première ministre du Bangladesh, Sheikh Hasina, a remporté les élections législatives avec une majorité écrasante, a annoncé la Commission électorale lundi matin, des résultats rejetés par l’opposition qui considère que le scrutin est entaché de fraude.

Sheikh Hasina, qui est âgée de 71 ans, va ainsi entamer un troisième mandat à la tête du gouvernement.

—-

BENALLA AFFIRME ÉCHANGER RÉGULIÈREMENT AVEC MACRON

PARIS - Alexandre Benalla, au coeur d’une nouvelle controverse politico-judiciaire pour n’avoir pas restitué ses deux passeports diplomatiques après son licenciement de l’Elysée, a affirmé à Mediapart avoir échangé récemment avec Emmanuel Macron via la messagerie Telegram, contredisant des affirmations de la présidence selon lesquelles elle n’entretient plus “aucun contact” avec l’ancien chargé de mission.

“Ça va être très dur de le démentir parce que tous ces échanges sont sur mon téléphone portable”, a confié l’ancien collaborateur du chef de l’Etat dimanche au site d’information en ligne.

Alexandre Benalla décrit par ailleurs le président de la République comme étant entouré de “technocrates” qui “appartiennent à une famille pire que la mafia”.

Le président de Mediapart, Edwy Plenel, a déclaré lundi sur BFM TV que les échanges entre le chef de l’Etat et son ancien chargé de mission, via la messagerie Telegram ont été authentifiés.

Interrogé par Reuters, l’Elysée s’est refusée à tout commentaire sur ces affirmations, alors qu’Emmanuel Macron doit s’adresser au pays ce lundi soir à l’occasion de son message de voeux du Nouvel an.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below