December 19, 2018 / 9:20 PM / 3 months ago

POINT MARCHÉS-Wall Street a mal digéré la dernière réunion de la Fed (actualisé)

NEW YORK, 19 décembre (Reuters) - Wall Street n’a pas particulièrement apprécié les dernières déclarations et décisions de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, comme en témoignent les pertes importantes de ses trois grands indices, rendant de plus en plus élusif tout “rally” de Noël.

La Bourse a très vite perdu du terrain lorsque la Réserve fédérale a annoncé qu’elle relevait l’objectif de taux des fonds fédéraux (“Fed funds”) d’un quart de point à 2,25%-2,50%.

La banque centrale prévoit encore deux hausses de taux en 2019, et non plus trois, et une encore en 2020 et a signalé que la fin de son cycle de resserrement monétaire approchait face à l’instabilité des marchés financiers et au ralentissement de la croissance mondiale, ce qui a permis à l’indice S&P de revenir en territoire positif.

Mais il est reparti à la baisse de plus belle - un recul qui s’est accompagné d’un même rétrogradage des rendements obligataires - lors de la conférence de presse donnée par Jerome Powell, les investisseurs semblant globalement déçus que la banque centrale n’ait pas été plus “colombe”.

“C’est à l’évidence une déception pour ceux qui anticipaient une hausse ‘modérée’ (dovish)”, observe David Joy (Ameriprise Financial). “C’est une hausse plus modérée certes mais c’est une hausse et il y a encore un fossé entre la Fed et le marché pour ce qui est des projections sur l’évolution de la politique monétaire l’an prochain”.

Les investisseurs n’ont pas apprécié non plus que Jerome Powell ne pense pas que la banque centrale change sa méthode qui est de laisser le dégonflement de son bilan se faire en “pilotage automatique”.

“Powell n’en démord pas: il a dit aujourd’hui qu’il ne voyait aucun resserrement provenir du dénouement du bilan”, observe Quincy Krosby (Prudential Financial). “Le message du marché c’est que nous observons des conditions financières plus tendues et une trajectoire de croissance affaiblie”.

Scott Minerd (Guggenheim Partners) confirme lui aussi que le statu quo sur la méthode de réduction du bilan a déçu les investisseurs. “Le marché signale peut-être qu’il souhaite un ralentissement du rythme de la normalisation du bilan”.

Le Dow Jones a perdu 351,98 points, soit 1,49%, à 23.323,66 points, son cours de clôture le plus bas depuis novembre 2017.

Le S&P-500 a cédé 39,20 points (1,54%) à 2.506,96 points, après avoir inscrit en séance un creux de 2.488,96, au plus bas depuis septembre 2017.

Le Nasdaq Composite a laissé 148,43 points (2,19%) à 6.635,48 points.

L’indice S&P-500 est en baisse de 7% depuis le début du mois. Seules les années 1930 et 1931, soit durant la Grande Dépression, ont vu des performances boursières encore pires en décembre.

Pour ce qui concerne le seul quatrième trimestre, le S&P-500 est en recul de 14% environ, ce qui en fait son plus mauvais quatrième trimestre depuis 2008.

Enfin, 298 des 500 valeurs composant cet indice sont à présent en baisse de 20% au moins par rapport à leur pic de 52 semaines.

Le volume a été de 10,81 milliards de titres échangés contre 8,22 milliards en moyenne sur les 20 dernières séances.

VALEURS

Les 11 grands indices S&P sectoriels ont fini dans le rouge, la plus forte perte revenant à celui des biens non essentiels (-2,23%).

Les valeurs des services aux collectivités (-0,22%)et de la santé (-1,27%) sont les seules à être en territoire positif sur l’ensemble de l’année.

L’indice Dow Jones des transports (-3,15%) confirme être tombé en territoire baissier, plombé par FedEx, qui a décroché de plus de 12% après avoir revu en baisse ses perspectives de 2019 pour cause de ralentissement économique en Europe et de tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis.

FedEx est en baisse de 35% environ cette année.

Globalement, hormis Verizon Communications, toutes les valeurs composant le Dow Jones ont terminé dans le rouge.

Les valeurs du groupe des FAANG, qui avaient porté le Nasdas mardi, ont reflué pareillement. Amazon.com, Apple et Facebook ont tous trois perdu plus de 3%.

Micron Technology a cédé 7,9%, le fondeur ayant livré des prévisions ternes qui font craindre que le secteur des semiconducteurs ait déjà mangé son pain blanc.

Johnson & Johson affiche une perte de 2,2% en clôture, le conglomérat de la santé n’ayant pu faire invalider un verdict qui le condamne à verser des dédommagements records dans le dossier du talc à l’amiante.

A l’inverse le cigarettier Altria a pris un peu plus de 1%, le propriétaire de Marlboro étant sur le point de racheter plus du tiers du capital du fabricant de cigarettes électroniques Juul Labs, une transaction qui valorise ce dernier 38 milliards de dollars, selon des sources proches du dossier.

LES INDICATEURS DU JOUR

Le déficit des comptes courants des Etats-Unis a augmenté au troisième trimestre avec la hausse des importations, selon un rapport publié mercredi par le département du Commerce, qui montre également que les entreprises américaines ont rapatrié 92,7 milliards de dollars (81,3 milliards d’euros) de bénéfices.

Les reventes de logements aux Etats-Unis ont augmenté de manière inattendue en novembre, mais affichent leur plus forte baisse annuelle en sept ans et demi, dernier signe en date de la morosité du marché immobilier.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les Bourses européennes ont terminé en hausse mercredi avant la décision de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed) et alors que l’Italie et l’Union européenne sont parvenues à un accord sur le budget prévisionnel de Rome pour 2019.

À Paris, l’indice CAC 40 a terminé en hausse de 0,49% à 4.777,45 points. Le Footsie britannique a pris 1,23% et le Dax allemand a gagné 0,24%.

L’indice EuroStoxx 50 a gagné 0,54%, le FTSEurofirst 300 0,46% et le Stoxx 600 0,46%.

La Bourse de Milan a pris 1,7% à la faveur du compromis trouvé entre la Commission européenne et l’Italie sur le projet de budget italien pour 2019 qui permettra à Rome d’échapper dans l’immédiat à une procédure disciplinaire pour déficit excessif.

TAUX

Les dégagements observés en Bourse et l’accumulation des craintes de voir la croissance mondiale ralentir sensiblement ont provoqué une baisse du rendement des Treasuries.

L’emprunt à 10 ans, qui reprend des airs de valeur refuge, donnait un rendement de 2,762% contre 2,823% mardi soir. Il était le 9 octobre, à 3,261%, au plus haut depuis le 9 octobre.

“On ne peut pas dire que c’était vraiment une hausse des taux ‘modérée’ (dovish)”, a dit Subadra Rajappa (Société Générale). “Le fait qu’elle ait conservé le terme ‘progressif’ confirme je crois que la politique monétaire reste en l’état, alors que le marché espérait qu’elle évoluerait un peu plus en fonction des données”.

Le “spread” entre les échéances à deux et à 10 ans était de 11,1 points de base contre 16 points de base la veille.

CHANGES

Après avoir réagi vers le bas aux dernières annonces de la Réserve fédérale, le dollar est parvenu à se stabiliser, la Réserve fédérale s’étant montrée moins compréhensive que ne l’avaient espéré les marchés dans un contexte économique qui ne semble plus être porteur.

Le dollar ne perdait plus que 0,02% à 112,45 yens - la monnaie japonaise étant pourtant considérée comme un actif refuge en période de basses eaux - et 0,01% à 1,1375 par euro .

Face à un panier de devises de référence, il laissait 0,08% à 97,026.

PETROLE

Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse mercredi sur le marché new-yorkais Nymex, s’étant bien repris après leur net recul de la veille, les dernières statistiques américaines ayant révélé l’existence d’une forte demande de produits raffinés.

A SUIVRE JEUDI 20 DECEMBRE :

Journée des banques centrales: décisions de politique monétaire successivement de la Banque du Japon (BoJ), de la Riksbank suédoise, à 8h30 GMT, et de la Banque d’Angleterre (BoE) à 12h00 GMT.

April Joyner, Chuck Mikolajczak, David Randall et Amy Caren Daniel, Karen Brettell et Gertrude Chavez-Dreyfuss Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below