December 13, 2018 / 12:36 PM / 3 months ago

France-Bon cru 2018 pour l'immobilier ancien, 2019 sera calme-Notaires

PARIS, 13 décembre (Reuters) - L’activité sur le marché de l’immobilier ancien s’est maintenue à un haut niveau en 2018, alimentée par les taux bas, sur fond de progression des prix en particulier à Paris, mais elle pourrait atteindre l’an prochain une forme de plateau, selon le bilan annuel des Notaires de France publié jeudi.

Selon les projections réalisées à fin septembre sur la base des avant-contrats, l’année 2018 devrait être marquée par un peu moins d’un million de transactions dans l’ancien (956.000 ventes sur un an à fin septembre, soit +0,8% par rapport à l’an dernier).

Sur un an à fin septembre, les prix des appartements en métropole ont progressé de 3,4% selon l’indice Notaires-Insee. Ceux des appartements anciens en province ont gagné 2,6% à fin septembre, ceux de l’Ile-de-France 4,2%.

Les maisons anciennes ont quant à elles vu leur prix gagner 2,6%, une hausse plus marquée en province (2,7%) qu’en Ile-de-France (2%).

Les projections sur la base des avant-contrats laissent entrevoir une “stabilisation certaine” des prix des logements anciens en France sur la fin d’année.

“La tendance 2019 que nous avons relevée confirme cette stabilisation voire cette légère érosion. Le mot d’ordre, c’est un marché qui se calme et il n’y a pas de crainte de bulle immobilière en vue”, a déclaré Thierry Thomas, président de l’Institut notarial de droit immobilier, lors de la conférence de presse de présentation de ces analyses.

De plus, cette progression des prix est à mettre en regard d’une inflation qui a atteint 5,94% depuis le dernier pic des prix atteint au quatrième trimestre 2011, a-t-il noté. En prenant en compte cette inflation, le prix métropolitain des appartements anciens accuserait même une baisse de plus de 3%, estime-t-il.

En Ile-de-France, où le prix moyen au mètre carré des appartements devait battre ce trimestre un nouveau record de 6.050 euros, les volumes de vente se sont maintenus par rapport à l’an dernier.

A Paris, les volumes sont moins bons que dans le reste de l’Ile-de-France, en raison du parc limité de logements, mais le prix des appartements qui atteint selon les projections 9.670 euros le mètre carré au quatrième trimestre, est en passe d’atteindre les 10.000 euros l’été prochain, note Thierry Delessale, notaire à Paris.

Au troisième trimestre, trois nouveaux arrondissements, les 8e, 9e et 16e, voient le prix moyen de leurs appartements dépasser les 10.000 euros, rejoignant ainsi ceux du centre de Paris (un à sept).

Tout en décrivant un marché parisien “très déséquilibré, avec beaucoup plus d’acquéreurs que de vendeurs”, il réfute la menace d’un risque spéculatif : “En Ile-de France, on est dans un marché d’utilisateurs, et non d’investisseurs, ce qui nous fait dire que l’on n’est pas du tout dans une bulle.”

“En terme de volumes, on peut se demander si on ne va pas vers un plateau en Ile-de-France, comme sur la période 1999-2007”, ajoute-t-il. (Julie Carriat, édité par Sophie Louet)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below