December 2, 2018 / 6:43 PM / 11 days ago

Le budget italien entre les mains des députés

ROME, 2 décembre (Reuters) - Les députés italiens entament cette semaine l’examen du projet de loi de finances 2019 du gouvernement rejeté par Bruxelles.

Le budget proposé par le Mouvement 5 Etoiles et la Ligue, au pouvoir depuis juin dernier, prévoit un déficit à hauteur de 2,4% du produit intérieur brut contre 1,8% cette année, dans l’espoir de relancer l’économie. Il est rejeté par la Commission européenne, qui estime qu’il ne permettra pas de réduire le poids de la dette, donc qu’il contrevient aux règles en la matière de l’Union européenne.

Bruxelles pourrait donc lancer une procédure disciplinaire à l’encontre de l’Italie susceptible de déboucher sur des sanctions financières. Rome a toutefois multiplié les signes de conciliation ces derniers jours.

Lors du sommet du G20 ce week-end à Buenos Aires, le président du Conseil Giuseppe Conte s’est dit confiant de parvenir à un compromis avec la Commission européenne.

“Nous progressons à chacune de nos réunions”, a-t-il dit. “Nous regardons les points qui pourraient être la base d’une solution”, a expliqué Giuseppe Conte.

Le chef du gouvernement, accompagné de son ministre de l’Economie Giovanni Tria, s’est entretenu en Argentine avec le président de la Commission Jean-Claude Juncker qui a lui aussi tenu un discours d’apaisement, assurant “ne pas être en guerre avec l’Italie”.

Giuseppe Conte n’a pas donné de détails sur les pistes explorées par Rome et Bruxelles mais il a indiqué qu’étaient notamment évoquées les mesures budgétaires susceptibles d’améliorer les perspectives de croissance de l’Italie, qui ne cesse de ralentir depuis dix-huit mois.

PROBABLE VOTE DE CONFIANCE

Après avoir été examiné en commission parlementaire, le projet de loi de finances atterrit cette semaine à la Chambre des députés.

Selon des sources politiques, le gouvernement soumettra probablement le texte à un vote de confiance afin de réduire les amendements, maintenir la discipline de vote et accélérer la procédure d’approbation.

Le gouvernement doit démissionner s’il perd un vote de confiance mais le cas de figure est jugé improbable à la Chambre, où Ligue et M5S disposent d’une confortable majorité.

Le budget doit être approuvé par les deux chambres du Parlement d’ici la fin de l’année.

Les services de Giuseppe Conte démentent que le gouvernement soit prêt à réduire significativement son objectif de déficit mais de sources proches de l’exécutif et de la coalition, on indique qu’il pourrait le ramener à 2% du PIB afin de conclure un accord avec Bruxelles.

Claudio Borghi, porte-parole de la Ligue (extrême droite) pour les questions économiques, a déclaré dimanche que les sommes allouées à la réduction de l’âge de la retraite l’an prochain pourraient excéder les besoins.

“Ces sommes en excédent pourront être utilisées pour réduire le déficit ou pour d’autres investissements. C’est une décision politique que le gouvernement prendra avec la Commission”, a-t-il déclaré.

Un autre député de la Ligue, Alberto Bagnai, a quant à lui affirmé que la crise des “gilets jaunes” en France pourrait bien inciter Bruxelles à plus de compréhension.

“Quand on voit le mécontentement qu’il y a en France, cela change l’atmosphère”, a-t-il dit à la Rai, en prédisant que le déficit de la France pourrait bien se creuser car le gouvernement français devra “faire quelque chose pour ces gens”. (Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below