December 1, 2018 / 6:00 PM / 9 days ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 18H00 GMT (01/12)

VIOLENCES LORS DE LA MANIFESTATION DES GILETS JAUNES A PARIS

PARIS - L’appel à manifester des “Gilets jaunes” contre l’érosion du pouvoir d’achat a été entaché de violences, surtout à Paris, qui ont entraîné l’interpellation de 224 personnes et provoqué 92 blessés, dont quatorze parmi les forces de l’ordre.

Plusieurs figures du mouvement né de la colère contre la hausse du prix du carburant ont appelé à manifester ce 1er décembre dans toute la France pour obtenir des concessions de l’exécutif, après un échec du dialogue vendredi.

A Paris, le ministère de l’Intérieur avait fermé à la circulation l’avenue des Champs-Elysées, dont l’accès aux piétons n’était autorisé qu’après un contrôle d’identité et une fouille des sacs, dans le but d’éviter la répétition des violences de samedi dernier.

Ces mesures n’ont pas empêché des manifestants de mettre le feu à des voitures renversées ou à des amas de palettes et d’affronter violemment les forces de l’ordre.

Des incidents ont notamment éclaté sur la place de l’Etoile, en amont des contrôles de sécurité. Les grands magasins des Galeries Lafayette et du Printemps, lieux traditionnels des achats de Noël, ont été évacués sur le boulevard Haussmann.

Un fusil d’assaut a été volé par un manifestant dans une voiture de police en marge des manifestations des “Gilets jaunes” à Paris, ont déclaré des sources syndicales policières.

D’Argentine, où il participe au sommet du G20, le président Emmanuel Macron avait exclu quelques heures auparavant tout “recul”, semblant confirmer une nouvelle fois la hausse des taxes sur les carburants le 1er janvier, qui a contribué à déclencher le mouvement perturbant le pays depuis deux semaines.

—-

ACCORD AU G20 POUR ÉLUDER LES TENSIONS COMMERCIALES

BUENOS AIRES - Les dirigeants réunis à Buenos Aires pour le sommet du G20 ont éludé la question des tensions commerciales qui freinent les échanges internationaux, préférant insister sur la réforme de l’Organisation mondiale du Commerce, montre le communiqué final publié samedi.

Le texte indique également que les Etats-Unis ont réaffirmé auprès de leurs partenaires leur volonté de sortir du cadre fixé par l’accord de Paris sur le climat.

Les autres pays du G20 qui ont signé l’accord conclu en 2015 l’ont au contraire qualifié d’irrévocable et se sont engagés à le respecter.

RENCONTRE TRUMP-XI JINPING SAMEDI EN COMITÉ RESTREINT

BUENOS AIRES - Donald Trump a annoncé qu’il allait rencontrer son homologue chinois Xi Jinping en comité restreint samedi soir en marge du sommet du G20 organisé à Buenos Aires.

“Nous allons nous rencontrer avec le président Xi ce soir et nous allons discuter d’un sujet qu’on appelle le commerce, probablement d’autres choses aussi, mais en premier lieu du commerce. C’est une rencontre très importante”, a dit le président américain.

Cette rencontre entre Trump et Xi a éclipsé une bonne partie de ce sommet en Argentine en raison de la guerre commerciale que se livrent la Chine et les Etats-Unis.

MACRON “FERME” FACE AU PRINCE HÉRITIER SAOUDIEN - ELYSÉE

PARIS - Emmanuel Macron a “fermement” demandé vendredi au prince héritier saoudien Mohamed ben Salman d’associer des experts internationaux à l’enquête sur l’affaire Khashoggi et fait valoir le besoin d’une solution politique au Yémen, a dit l’Elysée après leur rencontre en marge du G20 de Buenos Aires.

Un aparté d’environ cinq minutes a été l’occasion pour le chef de l’Etat français de “faire passer quelques messages de manière très ferme”, a indiqué l’Elysée.

—-

DÉCÈS DE L’ANCIEN PRÉSIDENT AMÉRICAIN GEORGE H.W. BUSH

WASHINGTON - L’ancien président américain George H.W. Bush, dont le mandat, de 1989 à 1993, a coïncidé avec la fin de la guerre froide et la première guerre du Golfe, est décédé vendredi soir à l’âge de 94 ans à son domicile de Houston.

George Herbert Walker Bush avait été élu à la présidence américaine en 1988 en battant l’ancien gouverneur démocrate du Massachusetts Michael Dukakis, après avoir été pendant huit ans le vice-président de Ronald Reagan.

Cet ancien aviateur de la marine américaine, qui a officié durant la Seconde Guerre mondiale, avait ensuite échoué à obtenir sa réélection face au démocrate Bill Clinton en 1992.

Quarante-et-unième président des Etats-Unis, George H.W. Bush avait été hospitalisé au printemps dernier pour le traitement d’une infection qui s’était répandue dans son sang.

—-

BREXIT-NOUVELLE DÉMISSION AU SEIN DU GOUVERNEMENT DE MAY

LONDRES - Le ministre britannique à la science et aux Universités, Sam Gyimah, a démissionné de son poste vendredi pour afficher sa désapprobation à l’égard de l’accord de Brexit négocié par Theresa May avec l’Union européenne.

Il est le sixième ministre à quitter ses fonctions depuis que Londres et Bruxelles ont scellé mi-novembre l’accord de sortie du Royaume-Uni de l’UE, provoquant dès lors une crise politique à Londres.

Cette démission est un nouveau coup dur pour Theresa May alors que le débat à la Chambre des communes sur l’accord de Brexit doit s’ouvrir la semaine prochaine, avant un vote prévu le 11 décembre. La Première ministre britannique avait déjà perdu mardi le soutien de l’un de ses plus proches alliés au Parlement, Michael Fallon.

—-

INVESTITURE DE LOPEZ OBRADOR À LA PRÉSIDENCE MEXICAINE

MEXICO - Andres Manuel Lopez Obrador, dit “AMLO”, candidat de la gauche mexicaine élu début juillet avec plus de 53% des voix, a été investi samedi à la présidence du Mexique.

Dans son discours d’investiture, il a dénoncé le modèle économique néolibéral et la corruption généralisée qu’il a engendré comme les deux principaux facteurs de la crise mexicaine.

Le président a promis d’éradiquer la corruption et les cartels de drogue, prônant une nouvelle approche dans la lutte contre le narco-trafic avec d’éventuelles négociations et une amnistie pour certains collaborateurs des cartels.

“AMLO”, 65 ans, hérite d’une relation difficile avec son homologue américain Donald Trump sur le dossier de l’immigration. Trump veut faire bâtir, à la charge du Mexique, un mur à la frontière américano-mexicaine.

—-

ABE PLACE L’AVENIR DE L’ALLIANCE RENAULT-NISSAN ENTRE LES MAINS DES ACTIONNAIRES

TOKYO/PARIS - Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a dit au président français Emmanuel Macron qu’il estimait qu’il reviendrait aux actionnaires privés de se prononcer sur l’avenir de l’alliance Renault-Nissan, a-t-on appris vendredi auprès d’un porte-parole du chef du gouvernement japonais.

“Le Premier ministre Abe a dit qu’il était primordial de maintenir une relation stable pour ce qui a trait à l’alliance, qui est un symbole de la coopération industrielle franco-japonaise”, a déclaré ce porte-parole.

Emmanuel Macron avait rappelé plus tôt au Premier ministre japonais Shinzo Abe qu’il était attaché à la préservation de l’alliance Renault-Nissan, selon un communiqué de l’Elysée.

La presse japonaise évoque une querelle diplomatique entre Paris et Tokyo à propos du rapport des forces au sein de l’alliance franco-japonaise forgée il y a 19 ans, que l’affaire Ghosn a remis sur le devant de la scène.

—-

CLIMAT-LA COP24 MINÉE PAR LES TENSIONS GÉOPOLITIQUES

LONDRES - Jugée pourtant cruciale dans la lutte contre le dérèglement climatique, la conférence de Katowice qui s’ouvre dimanche en Pologne est minée par les divisions internes à l’Europe et les tensions entre la Chine et les Etats-Unis.

Cette “COP24”, 24e conférence des parties signataires de la Convention-cadre de l’Onu sur le changement climatique (CCNUCC), doit permettre de définir des règles précises d’application de l’Accord de Paris de 2015 sur le climat dont les Etats-Unis de Donald Trump se sont retirés.

L’objectif affiché par l’Accord de Paris est de réduire le recours aux énergies fossiles et les émissions de gaz à effet de serre pour contenir la hausse des températures “nettement en dessous de 2°C” par rapport aux niveaux préindustriels et de s’efforcer de limiter cette augmentation à 1,5°C.

La France et la Chine ont promis vendredi de faire front commun sur les questions climatiques.

—-

GUÉRINI ÉLU DÉLÉGUÉ GÉNÉRAL DE LA RÉPUBLIQUE EN MARCHE

PARIS - Stanislas Guérini a été largement élu par le Conseil de La République en marche (LaRem) à la fonction de délégué général du mouvement présidentiel, que le député de Paris devra structurer en vue des prochaines échéances électorales.

Cet ancien chef d’entreprise âgé de 36 ans l’a facilement emporté avec 82% des voix face à Joachim Son-Forget, député des Français de l’étranger pour la Suisse et le Liechtenstein.

Stanislas Guérini succède pour trois ans à Christophe Castaner, parti en octobre au ministère de l’Intérieur, à la tête du premier parti de France, fort de plus de 400.000 adhérents revendiqués.

—-

FRANCE-IMMATRICULATIONS DE VOITURES NEUVES EN BAISSE DE 4,66% EN NOVEMBRE - CCFA

PARIS - Les immatriculations de voitures neuves en France ont diminué de 4,66% en novembre, a annoncé samedi le CCFA. Il s’est immatriculé 171.615 voitures particulières neuves le mois dernier dans l’Hexagone, selon le Comité des constructeurs français d’automobiles.

Les immatriculations du groupe PSA, qui regroupe désormais les marques Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall, ont augmenté de 1,9% par rapport au même mois de 2017.

Les ventes des marques du groupe Renault (Renault, Dacia et Alpine pour le marché français), au coeur d’une crise de gouvernance avec Nissan depuis l’arrestation de son PDG Carlos Ghosn au Japon le 19 novembre dernier, ont enregistré une baisse de 12,34%.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below