November 30, 2018 / 5:11 PM / 13 days ago

LEAD 1-Le PIB italien s'est contracté au T3, une première en 4 ans

(Actualisé avec commentaires de la Confindustria et de Salvini, chiffres du chômage)

30 novembre (Reuters) - L’activité économique de l’Italie s’est contractée au troisième trimestre pour la première fois en quatre ans, a annoncé vendredi le bureau national de la statistique Istat, et elle pourrait se diriger vers une récession selon l’organisation patronale Confindustria.

Le produit intérieur brut (PIB) italien a reculé de 0,1% par rapport au trimestre précédent, alors qu’une première estimation l’avait donné inchangé.

Il s’agit de la première contraction enregistrée depuis le second trimestre de 2014, a indiqué l’Istat.

En rythme annuel, le PIB de l’Italie a progressé de 0,7%, contre une précédente estimation de +0,8% donnée il y a un mois.

“C’est un chiffre inquiétant qui pourrait nous conduire vers une récession technique lors du dernier trimestre de l’année”, a averti Andrea Montanino, le chef économiste de la Confindustria.

Une récession économique se caractérise par deux trimestres consécutifs de repli du PIB.

“Nous prévoyons une stabilité au quatrième trimestre avec des risques à la baisse liés à la dégradation des indices de confiance”, a indiqué Andrea Montanino.

L’opposition met en cause le gouvernement de coalition, en place depuis juin, entre le Mouvement 5 Etoiles (M5S) et La Ligue (extrême droite).

Le vice-président du conseil Matteo Salvini a de son côté rejeté la responsabilité sur les gouvernements précédents de centre-gauche et en profité pour défendre le projet de budget pour l’an prochain remis en cause par la Commission européenne.

“En 2019, avec notre budget axé sur plus d’emplois et moins d’impôts, l’Italie renouera avec la croissance”, a-t-il dit.

FAIBLE DEMANDE

Le gouvernement a dévoilé en octobre un projet de loi de finances prévoyant des dépenses publiques importantes, nécessaires selon Rome pour empêcher l’économie italienne de basculer dans la récession.

Toutefois, l’objectif de déficit public pour l’an prochain, fixé à 2,4% contre 1,8% cette année, a été rejeté par la Commission européenne qui s’apprête à lancer une procédure disciplinaire à l’encontre de l’Italie.

L’économie italienne ne cesse de ralentir depuis 18 mois. Au deuxième trimestre, la croissance du PIB était ressortie à 0,2% par rapport aux trois premiers mois de l’année et à 1,2% en rythme annuel.

Le mois dernier, le gouvernement de coalition a abaissé son objectif de croissance pour 2018 à 1,2% contre une prévision de 1,5% pour l’administration précédente en avril.

Au vu des chiffres de croissance du troisième trimestre, il faudrait une forte reprise de l’activité au quatrième trimestre pour atteindre cet objectif: l’acquis de croissance à fin septembre, qui correspond à la croissance assurée pour l’année dans le cas où le PIB stagnerait sur octobre-décembre, n’est que de 0,9%.

La faiblesse de l’économie italienne s’explique en premier lieu par le repli de la demande intérieure. Les dépenses des ménages ont baissé de 0,1% au troisième trimestre par rapport au précédent et les investissements ont reculé de 1,1%.

L’évolution de la demande intérieure s’est ainsi soldée par une contribution négative de 0,3 point de pourcentage à la variation du PIB, tandis que les flux commerciaux y contribuaient positivement à hauteur de 0,1 point.

Des données publiées séparément vendredi ont aussi montré que le taux de chômage avait progressé à 10,6% en octobre contre 10,3% le mois précédent. (Gavin Jones et Giselda Vagnoni, Blandine Hénault pour le service français, édité par Marc Angrand)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below