November 29, 2018 / 3:14 PM / 15 days ago

USA/Immobilier-Recul inattendu des promesses de ventes en octobre

WASHINGTON/NEW YORK, 29 novembre (Reuters) - Principaux indicateurs du marché immobilier américain publiés depuis le début du mois:

* RECUL INATTENDU DES PROMESSES DE VENTES EN OCTOBRE

29 novembre - Les promesses de ventes de logements anciens aux Etats-Unis ont reculé de façon inattendue en octobre, a annoncé jeudi la Fédération nationale des agents immobiliers (NAR).

L’indice calculé par la NAR s’est établi à 102,1, en repli de 2,6% par rapport au mois précédent. L’indice pour septembre a été révisé à 104,8 contre 104,6.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 0,5% de cet indicateur.

Les promesses de vente sont considérées comme un indicateur de l’évolution à venir du marché immobilier aux Etats-Unis puisqu’elles sont censées se transformer en ventes effectives un ou deux mois plus tard.

Sur un an, les promesses de ventes se sont contractées de 6,7%.

Tableau :

* BAISSE DE 8,9% DES VENTES DE LOGEMENTS NEUFS EN OCTOBRE

28 novembre - Les ventes de logements neufs ont chuté à leur plus bas niveau en plus de deux ans et demi au mois d’octobre, dernier signe en date montrant que la hausse des taux d’intérêt pèse sur le marché américain du logement.

Les ventes ont diminué de 8,9% au rythme annualisé de 544.000 unités le mois dernier, leur plus bas niveau depuis mars 2016, montrent les données publiées mercredi par le département américain du Commerce.

Le rythme des ventes du mois de septembre, estimé dans un premier temps à 553.000, a été révisé en hausse à 597.000.

Les ventes de logements neufs ont baissé quatre fois au cours des six derniers mois.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 3,7% en octobre, au rythme de 575.000 unités.

Sur un an, les ventes ont baissé de 12,0%.

Les ventes de logements neufs représentent environ 9,4% du marché immobilier résidentiel aux Etats-Unis.

L’immobilier est à la traîne de l’économie américaine en raison de la hausse des coûts du crédit, qui rend un achat inaccessible à beaucoup de primo-accédants.

Les crédits sur 30 ans sont actuellement octroyés à un taux fixe moyen de 4,81%, par loin du pic de 4,94% des sept dernières années, selon les données de l’agence de refinancement hypothécaire Freddie Mac.

Les ventes dans l’immobilier neuf dans le sud du pays, qui représentent la majeure partie des transactions, ont diminué de 7,7% en octobre, à leur plus bas niveau depuis juillet 2017. Elles ont baissé de 3,2% dans l’Ouest et plongé de 18,5% dans le Nord-Est, au plus bas depuis septembre 2015. Dans le MidWest, elles ont chuté de 22,1% à un creux de deux ans et demi.

Le prix médian des logements neufs a baissé de 3,1% à 309.700 dollars (274.600 euros) en octobre sur un an.

Au rythme de ventes d’octobre, il faudrait 7,4 mois pour écouler le stock de logements disponibles sur le marché, un ratio qui atteint son plus haut niveau depuis février 2011, contre 6,5 mois en septembre.

Tableau

* LES PRIX IMMOBILIERS EN HAUSSE DE 5,1% SUR UN AN

27 novembre - Les prix immobiliers des 20 principales métropoles des Etats-Unis ont augmenté de 5,1% sur un an en septembre, un chiffre très proche des attentes, montrent mardi les résultats de l’enquête mensuelle S&P CoreLogic Case-Shiller.

Les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne une progression de 5,3% après celle de 5,5% en août.

Sur une base mensuelle et en données corrigées des variations saisonnières (CVS), les prix immobiliers des 20 grandes métropoles suivies par Case-Shiller sont en hausse de 0,3%, après +0,1% en août, alors que les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne une augmentation de 0,2%.

* HAUSSE DES REVENTES DE LOGEMENTS, LE MARCHÉ RESTE FRAGILE

21 novembre - Les reventes de logements aux Etats-Unis ont légèrement augmenté en octobre après six mois de baisse mais le marché immobilier reste faible aux yeux de la principale fédération d’agents immobiliers du pays, qui demande à la Réserve fédérale d’interrompre la remontée des taux d’intérêt.

La National Association of Realtors (NAR) a fait état mercredi d’une hausse de 1,4% des reventes le mois dernier à 5,22 millions en rythme annualisé, contre 5,15 millions en septembre.

L’activité sur le marché américain des logements anciens accuse toutefois une baisse de 5,1% sur un an, la plus forte en rythme annuel enregistrée depuis juillet 2014.

Pour Lawrence Yun, chef économiste de la NAR, c’est la hausse des coûts du crédit liée à la remontée des taux de la Fed qui pèse sur le marché.

“La demande est étouffée par la hausse des taux d’intérêt”, a-t-il dit. “La Réserve fédérale pourrait peut-être prendre une petite pause dans la hausse de ses taux d’intérêt pour donner au marché immobilier une chance de se reprendre.”

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse des reventes de logements à 5,20 millions en rythme annualisé.

Le prix médian de revente a augmenté de 3,8% sur un an en octobre à 255.400 dollars (224.000 euros).

Tableau

* FAIBLE REBOND DES MISES EN CHANTIER EN OCTOBRE (+1,5%)

20 novembre - Le nombre des mises en chantier aux Etats-Unis a légèrement progressé en octobre grâce à un rebond des projets d’immeubles d’habitation collectifs, mais la construction de maisons individuelles a baissé pour le deuxième mois consécutif, suggérant la persistance de conditions de marché défavorables.

Les mises en chantier ont augmenté de 1,5% le mois dernier pour s’établir à 1,228 million en rythme annualisé, a annoncé le département du Commerce mardi. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un rythme de 1,225 million.

Le chiffre de septembre a été révisé à 1,210 million d’unités au lieu de 1,201 million, soit une baisse de 5,5%.

Les permis de construire ont reculé de 0,6% à un volume annualisé de 1,263 million d’unités en octobre.

Les constructions de maisons individuelles, plus important segment du marché, ont baissé de 1,8% à 865.000 après déjà un recul en septembre, et les permis de construire ont diminué de 0,6% à 849.000.

Les mises en chantier d’immeubles collectifs ont bondi de 10,3% à 363.000 mais les permis de construire ont reculé de 0,5% au rythme annualisé de 414.000 unités.

Le marché immobilier pâtit de la hausse des coûts d’emprunt et de pénuries de terrains et de main d’oeuvre, qui ont conduit à un resserrement des stocks et à une hausse des prix. Les taux hypothécaires à 30 ans sont actuellement à 4,94%, au plus haut depuis sept ans, selon les données de l’agence de financement hypothécaire Freddie Mac.

Tableau

* FORTE BAISSE DE L’INDICE DE LA NAHB À 60 EN NOVEMBRE

19 novembre - L’indice de confiance des professionnels du secteur de l’immobilier a baissé beaucoup plus que prévu en novembre, selon l’enquête de la fédération professionnelle NAHB publiée lundi.

L’indice s’établit à 60 contre 68 en octobre, alors que les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un léger recul à 67.

Le sous-indice mesurant l’opinion des professionnels sur les ventes de logements individuels a également reculé, à 67 contre 74 et celui mesurant leur opinion sur les ventes à un horizon de six mois a rétrogradé de 75 à 65.

* CONSTRUCTION-DÉPENSES STABLES EN SEPT, AOÛT REVU EN HAUSSE

1er novembre - Les dépenses de construction ont été inchangées en septembre, à un record, une nouvelle hausse des investissements dans les projets privés ayant été contrebalancée par la plus forte baisse des projets publics depuis un an.

La stagnation des dépenses de septembre a suivi une augmentation de 0,8% (révisée en hausse par rapport à une progression de 0,1% annoncée initialement) des dépenses d’août, selon les chiffres publiés lundi par le département du Commerce.

Les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une hausse de 0,1% pour le mois de septembre.

Par rapport au mois de septembre 2017, les dépenses de construction sont en hausse de 7,2%.

La révision en hausse des données du mois d’août pourraient avoir un impact sur l’estimation du gouvernement du PIB du troisième trimestre publiée vendredi, qui étaient à 3,5%.

Les dépenses dans les projets de construction publics ont diminué de 0,9% en septembre, leur plus net repli depuis août 2017, après une hausse de 2,2% le mois précédent.

Les dépenses de l’Etat fédéral ont chuté de 6,8% en septembre, leur plus forte baisse depuis juin 2017, après leur forte progression, de 5,3%, le mois précédent.

Les dépenses de construction des Etats et gouvernements locaux se sont elles aussi contractées, de 0,5%, en septembre. Elles avaient progressé de 2,0% en août.

En revanche, les dépenses de construction privée ont augmenté de 0,3% en septembre, à un niveau record, après avoir été en hausse de 0,4% en août, dopées par les dépenses pour des projets privés tant résidentiels que non-résidentiels.

Les investissements dans les projets privés résidentiels ont rebondi de 0,6% en septembre, après une baisse de 0,4% en août.

Les dépenses dans les projets non-résidentiels, dont les usines et les centrales électriques, ont augmenté de 0,1% en septembre, à un niveau record, après une hausse de 1,4% en août.

Sur le neuf premiers mois de 2018, l’investissement résidentiel s’est contracté et représente un des facteurs de risque pour la croissance américaine, qui est entrée dans sa neuvième année. Les promoteurs souffrent de la hausse des coûts des matériaux et d’une pénurie de terrains et de main d’oeuvre.

Tableau

Les indicateurs publiés en septembre (Service économique)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below