November 28, 2018 / 1:07 PM / 17 days ago

Le poids des créances douteuses baisse dans les banques de l'UE

BRUXELLES, 28 novembre (Reuters) - Les banques de l’Union européenne ont réduit leurs créances douteuses et augmenté leurs provisions, a annoncé la Commission européenne mercredi avant la réunion la semaine prochaine des ministres des Finances de l’UE consacrée au renforcement du mécanisme européen de stabilité (MES) et à l’achèvement de l’union bancaire.

Les ministres examineront le 3 décembre le projet de système européen de garantie des dépôts (SEGD ou EDIS en anglais), destiné à garantir à hauteur de 100.000 euros les dépôts dans toutes les banques de la zone euro via un fonds alimenté par les établissements bancaires eux-mêmes et soutenu par les Etats.

Le projet suscite cependant des réticences, notamment en Europe du Nord et en Allemagne, où certains refusent sa mise en oeuvre tant que subsisteront des risques dans les banques de divers pays.

Au premier rang des risques majeurs figurent les prêts dit “non performants”, héritages de la crise financière et de la crise de la dette souveraine de la zone euro, ainsi que le montant des provisions constituées.

“Diminuer l’encours élevé des prêts non performants participe des efforts visant à réduire les risques dans le secteur bancaire européen”, a déclaré Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission européenne, cité dans un communiqué.

“Sur la base des progrès accomplis en matière de réduction des risques, j’invite les ministres des Finances et les dirigeants de l’UE à se mettre d’accord en décembre sur des mesures concrètes de partage des risques. Une Union économique et monétaire plus forte est dans l’intérêt de tous”, poursuit-il, en référence au SEGD.

Dans son troisième rapport, publié mercredi, sur la réduction des risques liés aux prêts non performants (PNP), la Commission souligne que ces créances douteuses ont encore diminué dans le secteur bancaire européen et atteignent à présent en moyenne 3,4% de leur encours de crédit, soit 820 milliards d’euros en valeur absolue. Ce ratio était à 4,6% il y a un an.

La moyenne à l’échelle de l’UE masque toutefois de grandes disparités entre les pays: les PNP représentent encore 44,9% des prêts en Grèce, 28,1% à Chypre, 11,7% au Portugal et 10,0% en Italie.

La Commission souligne que les ratio des créances douteuses dans le secteur bancaire européen se rapprochent de nouveau de leur niveau d’avant la crise. “Ces évolutions sont encourageantes, mais les ratios élevés de PNP restent néanmoins un défi majeur dans certains Etats membres”, dit-elle. (Jan Strupczewski Claude Chendjou pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below