November 27, 2018 / 9:45 PM / 16 days ago

POINT MARCHÉS-Wall Street finit en hausse, l'espoir renaît sur le commerce

(Actualisé avec US Steel, GM, taux, changes et pétrole)

* La rencontre prévue entre Trump et Xi en ligne de mire

* Le conseiller de la Maison blanche juge un accord possible

* Le marché a effacé ses pertes après ces déclarations

* Le Dow a gagné 0,44%, le S&P 0,33%, le Nasdaq 0,01%

par Stephen Culp

NEW YORK, 27 novembre (Reuters) - La Bourse de New York s’est retournée à la hausse mardi en fin de séance après que le conseiller économique de la Maison blanche a affirmé que la rencontre prévue samedi entre les présidents américain et chinois en Argentine était l’occasion de “tourner la page” de la guerre commerciale entre les deux pays.

Le président Donald Trump est disposé à conclure un accord avec la Chine, mais est prêt à relever les droits de douanes sur les importations chinoises s’il n’y a pas d’avancée lors d’un dîner prévu samedi, en marge du sommet du G20, avec le président chinois Xi Jinping, a déclaré Larry Kudlow.

L’indice Dow Jones a clôturé en hausse de 108,49 points, soit 0,44%, à 24.748,73 points. Le S&P-500, plus large, a pris 8,75 points, soit 0,33%, à 2.682,20 points. Le Nasdaq Composite a terminé de son côté sur une note stable (+0,85 point, soit 0,01% à 7.082,70 points).

Larry Kudlow a affirmé que Washington voyait dans le dîner prévu à Buenos Aires l’occasion de “tourner la page” de la guerre commerciale, mais il a ajouté que la Maison blanche avait été “déçue” par les réponses de la Chine jusqu’à présent.

Les déclarations de Donald Trump publiées lundi par le Wall Street Journal sur sa volonté de poursuivre le relèvement des droits de douane sur les produits chinois avaient pesé sur les cours pendant une bonne partie de la séance.

“Les investisseurs veulent croire que quelque chose de bon sortira de la rencontre du G20”, dit Robert Pavlik, stratège chez SlateStone Wealth. “Mais plus le temps passe et plus le marché craint que la situation ne s’éternise, ou que ce ne soit que des discours, et commence à perdre espoir.”

VALEURS

Les valeurs industrielles et des matériaux de construction, les plus sensibles au commerce international, ont reculé de 0,24% et 1,25% respectivement.

Les valeurs technologiques, également sensibles aux préoccupations liées aux barrières commerciales, ont fini sur une note stable, tandis que les semi-conducteurs ont effacé leurs pertes après les propos de Larry Kudlow.

Les valeurs sidérurgiques ont reculé avec le secteur de l’acier chinois. US Steel a chuté de 8,3%.

General Motors a abandonné 2,5% à la suite des menaces de Donald Trump de supprimer toutes les subventions allouées au premier constructeur automobile américain au lendemain de l’annonce d’une réduction de sa production et de ses effectifs en Amérique du Nord.

Mais le repli le plus marqué du Dow Jones a été pour United Technologies, qui a chuté de 4,14% après l’annonce de sa scission en trois sociétés indépendantes.

La compagnie aérienne à bas coût Spirit Airlines a décollé, avec un gain de 15,26% après avoir relevé son objectif de revenu unitaire pour le quatrième trimestre.

Le laboratoire Bristol-Myers Squibb a reculé de 3% après l’annonce qu’un traitement contre le cancer n’a pas atteint son objectif lors d’un essai clinique avancé.

La séance a été soutenue par les défensives, notamment les services collectifs (+0,87%), l’immobilier (+0,56%) et la consommation de base (+0,91%).

LES INDICATEURS DU JOUR

Sur le plan des indicateurs économiques, la confiance du consommateur américain s’est dégradée un peu plus qu’attendu en novembre, selon l’enquête du Conference Board.

Sur le marché immobilier, les prix dans les 20 principales métropoles des Etats-Unis ont augmenté de 5,1% sur un an en septembre, un chiffre très proche des attentes, selon les résultats de l’enquête S&P CoreLogic Case-Shiller.

Ces chiffres n’ont pas fait réagir le marché.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les Bourses européennes ont terminé en baisse, avant les déclarations du conseiller de la Maison blanche. Les nouvelles menaces, lundi, du président américain visant les produits chinois importés et l’évocation dans la presse d’une taxation des voitures étrangères vendues aux Etats-Unis ont ravivé l’aversion pour le risque à trois jours du G20.

Emblématique de la sensibilité aux nouvelles concernant le commerce international, le secteur automobile a creusé ses pertes en fin de séance, réagissant en outre à un article de l’hebdomadaire allemand Wirtschaftswoche selon lequel l’administration américaine pourrait imposer des tarifs douaniers de l’ordre de 25% sur les voitures de tous les pays, à l’exception du Canada et du Mexique.

L’indice sectoriel Stoxx a perdu 2,52%. Volkswagen a cédé 4,01%, Daimler 2,41% et BMW 1,34% et Valeo 5,34%, plus net recul du CAC.

TAUX

L’inquiétude sur le commerce mondial a favorisé les bons du Trésor américain et donc la baisse des rendements. Le rendement des Treasuries à dix ans est ainsi revenu à 3,059%.

En Europe, la séance a été marquée par la détente confirmée des rendements des pays “périphériques”, dans l’espoir d’un compromis entre Rome et Bruxelles sur le budget italien.

CHANGES

L’”indice dollar” face à un panier de devises de référence a gagné du terrain (+0,3%) dans l’incertitude sur l’évolution du conflit commercial sino-américain.

Les déclarations du vice-président de la banque centrale américaine, Richard Clarida, en faveur d’une poursuite des hausses de taux ont aussi soutenu le billet vert.

Un autre responsable de la Fed, James Bullard, a estimé de que des “failles” dans la reprise économique en cours pourraient venir compliquer la tâche de la banque centrale.

Les cambistes attendent maintenant le discours que doit prononcer mercredi le président de l’institution, Jerome Powell.

PÉTROLE

Après leur rebond de lundi, les cours du brut sont retombés légèrement, à un peu plus de 60 dollars le baril pour le Brent et autour de 51,55 dollars pour le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI).

Le marché pétrolier pourrait toutefois rester hésitant jusqu’à la réunion ministérielle de l’Opep la semaine prochaine à Vienne, susceptible de se conclure par un nouvel accord d’encadrement de l’offre globale pour 2019.

A SUIVRE MERCREDI :

Le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell, intervient mercredi devant l’Economic Club de New York et les investisseurs seront attentifs à ses commentaires sur la santé de l’économie américaine et les tensions commerciales. (Avec Caroline Valetkevitch, Juliette Rouillon pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below