November 27, 2018 / 6:00 AM / in 20 days

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 06H00 GMT (27/11)

EMMANUEL MACRON DÉVOILE SA PROGRAMMATION ÉNERGÉTIQUE

PARIS - Après des mois de préparatifs, de calculs savants et de luttes d’influence en coulisse, après plusieurs reports et la démission retentissante de Nicolas Hulot, Emmanuel Macron dévoile mardi sa programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), plan de vol de l’Etat pour les dix prochaines années, qui a toutes les chances d’être clémente pour l’industrie nucléaire.

C’est un feuilleton qui s’achève pour toutes les filières de l’énergie, suspendues aux arbitrages de l’exécutif, et le début de deux périodes successives de cinq ans, avec un double horizon : doper les renouvelables et ramener à terme la part du nucléaire à 50% de la production d’électricité.

Ce dernier point concentre une grande partie de l’attention, tant il est lourd d’enjeux industriels, financiers, politiques et quasi existentiels dans un pays qui a fait de l’atome le coeur de sa stratégie énergétique dans les années 1960-1970.

—-

LES GILETS JAUNES DÉSIGNENT UNE DÉLÉGATION DE COMMUNICANTS

PARIS - Les “Gilets jaunes” ont annoncé lundi sur les réseaux sociaux qu’ils s’étaient dotés d’une délégation de huit “communicants officiels” nationaux chargés de rencontrer le chef de l’Etat, Emmanuel Macron, et le gouvernement.

“Ce groupe de communicants forme une délégation, laquelle demande au président de la République et au Premier ministre et à son gouvernement une première rencontre”, dans un “délai raisonnable”, lit-on dans le communiqué.

Dans l’attente de la réponse de l’exécutif, qui jusqu’à présent a refusé de rencontrer des “Gilets jaunes” en expliquant notamment qu’ils n’avaient pas de porte-parole officiels, et d’annonces du chef de l’Etat, mardi, ce mouvement, qui dépasse la simple protestation contre la taxation écologique des carburants a poursuivi sporadiquement ses actions.

L’IMPACT DES GILETS JAUNES SUR L’ÉCONOMIE EST “SÉVÈRE”

PARIS - Bruno Le Maire a estimé lundi que les perturbations liées au mouvement des “Gilets jaunes” exerçaient un “impact sévère” sur l’activité économique à l’échelle nationale.

“Le constat de l’ensemble des secteurs économiques est clair: les événements récents ont eu un impact sévère sur l’activité économique nationale”, a déclaré le ministre de l’Economie et des Finances lors d’un point presse à l’issue d’une réunion avec les représentants des organisations patronales et de différentes fédérations professionnelles particulièrement pénalisées par ce mouvement. Cet “impact sévère” est ressenti non seulement “en métropole mais également dans certains départements d’Outre-mer, je pense en particulier à La Réunion”, a-t-il précisé.

—-

L’UKRAINE INSTAURE LA LOI MARTIALE POUR 30 JOURS

KIEV/MOSCOU - Le parlement ukrainien a voté lundi soir l’instauration de la loi martiale pour une durée de 30 jours dans les zones les plus vulnérables d’Ukraine après l’incident survenu entre les marines russe et ukrainienne dans le détroit de Kertch.

Les députés ont examiné et approuvé un décret pris en début de journée par le président Petro Porochenko qui prévoit notamment la mobilisation des réservistes et des mesures visant au maintien de l’ordre public.

Le président ukrainien a évoqué une menace “extrêmement grave” d’invasion russe terrestre et a justifié la nécessité de renforcer les défenses nationales.

—-

BREXIT-AUDIENCE DE LA CJUE SUR L’ARTICLE 50 DU TRAITE EUROPÉEN

LONDRES - La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) se réunit mardi en urgence pour déterminer si le Royaume-Uni peut unilatéralement annuler sa demande de sortie de l’Union européenne.

On ignore quand la CJUE rendra sa réponse. Si cette réponse est oui, les adversaires du Brexit espèrent obtenir un nouveau référendum et maintenir le pays au sein de l’Union.

La CJUE, à la demande d’hommes politiques écossais, doit apporter des éclaircissements à l’application de l’article 50 du traité européen, que la Première ministre britannique Theresa May a activé pour enclencher formellement la procédure de divorce avec l’Union européenne.

L’article 50 du traité de Lisbonne stipule que “tout Etat membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union”, mais il ne dit pas si cet Etat peut de lui-même annuler sa demande.

MAY EN TOURNÉE POUR PROMOUVOIR L’ACCORD SUR LE BREXIT

LONDRES - La Première ministre britannique Theresa May se rend mardi en Irlande du Nord et au Pays de Galles dans le cadre d’une tournée destinée à rassembler les dirigeants politiques derrière l’accord de Brexit validé dimanche par l’Union européenne et qui sera confronté le 11 décembre au vote du parlement britannique.

Theresa May doit s’entretenir avec les chefs de file de tous les partis politiques d’Irlande du Nord, future seule frontière terrestre entre le Royaume-Uni et l’UE après le Brexit, alors que la question de la frontière irlandaise a constitué l’un des principaux points de désaccord entre Londres et Bruxelles.

Nul ne sait ce qui adviendra si l’accord de Brexit est rejeté par les parlementaires britanniques, a averti lundi après-midi Theresa May devant les députés de la Chambre des Communes.

Réunis en sommet européen extraordinaire dimanche à Bruxelles, les Vingt-Sept ont validé l’accord de retrait négocié par Londres et Bruxelles et ont pressé les Britanniques de le soutenir à leur tour.

TRUMP: L’ACCORD SUR LE BREXIT PÉNALISE LES RELATIONS USA-UK

WASHINGTON - Donald Trump a affirmé lundi que l’accord conclu entre Londres et Bruxelles sur le Brexit allait rendre plus difficiles les relations commerciales entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

S’exprimant devant la presse à l’extérieur de la Maison blanche, le président américain a dit que l’accord semblait être favorable à l’Union européenne.

Les services de Theresa May ont déclaré dans la soirée que l’accord de divorce permettait de signer des accords commerciaux avec les Etats-Unis.

—-

L’ITALIE RÉAFFIRME, POUR L’INSTANT, SA PRÉVISION DE DÉFICIT

ROME - Le gouvernement italien s’en tient pour l’instant à ses objectifs budgétaires 2019, dans l’attente d’une évaluation exhaustive de l’impact des principales dépenses nouvelles prévues l’an prochain, ont déclaré lundi soir les chefs de file de la coalition au pouvoir.

Le président du Conseil, Giuseppe Conte, s’est entretenu avec ses deux vice-présidents, Luigi Di Maio et Matteo Salvini, pour étudier les conséquences de la décision de la Commission européenne de proposer l’ouverture d’une procédure pour déficit excessif si Rome ne révisait pas son budget.

“Les objectifs qui ont déjà été fixés sont confirmés”, déclarent les trois hommes dans un communiqué commun.

Toutefois, la prévision de déficit pour 2019 pourrait être abaissée après examen de l’évaluation attendue des nouvelles dépenses, a-t-on appris de deux sources gouvernementales.

—-

LA SONDE INSIGHT SUR MARS POUR UNE MISSION DE 24 MOIS

LOS ANGELES - La sonde InSight de la Nasa a réussi lundi soir à se poser sans encombres sur Mars après un voyage dans l’espace de 548 millions de kilomètres qui devrait permettre de mieux comprendre la formation du système solaire.

Mars InSight est atterrisseur immobile de 360 kg transportant des instruments scientifiques qui vont examiner en profondeur la structure interne de Mars pendant 24 mois, soit environ la durée d’une année martienne.

La sonde va effectuer des relevés sismiques et des enregistrements des températures pour tenter de comprendre comment Mars s’est créée et par extension pour aider à la compréhension de la formation de la Terre et des autres planètes du système solaire.

—-

GM VA RÉDUIRE SA PRODUCTION ET SES EFFECTIFS NORD-AMÉRICAINS

DETROIT/WASHINGTON - General Motors va supprimer environ 8.000 emplois en Amérique du Nord et arrêter la production de ses voitures qui se vendent le moins pour s’adapter aux bouleversements en cours dans le secteur automobile, qui l’amènent à tourner le dos aux berlines traditionnelles et à investir dans les véhicules électriques et autonomes.

Les mesures annoncées lundi par le premier constructeur automobile américain représentent sa plus vaste restructuration en Amérique du Nord depuis sa faillite il y a 10 ans.

Elles vont se traduire par des charges de 3 à 3,8 milliards de dollars (2,65 à 3,35 milliards d’euros) mais devraient ensuite augmenter de 6 milliards de dollars d’ici fin 2020 le flux de trésorerie disponible, dit le constructeur de Detroit.

—-

NISSAN DÉSIGNERA UN NOUVEAU PRÉSIDENT LE 17 DÉCEMBRE

TOKYO - Nissan désignera un nouveau président du conseil d’administration le 17 décembre après la révocation jeudi de Carlos Ghosn, a rapporté mardi l’agence de presse japonaise Jiji.

Une source proche du dossier a dit la semaine dernière à Reuters que le futur président occuperait ces fonctions “au moins” jusqu’à la prochaine assemblée générale des actionnaires, prévue en juin 2019.

Le constructeur automobile a formé un comité consultatif, comprenant les trois administrateurs indépendants de Nissan, pour proposer un nom.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below