November 26, 2018 / 6:04 PM / 23 days ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 18H00 GMT (26/11)

POROCHENKO PROCLAME LA LOI MARTIALE POUR 30 JOURS

KIEV/MOSCOU - Le président ukrainien Petro Porochenko a signé un décret instaurant, sous réserve de l’accord du Parlement, la loi martiale à la suite de l’incident survenu entre les marines russe et ukrainienne dans le détroit de Kertch.

Les députés devraient l’examiner dans la journée. Le décret, qui prévoit notamment la mobilisation des réservistes et des mesures visant au maintien de l’ordre public, a franchi une première étape avec son approbation à l’unanimité en commission parlementaire.

Dans une allocution télévisée, Porochenko a précisé que la loi martiale entrerait en vigueur mercredi et ce, pour une durée de 30 jours - et non 60 jours comme initialement annoncé par ses services. Il a ajouté que son décret ne touchait pas aux droits civiques et qu’il ne modifiait pas le calendrier des élections prévues l’année prochaine.

Le ministère russe des Affaires étrangères, qui accuse l’Ukraine d’avoir délibérément provoqué cet incident, a de son côté convoqué le plus haut représentant du pouvoir ukrainien à Moscou pour discuter de l’incident. Moscou soupçonne Kiev de chercher à créer un prétexte pour que la Russie soit soumise à de nouvelles sanctions.

LES USA PARLENT DE “VIOLATIONS SCANDALEUSES”

NATIONS UNIES - La représentante permanente des Etats-Unis à l’Onu, Nikki Haley, a estimé lundi que l’arraisonnement par la Russie de trois navires de la marine ukrainienne constituait une “violation scandaleuse du territoire souverain de l’Ukraine”.

Il s’agit, a-t-elle dit aussi, d’”un acte d’arrogance que la communauté internationale doit condamner”.

Le Conseil de sécurité tenait réunion lundi à la demande de l’Ukraine et de la Russie pour discuter de l’incident naval survenu dimanche dans le détroit de Kertch, qui sépare la mer d’Azov de la mer Noire.

L’Otan a demandé aux autorités russes la libération immédiate des marins ukrainiens arrêtés la veille.

—-

BREXIT-UN REJET DE L’ACCORD SERAIT UN PAS DANS L’INCONNU-MAY

LONDRES - Nul ne sait ce qui adviendra si l’accord de Brexit est rejeté par les parlementaires britanniques, a averti lundi après-midi la Première ministre, Theresa May, devant les députés de la Chambre des Communes.

Réunis en sommet européen extraordinaire dimanche à Bruxelles, les Vingt-Sept ont validé l’accord de retrait négocié par Londres et Bruxelles et ont pressé les Britanniques de le soutenir à leur tour.

Mais Theresa May va avoir fort à faire pour convaincre la Chambre des Communes de l’adopter à son tour. Le porte-parole de la chef du gouvernement a indiqué que le vote du Parlement britannique aura lieu le 11 décembre.

—-

L’OIAC VA ENQUÊTER SUR L’ATTAQUE CHIMIQUE PRÉSUMÉE A ALEP

LA HAYE - L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) va ouvrir une enquête sur une attaque chimique présumée qui a fait une centaine de blessés samedi à Alep, a annoncé lundi son directeur, Fernando Arias.

Le gouvernement syrien et son allié russe ont accusé des rebelles présents aux abords de la grande ville du nord de la Syrie d’avoir tiré des obus contenant du gaz au chlore qui ont provoqué des suffocations et des inflammations oculaires chez les habitants.

A Genève, un porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré lundi que l’agence onusienne disposait d’”informations non confirmées faisant état de patients pris en charge dans des centres de soin à Alep et présentant des symptômes qui pourraient correspondre à une exposition à des agents chimiques”.

—-

GM VA REDUIRE SA PRODUCTION ET SES EFFECTIFS NORD-AMERICAINS

DETROIT/WASHINGTON - General Motors (GM) va réduire sa production, arrêter l’assemblage des voitures qui se vendent le moins bien et tailler dans ses effectifs en Amérique du Nord, a-t-on appris lundi de plusieurs sources.

Ces mesures représenteraient la plus importante restructuration du constructeur automobile en Amérique du Nord depuis sa faillite il y a 10 ans.

Le groupe américain prévoit d’arrêter l’an prochain la production de trois usines au Canada (Oshawa) et aux Etats-Unis (Ohio et Michigan). Il va aussi arrêter de fabriquer plusieurs modèles actuellement assemblés sur ces sites, comme la Chevrolet Cruze, la Cadillac CT6 et la Buick LaCrosse, ont dit les sources.

—-

MITSUBISHI EVINCE A SON TOUR CARLOS GHOSN

TOKYO - Mitsubishi Motors a évincé lundi Carlos Ghosn de son poste de président du constructeur automobile japonais, imitant ainsi son partenaire d’alliance Nissan.

Le groupe, à l’issue d’une réunion de son conseil d’administration, a précisé que le directeur général Osamu Masuko était nommé président par intérim.

Carlos Ghosn, en détention au Japon depuis le 19 novembre sous les accusations de fraude fiscale et détournement de fonds dans le cadre de ses activités chez Nissan, est toujours PDG aussi bien du groupe Renault que de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

De hauts responsables de l’alliance doivent se retrouver en milieu de semaine à Amsterdam, dans le cadre de comités opérationnels prévus avant l’affaire Ghosn, afin de protéger leurs activités conjointes des répercussions de ce dossier alors qu’une lutte d’influence se profile entre Nissan et Renault.

—-

MORT DU RÉALISATEUR ITALIEN BERNARDO BERTOLUCCI A 77 ANS

MILAN - Bernardo Bertolucci, le réalisateur italien auteur des films “Le dernier tango à Paris” et “Le dernier empereur”, est mort lundi à l’âge de 77 ans.

Le cinéaste est décédé à son domicile des suites d’une longue maladie. Il était en mauvaise santé depuis plusieurs années et se déplaçait en chaise roulante depuis le début des années 2000 à la suite d’une opération au dos.

“Le dernier tango à Paris”, avec en vedette la star américaine Marlon Brando et une jeune actrice française inconnue, Maria Schneider, avait fait scandale à sa sortie en 1972. Le film a été interdit dans plusieurs pays, notamment en Italie où il n’est sorti qu’au début de 1987.

Le long métrage avait valu au réalisateur trentenaire une nomination aux Oscars et lancé sa carrière internationale.

—-

EMMANUEL MACRON DÉVOILERA MARDI SA PROGRAMMATION ENERGETIQUE

PARIS - Après des mois de préparatifs, de calculs savants et de luttes d’influence en coulisse, après plusieurs reports et la démission retentissante de Nicolas Hulot, Emmanuel Macron dévoilera mardi sa programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), plan de vol de l’Etat pour les dix prochaines années, qui a toutes les chances d’être clémente pour l’industrie nucléaire.

C’est un feuilleton qui s’achève pour toutes les filières de l’énergie, suspendues aux arbitrages de l’exécutif, et le début de deux périodes successives de cinq ans, avec un double horizon : doper les renouvelables et ramener à terme la part du nucléaire à 50% de la production d’électricité.

Ce dernier point concentre une grande partie de l’attention, tant il est lourd d’enjeux industriels, financiers, politiques et quasi existentiels dans un pays qui a fait de l’atome le coeur de sa stratégie énergétique dans les années 1960-1970.

—-

GILETS JAUNES-LE GOUVERNEMENT SE PENCHE SUR LES TERRITOIRES

PARIS - Le gouvernement a promis lundi de “mettre le paquet” sur les territoires marginalisés, épicentre du malaise exprimé par les “Gilets jaunes”, via son projet de loi d’orientation des mobilités présenté par la ministre des Transports.

Le mouvement anti-taxes qui agite le pays depuis plus d’une semaine donne un relief nouveau à ce catalogue de mesures hétéroclites, allant d’un vaste plan d’investissements à des dispositions sur la qualité de l’air ou le permis de conduire.

Acteurs du secteur et collectivités locales attendaient avec impatience ce texte, fruit d’un long processus engagé il y a un an avec les Assises de la mobilité et désormais inscrit au calendrier du Parlement au premier semestre 2019.

L’IMPACT DES GILETS JAUNES SUR L’ÉCONOMIE EST “SÉVÈRE”

PARIS - Bruno Le Maire a estimé lundi que les perturbations liées au mouvement des “Gilets jaunes” exerçaient un “impact sévère” sur l’activité économique à l’échelle nationale.

“Le constat de l’ensemble des secteurs économiques est clair: les événements récents ont eu un impact sévère sur l’activité économique nationale”, a déclaré le ministre de l’Economie et des Finances lors d’un point presse à l’issue d’une réunion avec les représentants des organisations patronales et de différentes fédérations professionnelles particulièrement pénalisées par ce mouvement. Cet “impact sévère” est ressenti non seulement “en métropole mais également dans certains départements d’Outre-mer, je pense en particulier à La Réunion”, a-t-il précisé.

LA REUNION TOUJOURS BLOQUÉE AVANT LA VISITE DE GIRARDIN

SAINT-DENIS-DE-LA-REUNION - La Réunion a de nouveau vécu au ralenti lundi en raison des barrages routiers dressés par les “Gilets jaunes”, avant l’arrivée mercredi dans l’île de la ministre des Outre-mer Annick Girardin, qui a déclaré qu’elle ferait “des annonces” à cette occasion.

Une trentaine de barrages routiers filtrants, provoquant d’importants embouteillages, étaient encore comptabilisés en fin d’après-midi sur les axes principaux de l’île. La majorité des commerces sont restés fermés, lundi, ou ont dû fermer leurs portes sous la pression des “Gilets jaunes’.

Dans l’après-midi, le préfet de l’île a annoncé la révision anticipée des prix des carburants, dès mardi, à la demande de la ministre des Outre-mer. Annick Girardin avait accordé dans la nuit de dimanche à lundi une interview à Réunion la Première, le service public de l’audiovisuel, pour confirmer sa venue et demander une baisse immédiate des prix des carburants.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below