November 23, 2018 / 1:53 PM / 20 days ago

UE-Préparatifs pour la compensation en euro en cas de Brexit dur

LONDRES, 23 novembre (Reuters) - Les autorités financières de l’Union européenne (UE) prennent des dispositions pour assurer la fluidité des transactions transfrontalières sur les dérivés dans le cas où il n’y aurait pas d’accord sur le Brexit.

La Commission européenne (CE) et le Royaume-Uni se sont mis d’accord sur un projet de déclaration concernant leurs relations après leur divorce mais de nouveaux points de désaccord sont apparus ces derniers jours au sujet de Gibraltar, du trafic des marchandises et de la pêche.

L’Autorité européenne des marchés financiers (Esma) a fait savoir vendredi qu’elle lançait la procédure de “reconnaissance” provisoire des chambres de compensation de Grande-Bretagne pour qu’elle puissent continuer à régler les transactions de dérivés pour le compte de clients de l’UE après le Brexit dans le cas où il n’y aurait pas de période de transition.

LCH, chambre de compensation de London Stock Exchange , assure le règlement de plus de 90% des swaps de taux d’intérêt en Europe, des contrats qui permettent aux banques et aux entreprises de se prémunir des mouvements de taux imprévus et potentiellement dommageables.

François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, qui ne veut pas voir les chambres de compensation britanniques accéder au marché européen sans supervision de l’UE, a dit vendredi, lors d’une conférence, qu’il était partisan d’une solution temporaire en cas de Brexit dur mais sur une période qui n’excéde pas un an à peu près.

“L’Esma collabore déjà avec les chambres de compensation britanniques afin de procéder aux travaux préparatoires”, déclare le régulateur européen dans un communiqué.

L’Association des marchés financiers en Europe (AFME), qui se présente comme “le porte-parole de tous les marchés financiers de gros en Europe”, juge que le communiqué de l’Esma manque de précisions.

La Banque d’Angleterre (BoE) a dit qu’il fallait de toute urgence procéder à des préparatifs en cas de Brexit dur mais pour Bruxelles il appartient au secteur privé de se prendre en charge au préalable.

LA PRESSION DE PARIS

L’UE et la Banque centrale européenne (BCE) souhaitent que la zone euro récupère une partie des règlements transactionnels effectués dans la monnaie unique une fois que Londres aura divorcé d’avec Bruxelles.

LCH a une filiale à Paris et les clients transfèrent le réglement des contrats repo de Londres vers la capitale française mais Villeroy de Galhau veut que la zone euro construise son propre marché des capitaux après le Brexit.

“Heureusement, LCH SA centralisera les transactions repo au début de 2019”, observe-t-il, ajoutant qu’il serait souhaitable que se développent à Paris des services de compensation élargis dans le domaine des dérivés de taux.

Deutsche Börse propose un dispositif de partage des profits pour récupérer à Francfort la compensation des contrats repo en euro, des emprunts souverains et des dérivés de taux.

Le LSE a dit qu’il ne comptait pas solliciter de licence pour compenser les swaps de taux à Paris. (Avec Clara Denina, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below