November 23, 2018 / 11:33 AM / 17 days ago

LEAD 1-En Allemagne, le ralentissement économique se précise

* Contraction confirmée de 0,2% du PIB au 3e trimestre

* Les indices d’activité PMI en baisse et inférieurs aux attentes

* La croissance a peu de chances de retrouver un rythme soutenu (Actualisé avec précisions, commentaires, PMI “flash”)

par Andrea Shalal et Michael Nienaber

BERLIN, 23 novembre (Reuters) - La baisse des exportations a été la principale cause de la contraction de l’économie allemande au troisième trimestre, la première depuis 2015, montrent les statistiques détaillées publiées vendredi, et si les économistes évoquent une situation exceptionnelle, ils reconnaissent que les signes de ralentissement s’accumulent.

Les chiffres du produit intérieur brut (PIB) et les premiers résultats des enquêtes mensuelles IHS Markit auprès des directeurs d’achats (PMI) qui montrent un ralentissement plus marqué qu’attendu en novembre ont fait baisser l’euro et les rendements des emprunts d’Etat.

“L’économie mondiale ralenti et l’Allemagne, en tant que pays exportateur, en paye le prix”, a commenté Thomas Gitzel, chef économiste de VP Bank Group.

Destatis, l’institut national de la statistique, a confirmé une contraction de 0,2% du PIB allemand au troisième trimestre, la première depuis le premier trimestre 2015.

Les exportations ont baissé de 0,9% sur la période juillet-septembre alors que les importations augmentaient de 1,3%, ce qui se traduit par une contribution négative d’un point de pourcentage du commerce extérieur à l’évolution globale du produit intérieur brut.

“La croissance économique allemande a calé”, a résumé Destatis, qui précise que la croissance en rythme annuel ressort à 1,1% au troisième trimestre, en données corrigées des variations saisonnières (CVS), contre 2,0% au deuxième trimestre.

L’investissement en équipements industriels et en véhicules a augmenté de 0,8% d’un trimestre sur l’autre et l’activité du secteur de la construction de 0,9% mais la consommation privée a reculé de 0,3%, principalement avec la baisse des achats de voitures liée aux nouvelles normes antipollution WLTP.

VERS UN REBOND LIMITÉ AU 4E TRIMESTRE

Pour Thomas Gitzel, la mise en application de ces normes “a laissé des cicatrices importantes dans le secteur automobile allemand et donc dans la consommation privée et l’export”.

Ce facteur devrait toutefois être temporaire et la consommation privée, l’investissement et la construction devraient continuer de nourrir la croissance, ajoute-t-il tout en mettant en garde contre la tentation d’espérer “monts et merveilles”.

En novembre, la croissance de l’activité du secteur privé allemand est tombée à son plus bas niveau depuis près de quatre ans, selon les indices PMI “flash”, qui montrent que le ralentissement touche l’industrie comme les services.

Les entreprises du secteur manufacturier ont évoqué une baisse de la demande en provenance de Chine, d’Italie et de Turquie, précise l’institut IHS Markit, ajoutant que les nouvelles commandes à l’export ont subi leur plus forte baisse mensuelle depuis près de six ans.

Pour Jörg Zeuner, économiste de la banque KfW, “le dernier trimestre devrait monter un net rebond mais au-delà, on ne retrouvera pas un rythme de croissance trimestriel constamment élevé”.

“Le dynamisme de l’économie a sans doute atteint son pic en 23017 et il s’atténue”, poursuit-il.

Le gouvernement de la chancelière Angela Merkel prévoit une croissance de 1,8% cette année et l’an prochain, après 2,5% en 2017.

Tableau de la statistique:

Avec Rene Wagner; Marc Angrand pour le service français, édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below