November 22, 2018 / 7:06 AM / a month ago

LEAD 1-Japon-L'objectif d'inflation reste hors de portée pour la BoJ

* Inflation hors alimentation à 1,0% sur un an, conforme au consensus

* L’inflation de base stagne à 0,4% sur un an

* La BoJ forcée de rester accommodante (Actualisé avec des précisions, contexte, citations d’économistes)

par Leika Kihara

TOKYO, 22 novembre (Reuters) - L’inflation hors produits alimentaires frais n’a pas varié en octobre au Japon par rapport au mois précédent, la stagnation de la consommation empêchant les entreprises de relever leurs prix, et par contrecoup la Banque du Japon (BoJ) de progresser vers son objectif d’une inflation de 2% par an.

L’indice national des prix à la consommation (CPI), qui exclut les produits alimentaires frais, a augmenté de 1,0% en octobre en rythme annuel, comme en septembre, une variation conforme à la prévision médiane du marché.

Cette hausse s’explique pour moitié par un gonflement des prix de l’énergie, ce qui ne facilite pas la tâche de la banque centrale alors même que les tensions commerciales et le ralentissement de la demande chinoise assombrissent l’horizon d’une économie très tournée vers l’exportation.

Attestant de pressions inflationnistes qui restent très discrètes, l’indice de base, calculé hors produits alimentaires frais et coûts de l’énergie, n’a progressé que de 0,4% sur un an le mois dernier, comme en août et en septembre.

“Les statistiques montrent qu’il faudra longtemps pour que l’inflation atteigne l’objectif de la BoJ”, note Takeshi Minami, économiste de l’institut d’études Norinchukin, ajoutant que dans ces circonstances il est logique de s’attendre à ce que la banque centrale poursuive une politique monétaire ultra-accommodante.

La BoJ laisserait donc de côté les effets secondaires indésirables de sa politique, comme une érosion des marges bancaires qui résulte de taux d’intérêt pratiquement nuls. Une perspective qui fait grincer des dents, notamment dans les petits établissements bancaires.

“La priorité de la BoJ reste l’inflation parce que les problèmes des banques n’ont rien d’urgent; ça ne veut pas dire qu’elle peut se permettre de les négliger”, a dit une source proche du dossier. “Il devient de plus en plus difficile de bien harmoniser les objectifs”.

Beaucoup d’analystes pensent que l’inflation de base stagnera, voire fléchira, dans les mois qui viennent dans la mesure où les prix pétroliers ont baissé récemment.

Les prix de l’essence commencent à diminuer et l’effet déflationniste des coûts de l’énergie pourrait déjà être perceptible dans les statistiques pour le mois de novembre, a dit à la presse un représentant du ministère de l’Economie.

L’inflation globale, mesurée par l’ensemble des prix de détail, a progressé à 1,4% en rythme annuel en octobre contre 1,2% en septembre, les typhons et les très fortes pluies estivales ayant endommagé les récoltes et provoqué une hausse des prix des légumes.

Ce phénomène risque d’avoir des répercussions sur les ménages, qui pourraient réduire leurs achats de biens non essentiels.

“La tendance de fond de l’inflation reste faible et les prix continueront d’être influencés par des facteurs externes tels que la monnaie et les mouvements du marché pétrolier”, dit Taro Saito, économiste de l’institut d’études NLI. “Il se pourrait bien que l’inflation de base glisse sous 1% d’ici la fin de l’année”. (Jean Terzian et Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below