November 19, 2018 / 1:01 PM / 21 days ago

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 13H00 GMT (19/11)

Les “Gilets jaunes” continuent, Matignon inflexible

PARIS - Le mouvement des “Gilets jaunes” se poursuit ce lundi avec de nouvelles actions sur certaines routes de France, au troisième jour d’une mobilisation spontanée que le gouvernement cherche à endiguer tout en martelant sa volonté de tenir son cap sur la fiscalité de l’essence et du diesel.

Des manifestants, moins nombreux que lors de la journée test du 17 novembre mais décidés à faire plier l’exécutif, ont dressé de nouveaux barrages filtrants sur plusieurs axes routiers et sur les voies conduisant à des dépôts pétroliers.

Total, qui exploite neuf dépôts en France, a confirmé à Reuters le blocage des sites de Fos-sur-Mer, près de Marseille (Bouches-du-Rhône), et de Vern-sur-Seiche, dans l’agglomération de Rennes (Ille-et-Vilaine).

Sur Facebook, plus de 20.000 personnes se sont inscrites sur une page appelant les mécontents à manifester samedi prochain à Paris afin de donner le “coup de grâce” et quelque 153.000 autres internautes se sont dits “intéressés” par l’événement.

Invité dimanche soir du 20-Heures de France 2, le Premier ministre, Edouard Philippe, a assuré avoir entendu “la colère” et le “sentiment d’abandon” exprimés par les “Gilets jaunes” mais il a dans le même temps exclu de revenir sur la hausse des taxes sur le carburant prévue le 1er janvier prochain - le sujet qui a cristallisé les mécontentements d’une partie de l’opinion.

—-

Carlos Ghosn arrêté au Japon, l’action Renault s’effondre

PARIS - L’action Renault s’effondre ce lundi à la Bourse de Paris après l’annonce par le journal nippon Yomiuri de l’arrestation au Japon du PDG Carlos Ghosn sur des soupçons d’irrégularités financières qui ont conduit Nissan a demander son éviction.

Le titre accuse son plus fort repli en séance depuis le 24 juin 2016, au lendemain du référendum sur le Brexit.

A TOKYO, Nissan a annoncé qu’il faisait en sorte de mettre fin rapidement aux fonctions de Carlos Ghosn, son président, après avoir découvert qu’il a utilisé de l’argent du groupe automobile japonais à des fins personnelles et a commis d’autres infractions graves.

Selon le journal Yomiuri, Ghosn a été arrêté sur commission rogatoire du parquet de Tokyo pour sous-évaluation présumée de sa rémunération. Selon l’agence de presse japonais Jiji, il aurait sous-évalué sa rémunération de près de la moitié, déclarant près de 5 milliards de yens (38,82 millions d’euros) alors qu’il aurait dû déclarer 10 milliards.

En déplacement à BRUXELLES, Emmanuel Macron a estimé qu’il était “trop tôt pour se prononcer sur la réalité et la matérialité des faits” et a ajouté que l’Etat serait “extrêmement vigilant” quant à la stabilité de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

—-

Le spectre d’élections anticipées s’éloigne en Israël

JERUSALEM - La crise politique s’est atténuée ce lundi en Israël et la perspective d’élections législatives anticipées s’est éloignée, le parti ultranationaliste Foyer juif renonçant à ses exigences.

Le ministre de l’Education Naftali Bennett, président du Foyer juif, a surpris en annonçant que son parti retirait ses demandes politiques et soutiendrait finalement le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Netanyahu, patron du Likoud (bloc de droite) s’emploie à éviter l’effondrement de sa coalition de gouvernement, qui n’a plus qu’un seul siège de majorité à la Knesset, le parlement monocaméral, après la démission la semaine dernière de l’ultra-nationaliste Avigdor Lieberman du ministère de la Défense.

—-

Il manque six lettres pour un vote de défiance contre May

LONDRES - Il manque encore six lettres de députés frondeurs conservateurs pour que soit atteint le seuil de 48 qui permettrait de déclencher un vote de défiance contre la Première ministre britannique Theresa May, en signe de protestation contre l’accord de Brexit trouvé avec l’Union européenne, rapporte le journal The Sun.

Quarante-deux députés tories de la Chambre des Communes ont donné l’assurance qu’ils avaient adressé une telle lettre au président du “comité 1922”, qui représente les parlementaires qui n’exercent pas de fonction gouvernementale.

Ces députés frondeurs sont particulièrement remontés contre la clause de sauvegarde, ou filet de sécurité (backstop) comprise dans le projet d’accord trouvé la semaine dernière sur le Brexit. Cette clause permettrait, en maintenant l’Irlande du Nord dans l’union douanière, d’éviter le rétablissement d’une frontière “dure” entre les deux Irlande.

Vers une période de transition post-Brexit plus longue?

LONDRES - Le Royaume-Uni pourrait demander si nécessaire une période de transition plus longue que celle prévue, a déclaré ce matin le ministre britannique des Entreprises, Greg Clark, qui n’exclut pas qu’elle puisse durer jusqu’à 2022.

Le Brexit doit intervenir le 29 mars au soir et une période de transition de 21 mois, soit jusqu’à la fin décembre 2020, est prévue en l’état actuel des choses.

Interrogé au micro de la BBC sur une prolongation de la période de transition, le ministre a déclaré que “Ce serait à notre demande”.

Selon le Guardian, Michel Barnier, qui dirige l’équipe des négociateurs européens, a également soulevé la possibilité de prolonger jusqu’à fin 2022 la période de transition post-Brexit.

—-

L’Eurogroupe salue l’avancée de la proposition Paris-Berlin

BRUXELLES - La proposition franco-allemande d’un budget pour la zone euro serait sans doute une “avancée” importante dans la perspective des réformes censées renforcer le bloc face aux crises et susceptibles de faire l’objet d’un accord global en décembre, a déclaré ce lundi le président de l’Eurogroupe, organe regroupant les ministres des Finances de la zone euro.

“La contribution de la France et de l’Allemagne au budget de la zone euro sera un thème important de la discussion aujourd’hui”, a dit le ministre portugais Mário Centeno, qui préside l’Eurogroupe. “C’est une contribution très importante; cela pourrait être en soi une avancée vers décembre”.

Mais l’Italie a rapidement pris ses distances avec cette proposition sur laquelle la France et l’Allemagne - les deux plus grandes économies de la zone euro - sont tombées d’accord vendredi et qui vise à financer l’investissement et les réformes permettant une plus grande convergence au sein de la zone euro.

La proposition franco-allemande dispose que le budget de la zone euro ne serait ouvert qu’aux pays qui respectent les règles de l’UE en matière de déficit et de dette.

—-

Yémen: Les Houthis prêts à une trêve si Ryad “veut la paix”

LE CAIRE - Les miliciens chiites Houthis ont annoncé cette nuit qu’ils stoppaient leurs attaques de drone et leurs tirs de missiles contre l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et leurs alliés au Yémen à la demande de l’Onu.

Dans un communiqué, le mouvement Houthi ajoute qu’il est prêt à un cessez-le-feu d’une plus grande ampleur si la coalition militaire conduite par Ryad “veut la paix”.

En trois ans et demi, la guerre a fait plus de 10.000 morts et acculé le Yémen au bord de la famine.

L’envoyé spécial de l’Onu pour le Yémen, Martin Griffiths, tente de relancer le processus de paix après l’échec d’une tentative en septembre dernier à Genève, où les Houthis ne s’étaient pas déplacés. Il espère pouvoir réunir d’ici la fin de l’année en Suède une conférence pour la paix.

—-

Buzyn indignée par le raccourci PMA-eugénisme de Wauquiez

PARIS - La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a exprimé ce lundi son “indignation” après des propos tenus par Laurent Wauquiez présentant l’élargissement de la procréation médicalement assistée (PMA) comme le début d’un “engrenage” menant à l’eugénisme tel que l’ont pratiqué les nazis.

Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a fait ces déclarations dimanche devant des militants de Sens commun, un mouvement conservateur issu de la Manif pour tous et lié à LR.

“Évidemment, aucun acte médical en France ne peut conduire à l’eugénisme”, lui a répondu Agnès Buzyn.

—-

PARIS - Le Service national universel sera mis en oeuvre au mois de juin prochain auprès de jeunes volontaires dans une dizaine de départements pilotes, annonce lundi le secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Éducation nationale, Gabriel Attal, dans un entretien au Parisien-Aujourd’hui en France.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below