November 15, 2018 / 3:56 PM / a month ago

RÉACTIONS d'économistes et de gérants à la crise politique britannique

15 novembre (Reuters) - La livre sterling et les taux d’intérêt à court et long terme sont en nette baisse jeudi en réaction à la contestation à laquelle la Première ministre britannique Theresa May doit faire face au lendemain de la validation par ses principaux ministres du projet d’accord de sortie de l’Union européenne conclu avec Bruxelles.

Plusieurs membres du gouvernement, dont le ministre du Brexit Dominic Raab, ont annoncé leur démission jeudi ouvrant une crise politique accentuée par la perspective d’un rejet du projet d’accord par le parti unioniste nord-irlandais DUP, dont les députés permettent à Theresa May de s’appuyer sur une majorité parlementaire.

Vous trouverez ci-dessous de premières réactions d’analystes et de sociétés de gestion d’actifs à la crise politique britannique.

PAS DE BREXIT OU UN BREXIT SANS ACCORD, DÉSORMAIS PLUS PROBABLES QUE LE PLAN MAY - CITI

La probabilité que la Grande-Bretagne ne sorte pas de l’Union européenne ou qu’elle en sorte sans accord est désormais plus probable qu’un Brexit selon les termes de l’accord négocié entre Londres et la Commission européenne, estiment jeudi les analystes de la banque américaine Citi.

“Pour ce qui est du dénouement, nous envisageons soit ‘Pas de Brexit’, soit un ‘Brexit sans accord’, le meilleur ou le pire pour l’économie britannique et les marchés respectivement, comme beaucoup plus probable qu’un vote favorable sur le projet d’accord actuel”, écrivent Tina Fordham et Christian Schulz, analystes chez Citi dans une note.

L’ACCORD SUR LE BREXIT EST MORT-NÉ - NAEEM ASLAM, THINKMARKETS

“L’accord sur le Brexit est mort-né avec la démission du ministre en charge du Brexit Dominic Raab et cela pourrait signer l’arrêt de mort (politique) de Theresa May. Dans la foulée de cette démission, nous constatons des ordres massifs de vente sur la paire sterling-dollar, en chute libre pour le moment.”

UN SOUTIEN AU PROJET D’ACCORD POSSIBLE - BERENBERG

“Au cours des prochains jours, au fur et à mesure de la compréhension par les députés britanniques des implications de l’accord de retrait (de la Grande -Bretagne de l’Union européenne) de 585 pages, nous serions mieux à même de juger du niveau de soutien réel dont bénéficie May. Quelques démissions (de ministres) ne changeront pas cette perspective. Si les poids lourds du gouvernement font front et continuent de soutenir l’accord, May a probablement une bonne chance d’emmener le parti. Sinon, l’accord est mort-né.”

L’INCERTITUDE POLITIQUE EN GRANDE-BRETAGNE VA DURER - CHARLES ST-ARNAUD, LOMBARD ODIER

“Le risque que l’accord ne soit pas validé par le Parlement a toujours été élevé car, peu importe le contenu de l’accord, il était quasi-garanti que le gouvernement britannique n’avait pas les votes nécessaires et avait besoin des parties de l’opposition.

“Ce qui est assez étonnant, ce sont les réactions alors que l’accord ne contient rien de surprenant, selon moi. C’était évident que, pour régler à la fois la question de la frontière entre les deux Irlande et la frontière entre l’Irlande du Nord et le Royaume-Uni, le Royaume-Uni devrait demeurer étroitement aligné avec l’UE.

“C’était la seule solution pour éviter le ‘cliff-edge’ en mars et avoir une période pour négocier la nouvelle relation, pas seulement les termes du divorce.

“Par contre, Theresa May a très bien exposé les choix possibles : l’accord, pas d’accord ou pas de Brexit. Pour les Brexiteers, l’accord est mieux que pas de Brexit; alors que pour les remainers, l’accord est mieux que pas d’accord (cliffedge). C’est peut-être le calcul que certains feront et ultimement soutiendront l’accord.

“Les principaux risques sont que 1/ Theresa May perde une éventuelle course au leadership et soit remplacée par un Brexiteer. Dans ce cas, la probabilité d’un no-deal Brexit augmente, 2/ que le gouvernement soit renversé et que des élections anticipées soient convoquées.

“Les prochains jours seront importants et l’incertitude politique au Royaume-Uni va durer quelque temps.”

LA SITUATION DE MAY DE PLUS EN PLUS INCERTAINE - JEAN-LOUIS MOURIER, AUREL BCG

“Il semble de moins en moins probable que l’accord soit accepté par la Chambre des Communes. De plus, la situation personnelle de Theresa May est de plus en plus incertaine...”

UN ACCORD RESTE POSSIBLE - ESTY DWEK, NATIXIS INVESTMENT MANAGERS

“Le risque le plus important pour le moment semble être la politique intérieure britannique; un vote de défiance ou un rejet (de l’accord) par le Parlement pourrait freiner les chances de May de parvenir à un accord avant la date butoir du 29 mars.

Beaucoup d’obstacles demeurent, et avec une plus grande incertitude concernant la capacité de May à se maintenir au pouvoir et à faire passer l’accord, nous devrions voir davantage de volatilité sur les actifs britanniques dans les prochaines semaines.

Au final, nous pensons qu’un accord sera trouvé, un Brexit sans accord étant perçu comme la pire issue, mais pas avant de nouveaux atermoiements dans la politique britannique.” (Service Macro-Marchés)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below