November 15, 2018 / 3:31 PM / a month ago

GESTION-Encore du potentiel pour les actions en 2019, selon UBS

LONDRES, 15 novembre (Reuters) - Les marchés d’actions mondiaux ont encore du potentiel haussier en 2019 mais les investisseurs devront se tourner vers les valeurs décotées (“value”) et ajouter des protections à leurs portefeuilles pour se prémunir contre les turbulences de marchés, selon le responsable de la stratégie d’UBS Wealth Management.

Mark Haefele, dont les équipes gèrent plus de 1.768 milliards d’euros d’actifs, a expliqué lors du Sommet mondial sur les perspectives d’investissement organisé par Reuters être revenu sur les actions et les actifs risqués après avoir réduit son exposition en juillet.

“Les actifs européens et émergents se paient avec une décote par rapport à leur valorisation P/E (cours sur bénéfice) de long terme. Les américains sont proches des moyennes de valorisation mais si vous regardez la prime de risque sur les actions et l’alternative fournie par les obligations, la valorisation n’est pas si mal”, a-t-il déclaré.

“Nous pensons que nous pouvons avoir une nouvelle phase haussière sur les actions”, a-t-il prédit dans les bureaux de Reuters à Londres.

L’indice MSCI All Countries World, qui regroupe 47 pays émergents et développés, a subi en octobre son plus fort repli depuis mai 2012 avec la chute des valeurs technologiques, les tensions commerciales sino-américaines et les craintes entourant le resserrement monétaire en cours de la Réserve fédérale.

Mark Haefele a indiqué avoir coupé son exposition aux valeurs technologiques au début du printemps en raison des valorisations élevées. Il a opté pour des titres dits “value”, comme l’énergie et les financières, au second semestre.

“A partir de maintenant, toutes choses étant égales par ailleurs (...), nous voulons coupler notre position à ‘surpondérer’ sur les actions avec des couvertures dans notre portefeuille”, a-t-il dit.

“Nous avons des ‘put’ (options vendeuses) sur le S&P 500 et une position à surpondérer sur les Treasuries à dix ans, nous sommes à surpondérer sur le yen face au dollar taïwanais”, a détaillé le gérant à titre d’exemples de protections.

Mark Haefele a aussi expliqué qu’il avait profité des turbulences sur le marché obligataire italien pour acheter de la dette italienne à deux ans et qu’il prévoyait de le faire à nouveau.

Le rendement des emprunts d’Etat à deux ans émis par Rome , qui évoluait en territoire négatif en début d’année, est revenu autour de 1,35% après un pic à 2,7% en mai lors de l’arrivée au pouvoir du gouvernement de coalition entre la Ligue et le Mouvement 5 étoiles (M5S).

“Regardez le différentiel budgétaire sur lequel ils se disputent en Europe par rapport à l’accroissement massif du déficit budgétaire aux Etats-Unis. Est-ce réellement quelque chose sur lequel vous voulez vous battre à ce point ? Néanmoins, c’est une réalité”, souligne Mark Haefele.

“Nous en tirerons profit si l’on voit le spread s’écarter encore.”

Concernant les pays émergents, Mark Haefele prévoit un nouvel accès de faiblesse sur le yuan chinois. “Dans six mois, nous l’aurons à 7,1 pour un dollar”, a-t-il estimé.

Les tensions commerciales entre Washington et Pékin ne devraient pas s’aggraver notamment mais elles ne devraient pas se résoudre rapidement, selon le gérant.

Karin Strokecker, Blandine Hénault pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below