November 15, 2018 / 11:36 AM / a month ago

Aramco cherche $5 mds de financement pour son projet avec Total

15 novembre (Reuters) - Saudi Aramco discute avec des banques afin de s’assurer du financement d’Amiral, un projet pétrochimique de cinq milliards de dollars (4,43 milliards d’euros) que la compagnie pétrolière publique saoudienne veut développer avec Total, rapportent cinq sources au fait de discussions.

Saudi Aramco, premier producteur mondial de pétrole, veut accroître ses investissements dans le raffinage et la pétrochimie afin de réduire sa dépendance à l’égard du brut sur fond de ralentissement de la demande de pétrole.

Le projet de la construction d’Amiral, un complexe pétrochimique géant dans la ville de Jubail, a été dévoilé en avril. Il sera implanté près de Satorp (Saudi Arabia Total Refining and Petrochemical), la plate-forme de raffinage et de pétrochimie qu’Aramco et Total possèdent et exploitent conjointement.

Aramco a demandé aux banques d’assurer un rôle de conseil et de fournir des engagements indicatifs pour le financement de l’opération, ont dit deux des sources.

Aramco et Total n’ont pas souhaité s’exprimer.

Les deux groupes ont déclaré cette année que ce complexe inclurait une unité de craquage capable de fournir 1,5 million de tonnes par an d’éthylène. Il comprendra également d’autres entités de produits pétrochimiques à haute valeur ajoutée.

Ce complexe, qui devrait être opérationnel en 2024, demande des investissements d’environ cinq milliards de dollars.

L’unité de craquage alimentera d’autres usines de produits pétrochimiques et chimiques de spécialité, d’une valeur de quatre milliards de dollars, qui seront construites par d’autres investisseurs, ce qui portera l’investissement total à neuf milliards de dollars, ont souligné les sources.

Le financement d’un projet comprend généralement des prêts représentant environ 70 à 80% de l’investissement total, le reste étant couvert en fonds propres. Une source a déclaré qu’on ignorait pour l’heure le montant exact du financement par emprunt, car celui-ci dépendait des engagements des banques.

Aramco et Total ont signé en octobre un accord de développement d’un complexe pétrochimique intégré et un parc en aval, dans le cadre de la deuxième phase de la raffinerie Satorp.

“Amiral nous permet d’accélérer notre stratégie en aval visant à devenir un leader mondial du raffinage et de la commercialisation, des huiles lubrifiantes et des produits chimiques”, avait déclaré le directeur général d’Aramco, Amin Nasser, en octobre.

Parallèlement, Aramco discute avec les banques pour son projet de prise de contrôle du fabricant saoudien de produits pétrochimiques Sabic, un accord qui pourrait nécessiter un financement pouvant atteindre 70 milliards de dollars.

Amin Nasser n’a pas donné de calendrier, notant qu l’approbation de l’opération par les autorités de la concurrence internationales prendrait du temps. (Rania El Gamal, Davide Barbuscia et Saeed Azhar, avec Bate Felix à Paris Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Benoit Van Overstraeten)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below