November 7, 2018 / 5:48 PM / a month ago

France-Les armées orphelines de la solidarité interministérielle

* Mauvaise surprise pour la Défense dans le collectif budgétaire

* Pas de solidarité interministérielle pour les Opex

* Cornut-Gentille dénonce “un coup de poignard”

* Le ministère des Armées relativise

PARIS, 7 novembre (Reuters) - Le collectif budgétaire 2018, qui prévoit quelque 400 millions d’euros supplémentaires pour les opérations extérieures de l’armée française tout en annulant l’équivalent en crédits de réserve, n’aura pas d’incidence majeure pour les militaires mais entame le principe établi de solidarité interministérielle, souligne-t-on mercredi au ministère des Armées.

Dans le projet de loi de finances rectificatif présenté mercredi en conseil des ministres, décision a été prise au ministère de l’Economie et des Finances d’annuler 404,19 millions d’euros sur les quelque 650 millions de la réserve de précaution du ministère des Armées, principalement sur l’équipement des forces (programme 146) pour un montant de 319 millions d’euros.

“Les conséquences physiques sont maîtrisées, il n’y aura pas d’incidences sur les livraisons et commandes de matériels. (...) Ça ne fait pas excessivement mal, ça ne pénalise pas les forces”, assure-t-on à Brienne.

En parallèle, Bercy a ouvert pour un montant équivalent de crédits afin de couvrir une partie du surcoût engendré par les opérations extérieures de l’armée française (Opex) et les missions intérieures (Missint) comme “Sentinelle”.

“Le gouvernement a souhaité que le financement des besoins nouveaux soit prioritairement assuré au niveau du programme, de la mission puis du ministère responsable, seul le besoin de financement résiduel relevant de la solidarité interministérielle”, peut-on lire dans le texte du PLFR 2018.

Le député (Les Républicains) François Cornut-Gentille, rapporteur spécial des crédits de la Défense, a dénoncé “un coup de poignard aux armées”.

“En faisant supporter au seul ministère des Armées la charge des opérations extérieures, il prive les militaires de près de 800 millions d’euros sur leur budget déjà contraint. La solidarité interministérielle qui prévalait depuis plus de 10 ans est balayée”, estime-t-il dans un communiqué.

DÉGEL DE 250 MILLIONS D’EUROS DE CRÉDITS

Le secrétaire d’Etat à l’Action et aux Comptes publics, Olivier Dussopt, a fait valoir devant la commission des Finances de l’Assemblée que les annulations portaient “sur des crédits mis en réserve, ce qui permet de ne pas modifier les moyens effectifs dont disposaient les autres missions de la Défense.”

“La mission Défense ne contribue aucunement au financement des autres ouvertures de crédits et il n’y a pas de contribution de la mission Défense à la solidarité interministérielle”, a-t-il ajouté.

Il est toutefois inscrit dans la loi de programmation militaire (LPM) que les éventuels surcoûts des Opex et missions intérieures non couverts par les provisions budgétaires sont financés par “solidarité interministérielle en gestion”.

“Le constat est loin d’être positif à ce stade sur la solidarité interministérielle”, juge-t-on au ministère.

L’entourage de Florence Parly prévoit pour l’heure un surcoût Opex/Missint de 1,370 milliard d’euros pour 2018, légèrement en deçà des 1,540 milliard de 2017.

“C’est la première bonne nouvelle”, dit-on avec stoïcisme.

Une seconde se profile : le ministère devrait obtenir “dans les semaines qui viennent” le dégel du solde de la réserve de précaution, soit environ 250 millions d’euros, qui viendront s’ajouter aux 650 millions d’euros provisionnés dans le projet de loi de finances initiale pour les surcoûts Opex.

A cette somme s’ajouteraient 155 millions d’euros de masse salariale non utilisés en raison de départs de personnels militaires, “notamment des sous-officiers, beaucoup plus importants que prévu”.

“Ce n’est pas une bonne nouvelle du point de vue des armées, en termes de fidélisation et d’attractivité, mais c’est un effet d’aubaine pour la couverture des Opex/Missint”, relève-t-on.

Le ministère devrait également recouvrer une quarantaine de millions d’euros sur les fonds de concours (contributions à des opérations extérieures auxquelles participent la France).

“Ça nous facilite grandement l’équation finale.” (Sophie Louet, édité par Myriam Rivet)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below