November 7, 2018 / 12:08 PM / a month ago

Draghi a dit en privé à Tria de faire attention au budget-sources

BRUXELLES, 7 novembre (Reuters) - Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE), a fait savoir à Giovanni Tria, le ministre des Finances italien, que la lourde dette de l’Italie réclamait une discipline budgétaire allant au-delà de ce que la réglementation européenne exige, ont déclaré mercredi deux sources de l’Union européenne (UE).

Mario Draghi, ex-gouverneur de la Banque d’Italie, a déclaré lundi, à l’occasion d’une réunion des ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe), que la dette élevée et la faible croissance de l’Italie exigeaient un degré de responsabilité “dépassant les règles de l’UE”, ont dit les sources à Reuters.

Un porte-parole de la BCE a refusé de commenter ces informations.

La Commission a souligné, lors de cette réunion, qu’elle envisageait une procédure disciplinaire contre l’Italie, susceptible de déboucher sur des sanctions si le projet budgétaire n’était pas modifié d’ici au 13 novembre.

Les Etats membres de la zone euro appuient l’exécutif européen et exhortent Rome, en public et en privé, à proposer un budget qui soit plus orthodoxe.

En sortant de la réunion de l’Eurogroupe, Giovanni Tria a déclaré que Rome ne comptait pas modifier son budget.

Mais il a paru plus conciliant en privé, selon les deux sources, ajoutant qu’il n’avait pas fait obstacle au communiqué de l’Eurogroupe enjoignant l’Italie de réviser son projet de Loi de finances.

Répondant aux critiques formulées sur le budget, il a dit à ses homologues: “Je suis un économiste et un politicien; mais ici, je suis un politicien”, ont précisé les deux sources.

Giovanni Tria visait à l’origine un déficit budgétaire nominal de 1,6% du PIB en 2019, ont récemment fait savoir des sources, mais il a transigé à 2,4% sous la pression des partis de la coalition au pouvoir, le Mouvement 5 Etoiles et la Ligue.

Le ministre des Finances italien affirme que son projet de budget dopera la croissance, qui a été nulle au troisième trimestre, et permettra de réduire une dette qui dépasse 130% du PIB, le ratio le plus élevé de l’UE après la Grèce.

La Commission publiera jeudi ses prévisions économiques trimestrielles qui seront sans doute moins optimistes que celles du gouvernement italien qui prévoit 1,5% de croissance en 2019. (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below