November 6, 2018 / 8:50 AM / a month ago

Macron veut une "vraie armée européenne" face à la Russie

PARIS, 6 novembre (Reuters) - Emmanuel Macron a prôné mardi la création d’une “vraie armée européenne” pour ne pas dépendre seulement des Etats-Unis face à une Russie “menaçante” aux frontières de l’Union.

Lors d’un entretien diffusé sur Europe 1, le président français a estimé que “sur la défense, le travail détaché, les universités européennes, on a déjà beaucoup avancé” depuis son discours de La Sorbonne en septembre 2017.

“Je souhaite maintenant qu’on aille plus loin”, a-t-il ajouté en évoquant notamment l’échéance des élections européennes de mai 2019.

“On ne protégera pas les Européens si on ne décide pas d’avoir une vraie armée européenne face à la Russie qui est à nos frontières et qui a montré qu’elle pouvait être menaçante”, a-t-il poursuivi. “On doit avoir une Europe qui se défend davantage seule, sans dépendre seulement des Etats-Unis, et de manière plus souveraine.”

Les chefs d’Etat et de gouvernement européens ont décidé ces derniers mois d’accentuer nettement leurs coopérations dans la défense mais l’idée d’une “armée européenne” est rejetée par nombre d’entre eux et la plupart des experts estiment que ce domaine relève largement des Etats eux-mêmes.

Emmanuel Macron a par ailleurs souhaité “une Europe qui sache protéger ses travailleurs, ses concitoyens, ses entreprises face aux géants du numérique, qui sinon vont tout décider à votre place”.

Le chef de l’Etat avait annoncé en octobre qu’il porterait dans la campagne pour les élections européennes des propositions pour lutter contre les positions dominantes, en particulier dans les secteurs technologiques.

“J’ai besoin d’avoir un dispositif antitrust plus fort”, avait-il dit. “C’est la clé si l’on veut pouvoir choisir notre avenir. Sinon, dans trop de secteurs, j’aurais le choix entre un acteur chinois et un acteur américain.”

Il a également renouvelé sur Europe 1 son souhait de voir “une Europe de l’intelligence artificielle”, en soulignant la faiblesse des investissements européens dans ce secteur.

Stéphane Séjourné, directeur de la campagne des européennes du parti présidentiel, a estimé qu’il était possible pour son camp d’arracher une majorité au Parlement européen, lors d’un entretien avec Reuters la semaine dernière. (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below