October 31, 2018 / 4:16 PM / a month ago

CDU-Les candidats à la succession de Merkel prennent leurs marques

BERLIN, 31 octobre (Reuters) - Deux jours après l’annonce qu’Angela Merkel allait abandonner la présidence de l’Union chrétienne-démocrate (CDU), deux des trois candidats déclarés à sa succession début décembre ont commencé mercredi à prendre leurs marques.

Friedrich Merz, ancien chef du groupe parlementaire conservateur au Bundestag, a présenté lors d’une conférence de presse sa profession de foi, se posant comme un libéral pro-européen, partisan des réformes et ami des marchés.

Cet avocat et homme d’affaires de 62 ans a promis le renouveau pour la CDU, qui s’est résolument tournée vers le centre depuis que Merkel en a pris la direction il y a dix-huit ans.

Un autre candidat à la présidence du parti, le ministre de la Santé Jens Spahn, a adopté dans une tribune au Frankfurter Allgemeine Zeitung un ton très ferme sur l’immigration, tout en rejetant la “démagogie” de l’extrême droite et le “populisme” des Verts.

“Nous perdons des voix d’un côté comme de l’autre parce que nos positions en sont pas claires”, écrit-il. “Nos grandes villes continuent de voir affluer de nombreux migrants, en majorité des hommes. Nous devons limiter et diriger ce flot, réformer le droit d’asile et les lois sur l’immigration.”

Lors de sa conférence de presse, Friedrich Merz a, lui, souligné qu’il était “un libéral convaincu au plan économique et un conservateur au plan social”, c’est-à-dire selon lui “tout ce qui a fait la force de la CDU”.

Parmi ses priorités, il veut récupérer les anciens électeurs de la CDU séduits par la formation d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD) et répondre aux appels du président français Emmanuel Macron en faveur d’une plus grande intégration européenne.

Le chef de l’Etat français, a-t-il dit, “mérite d’obtenir une réponse plus substantielle de l’Allemagne”. “Le principal défi pour l’Europe dans les prochaines années, c’est de préserver l’unité de la zone euro”, a-t-il souligné.

Merz, qui a quitté la vie politique il y a dix ans après avoir vainement défié Angela Merkel au début des années 2000, s’est bien gardé de critiquer directement la chancelière. “Je suis sûr qu’Angela Merkel et moi pouvons travailler ensemble dans ce nouveau contexte”, a-t-il assuré.

Angela Merkel ne soutient officiellement aucun des candidats déclarés mais il est clair qu’elle a plus de chances de se maintenir à la chancellerie jusqu’à la fin de son mandat en 2021 si l’actuelle secrétaire générale de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, l’une de ses proches surnommée “mini-Merkel”, lui succède à la présidence du parti.

Friedrich Merz, largement considéré comme le candidat des milieux d’affaires, a déclaré que son poste actuel à la tête du conseil de surveillance de la branche allemande du gestionnaire d’actifs BlackRock ne créerait pas de conflit d’intérêts. (Thomas Escritt; Guy Kerivel pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below