October 21, 2018 / 3:56 PM / a month ago

Roche remporte deux succès dans les anticancéreux

ZURICH/MUNICH, 21 octobre (Reuters) - Un cocktail d’immunothérapie de Roche a contribué à ralentir un type agressif de cancer du sein où les nouveaux traitements n’ont jusqu’ici pas fait leurs preuves, une nouvelle positive pour le laboratoire suisse dans sa recherche de nouveaux relais de croissance.

Les données cliniques publiées samedi concernent le traitement des cancers du sein triple-négatifs, qui représentent 15% des cas de la maladie et touchent en particulier des femmes plus jeunes.

Le Tecentriq de Roche a affiché les bénéfices les plus importants sur une partie des patientes participant à l’essai. Le principal auteur de l’étude a indiqué que les résultats “changeraient la manière dont le cancer triple-négatifs est traité”.

S’il précise que les données en matière de survie ne sont pas encore suffisamment abouties, le laboratoire suisse se dit optimiste et a déposé des demandes d’homologation auprès des autorités de régulation.

Le Tecentriq de Roche ne représente à ce jour qu’une fraction minime des ventes des blockbusters Keytruda de Merck et Opdivo de Bristol-Myers Squibb dans la lutte contre la principale forme de cancer du poumon.

Pour tenter de combler ce retard, le directeur général de Roche, Severin Schwan, vise des segments plus petits, mais plus lucratifs. Principal fabricant mondial d’anticancéreux, le groupe suisse a besoin de relais de croissance après l’expiration de brevets qui exposent ses trois principaux médicaments, Avastin, Herceptin et Rituxan (21 milliards de dollars de ventes annuelles combinées) à la concurrence de copies meilleur marché.

Roche a également présenté dimanche à un congrès les résultats d’une étude montrant que son anticancéreux entrectinib avait diminué la taille des tumeurs chez 57% des patients d’un groupe ne pouvant être identifié que par profilage génétique.

Sur ce nouveau segment thérapeutique, Roche est en concurrence avec l’alliance entre Bayer et l’américain Loxo Oncology. Tous deux ont publié à leur tour des données montrant une légère amélioration du résultat de leur larotrectinib, comparé au fort taux d’efficacité révélé à travers des données précédemment publiées. (John Miller et Ludwig Burger, Gilles Guillaume pour le service francaçs, édité par)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below