October 19, 2018 / 3:58 PM / 2 months ago

GRAPHES-La corrélation entre l'euro et les taux longs italiens à un pic de 5 ans

LONDRES, 19 octobre (Reuters) - La confrontation entre Rome et ses partenaires européens sur la trajectoire des finances publiques italiennes a poussé la corrélation entre les rendements de la dette publique du pays et l’euro à des plus hauts depuis 2013.

Cette brusque et renaissante corrélation entre le taux de change de l’uero et les taux longs italiens, plus précisément l’écart (spread) entre les rendements d’Etat en Allemagne et en Italie, mesure du risque souverain italien perçu par les marchés, peut être interprété comme un signe de la menace que la position de Rome ferait peser sur la pérennité de la monnaie unique européenne.

Toutefois l’absence de contagion de la montée du risque souverain italien aux dettes publiques d’autres Etats européens conduit certains investisseurs à penser que cette re-corrélation reflète surtout les anticipations des investisseurs sur une possible intervention de la Banque centrale européenne (BCE) en cas de durcissement du conflit entre Rome et Bruxelles.

Le rendement des emprunts d’Etat italiens à 10 ans a bondi à un plus haut depuis début 2014 et son écart avec les emprunts d’Etat allemands de même échéance est à un pic de plus de cinq ans.

Mais, contrairement à la crise des dettes souveraines de 2010-2012, la contagion à d’autres dettes publiques européennes est restée limitée et c’est l’euro qui absorbe le contrecoup de la crise italienne, s’échangeant à un plus bas de près de quinze mois contre le dollar.

La devise européenne a baissé de 6,6% contre le billet vert depuis début mars et les élections législatives qui avaient débouché sur la conclusion d’un accord de gouvernement entre le Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) et la Ligue (extrême droite), avec un programme de lutte contre l’immigration et de contestation des règles budgétaires européennes.

L’affaiblissement de l’euro résulte en partie du renforcement du dollar contre pratiquement toutes les devises à la faveur de l’accélération de la croissance et de la hausse des taux aux Etats-Unis. Mais le net renforcement de la corrélation inverse entre l’euro-dollar et l’écart de rendement entre l’Allemagne et l’Italie signifie que l’euro s’est affaibli chaque fois que le risque souverain italien perçu par les investisseurs a augmenté.

La corrélation inverse sur 130 jours glissants a atteint 87% à fin août alors qu’elle était quasi-nulle en début d’année. Elle est actuellement de 84%.

De tels niveaux n’avaient été atteints que fin 2012-début 2013 peu après l’engagement pris par le président de la BCE Mario Draghi de “faire ce qu’il faut” pour sauver la monnaie unique européenne.

Le nouveau pic de corrélation souligne certes les inquiétudes des investisseurs face à la mise en oeuvre par Rome d’une politique budgétaire intenable sans que les autorités de la zone euro puissent faire grand chose pour l’empêcher.

Mais ils gardent aussi en mémoire la promesse de Mario Draghi et parient que le président de la BCE ne resterait pas inactif si la situation de l’Italie empirait. Cela rend la crise en gestation fondamentalement différente de celle de 2012 en ce que cette fois-ci l’existence même de la zone euro ne semble pas en jeu.

“Il y a une position qui n’est pas encore consensuelle, mais il y a une dynamique en faveur d’une position selon laquelle la BCE sera probablement plus accommodante dans la gestion de la sortie (de son programme d’assouplissement quantitatif) que ce que les marchés ont pris en compte, du fait de l’Italie et d’une croissance économique (de la zone euro) qui n’est pas si vigoureuse que ça”, observe Shweta Singh, économiste chez TS Lombard.

Aussi chaque fois que le risque italien semble s’aggraver et que le spread s’écarte, les attentes d’une action de la BCE sous la forme par exemple d’un report d’une première hausse de taux actuellement attendue pour septembre 2019 au plus tôt, se renforcent.

avec Dhana Ranasinghe et Abhinav Ramnarayan, Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below