October 16, 2018 / 9:39 AM / a month ago

Zone euro/Indicateurs-Le taux de chômage stable à 8,1% en septembre

(.)

BRUXELLES, 30 octobre (Reuters) - Principaux indicateurs macroéconomiques de la zone euro publiés depuis le début du mois:

* LE TAUX DE CHÔMAGE STABLE À 8,1% EN SEPTEMBRE

31 octobre - Le taux de chômage dans la zone euro est resté stable à 8,1% en septembre en données corrigées des variations saisonnières, à son plus bas niveau depuis novembre 2008, a annoncé Eurostat mercredi.

La zone euro comptait 13,153 millions de demandeurs d’emploi enregistrés le mois dernier contre 13,151 millions en août, a précisé l’Office européen de la statistique.

Dans l’ensemble de l’Union européenne à 28, le taux de chômage est aussi resté stable à 6,7% en septembre. Il s’agit du taux le plus faible enregistré dans l’UE depuis le début de la série mensuelle sur le chômage en janvier 2000.

Tableau

* INFLATION ESTIMÉE À 2,2% EN OCTOBRE, +2,3% HORS VOLATILS

31 octobre - L’inflation dans la zone euro a accéléré comme attendu en octobre mais l’indice d’inflation de base a augmenté plus que prévu, selon l’estimation rapide publiée mercredi par Eurostat.

L’institut européen de la statistique estime le taux d’inflation à 2,2% en rythme annuel pour le mois d’octobre après 2,1% en septembre et 2,0% en août, conformément au consensus Reuters.

L’inflation de base, c’est-à-dire hors énergie et produits alimentaires non-transformés, suivie de près par la Banque centrale européenne (BCE), a accéléré à 1,3% en rythme annuel après 1,1% en septembre. Les économistes prévoyaient une hausse plus modérée à 1,2%.

Le taux d’inflation hors énergie, alimentation, alcool et tabac a accéléré lui aussi à 1,1% contre 0,9% en septembre, alors que le consensus le donnait à 1,0%.

Ces chiffres sont de nature à conforter la BCE dans sa décision d’arrêter en fin d’année son programme de rachats d’actifs.

L’estimation rapide de l’inflation dans la zone euro publiée par Eurostat n’inclut aucune variation d’un mois sur l’autre.

Tableau

* LE SENTIMENT ÉCONOMIQUE SE DÉGRADE POUR UN 10E MOIS

30 octobre - Le sentiment économique dans la zone euro s’est dégradé en octobre pour le dixième mois consécutif, a annoncé mardi la Commission européenne.

L’indicateur, qui reflète la confiance à la fois des entreprises et des ménages, a reculé à 109,8 contre 110,9 en septembre, accusant sa plus forte baisse depuis le mois de mars.

Il reste au-dessus de sa moyenne de long terme mais confirme son orientation baissière en 2018 après une hausse continue en 2017 qui l’avait porté à un pic de 115,2 en décembre.

La plus forte baisse ce mois-ci concerne le commerce de détail mais le moral a aussi baissé dans l’industrie et les services. L’enquête montre en revanche une légère amélioration du sentiment des ménages.

Par pays, le sentiment économique s’est dégradé en Allemagne, en France et en Italie, les principales économies de la zone euro, mais il s’est amélioré en Espagne. Hors de la zone euro, une légère hausse a été enregistrée au Royaume-Uni.

L’indice du climat des affaires, également calculé par la Commission européenne, s’est lui dégradé à 1,01 contre 1,21 en septembre, alors qu’il était attendu à 1,14.

* LA CROISSANCE A RALENTI PLUS QUE PRÉVU AU T3, À +0,2%

30 octobre - La croissance de la zone euro a ralenti nettement plus que prévu au troisième trimestre, avec des signes inquiétants en provenance d’Italie notamment, montrent les données préliminaires publiées mardi par Eurostat, l’Office statistique de l’Union européenne.

La hausse du produit intérieur brut (PIB) des 19 pays partageant l’euro est ressortie à 0,2% par rapport aux trois mois précédents, après une expansion de 0,4% au deuxième trimestre.

Sur un an, la croissance a ralenti à 1,7% contre 2,2% au deuxième trimestre.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une croissance de 0,4% d’un trimestre à l’autre et de 1,8% sur un an.

Développé

* CRÉDIT AUX ENTREPRISES EN HAUSSE DE 4,3% EN SEPTEMBRE

24 octobre - La croissance du crédit aux entreprises de la zone euro s’est amplifiée et a inscrit un nouveau pic post-crise en septembre, annonce la Banque centrale européenne (BCE) mercredi.

Le crédit aux entreprises a crû de 4,3% en septembre après une hausse de 4,1% en août, une croissance sans précédent depuis la mi-2009, tandis que le crédit aux ménages est resté stable à une croissance post-crise de 3,1%.

La BCE a acheté pour 2.600 milliards d’euros d’actifs pendant près de quatre ans pour relancer le crédit, la croissance et l’inflation. Avec un certain succès même si la croissance ralentit cette année et si l’inflation de fond reste désespérément faible.

Mais avec la baisse du chômage et une menace de déflation écartée, la BCE reste prête à arrêter ses achats d’actifs cette année et à normaliser sa politique monétaire l’an prochain, vers l’automne.

La prochaine réunion de politique monétaire de la BCE est jeudi. Le statu quo est quasiment acquis mais il est possible qu’elle évoque la dégradation des perspectives de croissance.

Le taux de croissance annuel de l’agrégat monétaire M3, qui reflète en partie les liquidités injectées par la BCE elle-même, a monté à 3,5% contre 3,4% un mois auparavant. Il est conforme aux attentes.

* INDICE DE CONFIANCE DU CONSOMMATEUR EN HAUSSE À -2,7

23 octobre - L’indice de confiance du consommateur s’est légèrement amélioré en octobre, alors qu’au contraire on attendait une dégradation.

La Commission européenne a publié mardi son estimation provisoire de cet indice, qui ressort à -2,7 points contre -2,9 points en septembre.

Les économistes interrogés par Reuters anticipaient un indice de -3,2 points.

Pour l’Union européenne, l’indice du sentiment du consommateur a progressé de 0,1 point à -2,7.

* EXCÉDENT COURANT À €24 MDS EN AOÛT C. €19 MDS EN JUILLET

19 octobre - L’excédent des comptes courants a augmenté à 24 milliards d’euros en août, contre 19 milliards le mois précédent, dans le sillage de l’excédent commercial, montrent les données publiées vendredi par la Banque centrale européenne.

Sur les 12 mois à fin août, l’excédent a représenté 3,3% du produit intérieur brut (PIB) de la zone euro, contre 3,0% un an auparavant, du fait notamment d’un bond de l’excédent des services.

L’excédent, régulièrement critiqué par l’administration américaine qui le juge excessif, devrait être réduit à 2,8% du PIB l’an prochain selon les projections de la BCE.

* L’INFLATION CONFIRMÉE EN HAUSSE À 2,1% EN SEPTEMBRE

17 octobre - L’inflation dans la zone euro a légèrement accéléré en septembre, comme attendu, sous l’effet principalement des prix de l’énergie, selon les données définitives publiées mercredi par Eurostat qui confirment les chiffres annoncés en première estimation le 28 septembre.

Les prix dans les 19 pays partageant la monnaie unique ont augmenté de 2,1% en septembre sur un an après une hausse de 2,0% en août, a précisé l’office statistique de l’Union européenne. Sur un mois, les prix ont augmenté de 0,5%.

Les prix de l’énergie ont apporté la plus forte contribution à la hausse générale de septembre, à hauteur de 0,90 point de pourcentage, suivis de ceux des services (+0,57 point), de l’alimentation, de l’alcool et du tabac (+0,51 point) et des biens industriels hors énergie (+0,08 point), a indiqué Eurostat.

L’inflation sous-jacente, soit hors énergie et produits alimentaires non transformés, a ralenti à 1,1% en septembre (+0,3% en variation mensuelle) après +1,2% en août et +1,3% en juillet.

La Banque centrale européenne vise une inflation inférieure à mais proche de 2% sur un horizon de deux ans.

Tableau

* L’EXCÉDENT COMMERCIAL BRUT EN BAISSE EN AOÛT À €11,7 MDS

16 octobre - L’excédent commercial de la zone euro avec le reste du monde, non ajusté des variations saisonnières, a baissé en août à 11,7 milliards d’euros contre 15,3 milliards un an plus tôt, selon des données publiées mardi par Eurostat.

Toutefois, l’excédent commercial ajusté de la zone euro a progressé à 16,6 milliards d’euros, a ajouté l’office des statistiques.

Les exportations de la zone euro vers le reste du monde en données non ajustées ont progressé de 5,6% sur un an en août, et les importations ont augmenté sur la même période de 8,4%.

En données ajustées des variations saisonnières, les exportations ont progressé de 2,1% en août par rapport au mois précédent tandis que les importations ont été stables.

Les exportations européennes de matières premières ont augmenté de 3% sur les huit premiers mois par rapport à la même période de l’année précédente, ne montrant pas pour l’heure un impact significatif des droits de douane américains mis en oeuvre depuis juin sur l’acier et l’aluminium produits en Europe.

L’excédent commercial entre les 28 pays de l’Union européenne et les Etats-Unis a augmenté à 89,9 milliards d’euros à fin octobre, contre 74,7 milliards à la fin octobre 2017.

* HAUSSE DE 1,0% DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE EN AOÛT

12 octobre - La production industrielle dans la zone euro a augmenté plus fortement que prévu en août après deux mois de baisse, une inversion de tendance qui pourrait donner un coup de pouce à la croissance économique du troisième semestre.

La production a augmenté de 1,0% d’un mois sur l’autre et de 0,9% sur un an, a annoncé Eurostat vendredi.

Ces deux chiffres sont une bonne surprise pour les économistes interrogés par Reuters qui attendaient en moyenne une hausse de 0,4% sur un mois et une baisse de 0,2% sur un an.

La hausse du mois d’août fait suite aux baisses en juin et juillet, qui incitaient à penser que la zone euro avait subi un ralentissement de sa croissance au troisième trimestre, sous l’effet des tensions commerciales dans le monde et de la baisse de confiance des acteurs de l’économie.

La croissance en zone euro a été de 0,4% aux premier et deuxième trimestres. Eurostat publiera sa première estimation “flash” de croissance du troisième trimestre le 30 octobre.

Les données révisées du mois de juillet montrent une baisse de 0,7% de la production industrielle, contre -0,8% estimé initialement, et une hausse de 0,3% sur un an au lieu d’un recul de 0,1%.

La hausse de la production en août a été tirée par la production d’énergie, qui a augmenté de 1,9%. Celle de biens de consommation durables a atteint 1,5%, effaçant partiellement la baisse de 1,9% du mois précédent.

La production de biens d’équipements a augmenté de 1,4%, reflétant la montée en puissance de l’investissement des entreprises.

Tableau

* LE MORAL DE L’INVESTISSEUR ALTÉRÉ PLUS QUE PRÉVU

8 octobre - Le moral des investisseurs s’altère plus que prévu en octobre dans la zone euro, conséquence des incertitudes budgétaires italiennes et des nouvelles normes anti-pollution qui s’imposent au secteur automobile européen.

L’indice mesurant ce moral a fléchi à 11,4 points contre 12 en septembre. Le consensus Reuters le donnait à 11,7.

Le sous-indice mesurant les anticipations a quant à lui un peu progressé, à -8,3 contre -8,8, tandis que le sous-indice de la conjoncture actuelle est tombé de 35 à 33, au plus bas depuis avril 2017.

“La cause de la légère baisse de l’indice tient sans doute aux discussions sur le secteur automobile allemand et aux incertitudes entourant la future politique budgétaire du gouvernement italien”, observe Manfred Hübner (Sentix).

A l’issue de longues négociations, le gouvernement et les constructeurs automobiles allemands ont trouvé un accord la semaine dernière permettant de réduire les émissions polluantes dans les grandes villes tout en évitant de recourir aux interdictions de circuler.

Les propriétaires de voitures diesel anciennes en Allemagne devraient avoir le choix entre une prime à la reprise de leur véhicule ou une mise à jour de leur système antipollution.

Autre sujet d’inquiétude pour les investisseurs, les tensions croissantes entre Bruxelles et Rome sur la politique budgétaire italienne.

Les objectifs de déficit budgétaire retenus par le gouvernement italien pour les trois prochaines années sont un “motif de grave inquiétude” et vont à l’encontre des demandes formulées par les ministres européens des Finances en juillet dernier, a indiqué la Commission européenne dans une lettre adressée au ministre italien de l’Economie, Giovanni Tria.

En dépit du dossier du diesel, un indice séparé jaugeant le moral de l’investisseur allemand a progressé en octobre.

“L’économie (allemande) ralentit mais pas de récession en vue”, explique Manfred Hübner.

Sentix a interrogé 925 investisseurs du 4 au 6 octobre.

* L’ALIMENTATION ET INTERNET PÈSENT SUR LES VENTES AU DÉTAIL

3 octobre - Les ventes au détail ont diminué en zone euro en août pour le deuxième mois consécutif, les consommateurs ayant réduit leurs dépenses alimentaires et en boissons, comme leurs commandes par correspondance et sur internet, ce qui reflète partiellement de la détérioration de la confiance des ménages.

Les ventes au détail ont baissé de 0,2% en août par rapport à juillet, et ont augmenté de 1,8% sur un an, a annoncé mercredi l’institut européen de la statistique, Eurostat.

Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient à des hausses de 0,2% sur un mois et 1,7% sur un an, après une baisse de 0,6% sur un mois et une hausse de 1,0% sur un an en juillet.

Ces chiffres reflètent partiellement la dégradation du sentiment du consommateur depuis le pic de 17 ans de début 2018.

La baisse sur un mois des ventes de détail s’explique notamment par le recul de 2,3% des ventes sur internet et des commandes par correspondance, ainsi que par une baisse de 0,3% des achats de produits alimentaires, de boissons et de tabac et de 0,6% du carburant automobile.

A contrario, les ventes sur internet et par correspondance affichent la croissance la plus forte en rythme annuel, de 4,9%, même s’il est nettement inférieur à celui des mois précédents.

Par pays, les ventes de détail ont connu leurs plus fortes croissances au Portugal, en Irlande et en Slovénie, et leur plus fortes baisses en Lettonie, en France et en Finlande.

Tableau

* HAUSSE PLUS FORTE QUE PRÉVU DES PRIX PRODUCTEURS EN AOÛT

2 octobre - Les prix à la production ont augmenté plus que prévu en août dans la zone euro, en raison surtout du poste énergétique, montrent mardi les données publiées par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne.

Les prix à la production industrielle ont augmenté de 0,3% sur le mois et de 4,2% sur un an, indique Eurostat. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne des hausses de respectivement 0,2% et 3,9%.

Les prix de juillet ont en outre été révisés en hausse, à +0,7% en variation mensuelle et +4,3% sur un an, ce dernier chiffre marquant un pic de 18 mois.

Les prix de l’énergie ont augmenté de 0,9% en août sur un mois et de 12,0% sur un an, selon Eurostat. Hors énergie, la hausse des prix dans l’ensemble de l’industrie n’est plus que de 1,5% en rythme annuel, confortant le point de vue de la Banque centrale européenne selon laquelle l’accélération de l’inflation est principalement due à l’envolée des prix de l’énergie.

Les prix à la production peuvent être un indicateur de l’évolution de l’inflation puisque toute hausse, à moins d’être absorbée par des intermédiaires ou des détaillants, est répercutée dans les prix à la consommation.

Tableau

* LE TAUX DE CHÔMAGE À 8,1% EN AOÛT, AU PLUS BAS DEPUIS 2008

1er octobre - Le taux de chômage dans la zone euro a reculé en août à son plus bas niveau depuis près de dix ans, grâce notamment à une forte baisse en Italie, a annoncé lundi Eurostat.

Le taux de chômage corrigé des variations saisonnières s’est établi à 8,1% contre 8,2% en juillet, a précisé l’office statistique de l’Union européenne. Les économistes prévoyaient en moyenne un chiffre stable en août.

Le chômage, qui avait culminé à 12,1% à la mi-2013, revient ainsi à son plus bas niveau depuis novembre 2008 quand il était à 8,0%. En tout le nombre de demandeurs d’emploi a diminué de 102.000 d’un mois sur l’autre, à 13,22 millions.

La plus forte baisse a été enregistrée en Italie avec un taux de chômage passé de 10,2% en juillet à 9,7% en août. Pour la France en revanche Eurostat a communiqué un taux en hausse à 9,3% contre 9,2% en juillet et 9,1% en juin.

L’Allemagne a le taux le plus faible de la zone euro, stable à 3,4%.

Dans l’ensemble de l’Union européenne à 28, le taux de chômage est resté inchangé à 6,8% en août, au plus bas depuis avril 2008.

Tableau

Les indicateurs économiques publiés en septembre (Service économique)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below