October 9, 2018 / 1:59 PM / 11 days ago

GESTION-Les marchés chinois trop gros pour être ignorés-BNP Paribas

PARIS, 9 octobre (Reuters) - Les marchés d’actions et d’obligations chinois, qui s’ouvrent progressivement aux capitaux étrangers, sont bien trop gros pour que les investisseurs puissent se permettre de les ignorer, malgré les tensions actuelles, dit-on chez BNP Paribas.

Le marché actions chinois est le deuxième du monde avec une capitalisation totale de 14.000 milliards de dollars et une marge de progression énorme, ont souligné mardi les experts de la banque française, qui bénéfice d’une représentation forte et ancienne en Chine.

La présence des investisseurs étrangers s’y est renforcée depuis l’inclusion en juin dernier dans les indices de référence de MSCI des actions chinoises de catégorie A, qui sont celles cotées sur le marché “onshore” et sont libellées en yuans, a dit Julien Kasparian, responsable de l’antenne de Hong Kong de BNP Paribas Securities Services.

La fin de l’année devrait voir l’ouverture d’une interconnexion Londres-Shanghaï qui permettra aux intervenants de chacune des deux Bourses d’accéder au marché de l’autre, a-t-il ajouté.

“L’accélération significative de l’accès au marché chinois devrait ainsi se poursuivre, et c’est valable aussi pour le marché obligataire, avec l’inclusion en avril prochain des obligations chinoises dans l’indice Bloomberg Barclays Global Bond”, a-t-il dit.

Comme le marché actions, le marché obligataire chinois est le deuxième au monde, avec une taille supérieure à 12.000 milliards de dollars, selon les données de BNP Paribas.

Les investisseurs étrangers n’en détiennent toutefois que 2%. Les actions chinoises, elles, ne pèsent qu’environ 3,5% dans le principal actions global de MSCI.

La marge de pénétration des capitaux étrangers sur ces deux classes d’actifs reste donc très forte, fait valoir Julien Kasparian.

La Chine traverse en outre une passe difficile en raison du conflit avec les Etats-Unis à coup de barrières douanières, a reconnu Jacqueline Rong, économiste de BNP Paribas pour la Chine.

“Ces tensions mettent la croissance chinoise sous pression mais elle était déjà dans une phase baissière pour des raisons cycliques et structurelles”, a-t-elle dit.

La Chine est prête à un compromis sur ce dossier, qui pourrait intervenir dans un horizon de six à 12 mois, a-t-elle ajouté.

Le Fonds monétaire international (FMI) a abaissé mardi sa prévision de croissance pour la Chine en 2019 à 6,2% après 6,6% attendu cette année contre 6,9% en 2017, entre autres en raison des tensions commerciales.

Les autorités chinoises sont en outre déterminées à poursuivre sur la voie des réformes comme sur celle de l’ouverture de leurs marchés, selon Jacqueline Rong.

Patrick Vignal, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below