October 4, 2018 / 11:02 AM / 2 months ago

SALON-CO2-Macron propose un donnant-donnant aux constructeurs auto

PARIS, 4 octobre (Reuters) - Emmanuel Macron est prêt à défendre une position moins dure sur les objectifs européens d’émissions de CO2 des automobiles en 2030 si les constructeurs participent financièrement à la rénovation du parc français, a-t-on appris auprès de l’Elysée.

Le Parlement européen s’est prononcé mercredi pour une baisse de 40% des émissions des voitures et utilitaires de moins de 3,5 tonnes neufs à un horizon de 12 ans, quand la Commission européenne, appuyée par l’Allemagne, proposait 30%, un vote qui ouvre la voie à une difficile négociation.

Interrogé sur sa position dans ce débat lors d’une visite du Mondial de l’auto mercredi, le président de la République a répondu : “On va voir comment on progresse.”

Une source à l’Elysée a précisé que les progrès évoqués avaient trait au renouvellement du parc et que la balle était dans le camp de PSA et de Renault.

“La discussion que nous sommes prêts à regarder (est la suivante) : nous sommes prêts à être un peu moins contraignants, un peu moins exigeants, contre un gros effort immédiat sur la modernisation du parc”, a dit la source.

“Il faut absolument que l’engagement soit quantitatif sur le parc, nous voulons quelque chose qui soit mesurable (...)”, a-t-elle ajouté.

COUP DE POUCE FINANCIER

L’Elysée attend des constructeurs qu’il fassent très rapidement des propositions - un horizon d’une quinzaine de jours est évoqué - comme par exemple un coup de pouce financier à l’actuelle prime d’Etat à la conversion des véhicule anciens, ou l’élargissement de leur effort aux véhicules d’occasion récents.

L’aide publique en vigueur - 1.000 euros pour tous les Français qui achètent un véhicule neuf moins polluant, 2.000 euros pour les ménages non imposables et 2.500 euros si le véhicule neuf acheté est électrique - se taille un franc succès.

Mi-septembre, plus de 170.000 dossiers avaient été déposés, contre un objectif annuel de 100.000. Le nouveau projet de loi de Finances prévoit le maintien en 2019 de cette prime à la conversion tout “en faisant légèrement évoluer ses critères afin de la rendre plus écologique”.

Le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) et Renault n’étaient pas en mesure de commenter dans l’immédiat ces déclarations, tandis qu’à ce stade, PSA n’a pas souhaité faire de commentaire.

Carlos Tavares, président du directoire de PSA et actuel président de l’Association des constructeurs européens d’automobiles (Acea), a plaidé mardi au Mondial pour un alignement de la France sur la position médiane de -30% de CO2.

“Ce serait le meilleur signal à donner à l’ensemble de l’Union européenne”, a-t-il dit. “Les deux plus fortes puissances automobiles de l’Europe alignées sur une position qui protège à la fois la compétitivité de l’industrie européenne et qui donne un coup d’accélérateur à la transition énergétique.”

L’an dernier, le parc automobile en circulation en France a atteint 32,4 millions de voitures, en hausse de 1,2%, tandis que l’âge moyen des véhicules - particuliers et utilitaires confondus - a atteint neuf ans, contre huit ans en 2008 et six ans en 1990.

Rénover rapidement le parc peut-être bien plus efficace pour réduire les émissions de CO2 que se concentrer sur des objectifs à 2030, souligne-t-on à l’Elysée. (Jean-Baptiste Vey et Gilles Guillaume, édité par Benoît Van Overstraeten)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below