October 4, 2018 / 9:12 AM / 19 days ago

Un pilotage prolongé moins utile si l'inflation monte-Rehn (BCE)

HELSINKI, 4 octobre (Reuters) - La nécessité pour la Banque centrale européenne (BCE) de donner aux marchés financiers des indications étendues dans le temps sur la future trajectoire des taux d’intérêt s’atténuera une fois que l’inflation aura suffisamment augmenté, a déclaré jeudi l’un de ses membres, le Finlandais Elli Rehn.

Des propos qui sous-entendent que le débat sur le pilotage des anticipations reste ouvert au sein de la BCE. Benoit Coeuré et Peter Praet, membres du directoire de l’institut d’émission, ont récemment dit que la banque centrale devait donner une vision encore plus étendue de l’évolution prévisible des taux d’intérêt avant même de procéder à une toute première remontée de ceux-ci.

Pour l’heure, la BCE a dit que les taux resteraient stables jusqu’à l’été 2019, laissant supposer une action à un moment donné dans le courant du dernier trimestre de cette année-là.

“Le besoin d’un pilotage des anticipations étendu s’atténuera aussi une fois que l’inflation aura suffisamment progressé vers l’objectif de stabilité des prix”, a dit Rehn, le gouverneur de la banque centrale de Finlande.

“Pour l’heure, les anticipations du marché financier quant au moment où se produira une première hausse des taux sont compatibles avec les déclarations du Conseil des gouverneurs”.

La BCE vise une inflation d’un petit peu moins de 2% et ne voit pas cet objectif être atteint avant la fin de la décennie dans la mesure où la zone euro peine à mobiliser ses capacités économiques inemployées.

Orienter les anticipations des marchés est une préoccupation essentielle des banques centrales de la planète depuis le déclenchement de la crise financière en 2008, dans le but de dégeler les marchés du crédit et de prévenir une dépression.

La BCE pense que les taux n’augmenteront que très progressivement; donner des indications sur un plus long terme pourrait dissuader les investisseurs d’anticiper dans les cours un resserrement monétaire plus énergique et préserver des coûts d’emprunt bas plus longtemps.

Après des années de soutien appuyé aux marchés et à l’économie, la BCE prépare ces derniers au dénouement de son programme d’assouplissement quantitatif de 2.600 milliards d’euros en décembre et à un premier tour de vis monétaire depuis 2011 après l’été 2019.

Jussi Rosendahl Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below