October 1, 2018 / 7:25 PM / 2 months ago

LEAD 1-Juncker avertit l'Italie contre sa trajectoire budgétaire

(Actualisé avec réaction Giovanni Tria §9-14)

BRUXELLES/LUXEMBOURG, 1er octobre (Reuters) - Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a mis en garde l’Italie, lundi, contre son projet de budget pour 2019 que les instances de Bruxelles jugent incompatible avec les objectifs de réduction de la dette publique.

Le ministre italien des Finances Giovanni Tria a cherché lundi à rassurer ses homologues de la zone euro sur le projet, défendu par les eurosceptiques du Mouvement 5 Etoiles et de la Ligue, qui prévoit un déficit de 2,4% du produit intérieur brut (PIB) pour les trois prochaines années.

“L’Italie s’éloigne des objectifs budgétaires que nous avons approuvés en commun au niveau de l’UE”, a déclaré Jean-Claude Juncker lors d’une déclaration en Allemagne.

“Je ne souhaite pas qu’après avoir surmonté la crise grecque nous retombions dans la même crise en Italie. Une crise de ce genre est suffisante”, a-t-il dit.

“Si l’Italie veut un traitement particulier supplémentaire, cela signifierait la fin de l’euro. Il faut être très strict”, a-t-il ajouté.

Le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, Pierre Moscovici, a déclaré que l’exécutif européen allait tenter de convaincre le gouvernement italien de revoir ses objectifs budgétaires.

“Nous allons tenter de convaincre les autorités italiennes de revenir à un objectif de moyen terme qui est la règle fiscale de l’UE”, a dit Moscovici.

A ce stade, a-t-il expliqué, il n’est pas possible de déterminer si le projet de budget italien pour 2019 permettra une réduction de la dette publique qui représente 133% du PIB.

Giovanni Tria, qui participait à une réunion avec ses homologues européens à Luxembourg, a rappelé que pendant nombre d’années plusieurs pays de l’UE n’avaient pas respecté les règles budgétaires communes.

Le ministre italien a reconnu que l’objectif budgétaire de son pays pour 2019 ne respectait pas les exigences communautaires mais que cela ne signifiait pas une fin de l’euro.

“Le nombre de pays respectant ces règles est très faible”, a-t-il affirmé. “Cela ne signifie pas que nous ne devrions pas respecter ces règles”, a-t-il ajouté.

Il n’a pas répondu aux questions des journalistes sur une éventuelle modification du montant du déficit budgétaire de l’Italie pour l’an prochain.

“J’ai simplement expliqué les motivations de notre projet de budget”, a-t-il indiqué.

Il a ensuite quitté Luxembourg pour Romme en raison d’un agenda “assez chargé” et ne participera pas à une autre réunion des ministres des Finances prévue mardi.

Gabriela Baczybska avec Francesco Guarascio à Luxembourg; Pierre Sérisier pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below