September 28, 2018 / 8:06 AM / 18 days ago

LEAD 1--Les marchés italiens accusent le coup du déficit à 2,4% du PIB

(Actualisé avec ouverture de la Bourse de Milan, nouveau commentaire, Moscovici)

LONDRES, 28 septembre (Reuters) - Les rendements des emprunts de l’Etat italien étaient en forte hausse et la Bourse de Milan cédait du terrain en début de séance vendredi après l’annonce d’une prévision de déficit de 2,4% du produit intérieur brut (PIB) pour les trois prochaines années, qui fait craindre de nouvelles tensions sur la dette publique.

Le niveau de déficit retenu pour le projet de budget 2019 et les deux suivants constitue une victoire pour le Mouvement 5 étoiles (M5S, anti-système) et la Ligue (extrême droite), qui semblent avoir forcé la main au ministre de l’Economie, Giovanni Tria, partisan déclaré d’un déficit inférieur à 2% du PIB.

Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Pierre Moscovici, a critiqué ce choix d’un budget “hors des clous” vendredi et appelé le gouvernement italien à donner la priorité à la réduction de la dette publique, qu’il a qualifiée d’”explosive”.

La dette italienne représente plus de 130% du produit intérieur brut (PIB), ce qui en fait la plus lourde d’Europe après celle de la Grèce rapportée au poids économique du pays.

“Avec un déficit à 2,4% du PIB, la dette publique ne va pas diminuer, au mieux, elle se stabilisera en partant de l’hypothèse d’un taux de croissance du PIB de 2,5%”, explique Nicola Nobile, économiste d’Oxford Economics.

“Ce qui est préoccupant, c’est que le déficit est prévu à 2,4% sur trois années consécutives. Cela rend l’Italie vulnérable à toute évolution du sentiment général et du cycle économique. L’autre problème, c’est la perte de crédibilité du ministre de l’Economie Tria.”

BANQUES ET ASSUREURS EXPOSÉS AUX TENSIONS SUR LA DETTE

La Bourse de Milan perdait plus de 2,5% vers 08h00 GMT, au plus bas depuis dix jours, et la baisse atteignait 4,84% pour l’indice local du secteur bancaire.

Les banques et les assureurs italiens détiennent d’importants portefeuilles d’obligations d’Etat et sont donc en première ligne en cas de tensions sur les rendements.

UniCredit et Intesa Sanpaolo, les deux premières banques du pays, cédaient respectivement 5,19% et 5,07%, l’assureur Generali 2,88%.

La baisse dépassait 5% pour les établissements bancaires de taille moyenne comme Banco BPM ou UBI Banca.

L’indice Stoxx européen du secteur bancaire cédait quant à lui 1,69%.

Sur le marché des emprunts d’Etat, le rendement des obligations italiennes à deux ans, les plus sensibles aux turbulences politiques des derniers mois, était en hausse de près de 30 points de base, à 1,08%.

La hausse atteignait plus de 32 points pour les titres à cinq ans, dont le rendement remontait à 2,23%, et elle atteignait plus de 25 points pour le rendement des obligations souveraines à dix ans, avec un rendement de 3,15%, au plus haut depuis le 4 septembre.

L’écart de rendement à dix ans entre les titres italiens et allemands a quand lui repassé la barre des 260 points de base. .

Abhinav Ramnarayan; Marc Angrand pour le service français, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below