September 27, 2018 / 2:57 PM / 25 days ago

LEAD 1-L'inflation allemande plus forte que prévu en septembre à 2,2%

* L’inflation harmonisée en hausse de 2,2% en septembre

* L’inflation à son rythme le plus fort depuis 2011

* Des accords de hausse des salaires relancent l’inflation (Actualisé avec précisions, commentaire d’analyste)

par Michael Nienaber

BERLIN, 27 septembre (Reuters) - L’inflation allemande s’est accélérée plus fortement que prévu en septembre en Allemagne, dépassant l’objectif de stabilité monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), selon des données publiées jeudi qui confortent le projet de président de la BCE Mario Draghi de normalisation de la politique monétaire.

Compte tenu d’un niveau d’embauches record et d’une baisse du chômage, le marché de l’emploi est devenu plus tendu, avec des goulets d’étranglement au niveau de la production, plus d’un million de postes vacants et une série d’accords salariaux particulièrement favorables dans plusieurs secteurs.

Les prix à la consommation ont augmenté de 2,2% ce mois-ci en rythme annuel et en données harmonisées aux normes européennes, après une hausse de 1,9% enregistré en août, montre la première estimation publiée jeudi par l’Office fédéral de la statistique.

Ce chiffre est supérieur aux attentes des économistes interrogés par Reuters, qui étaient en moyenne d’une hausse de prix de 2,0%, ainsi qu’à l’objectif de la Banque centrale (BCE) européenne d’une inflation inférieure à mais proche de 2%.

“La BCE sera satisfaite et devrait continuer à poursuivre la voie qu’elle s’est fixée”, a dit Jörg Zeuner, économiste de KfW.

Face à la remontée de l’inflation, la BCE annoncé son intention d’arrêter son programme d’injection de liquidités dans le marché via le rachat de 2.600 milliards d’euros d’obligations d’ici la fin de l’année, tout en prévoyant de maintenir ses taux directeurs à leur niveau actuel “au moins jusqu’à l’été 2019”.

Sur un mois, l’indice des prix à la consommation harmonisé aux normes européennes a augmenté de 0,4% alors que les économistes attendaient une hausse de 0,1%.

Sur une base non harmonisée, la hausse des prix a été de 2,3% ce mois-ci en variation annuelle, son plus haut niveau depuis novembre 2011, montrent les données de l’office fédéral.

Les pressions inflationnistes ont été généralisées, suggérant que la hausse des prix est portée par l’inflation de base et non pas seulement par les éléments plus volatils que sont l’énergie et des produits alimentaires. Ces données préliminaires ne calculent pas l’inflation de base.

L’économiste de Commerzbank Marco Wagner estime pour sa part qu’elle s’est accélérée, à 1,5% contre 1,3%. Cette tendance se poursuivra dans les mois à venir compte tenu de la conclusion d’accords salariaux très favorables, prévoyant des hausses allant jusqu’à 6% dans certains secteurs, a-t-il ajouté.

L’institut de statistique Eurostat doit publier vendredi sa première estimation d’inflation en zone euro, attendue à 2,1% sur un an, selon les économistes interrogés par Reuters.

Tableau: (Michael Nienaber, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below